année jouée : 4036 (les jours et mois suivent l'irl)

multivers futuriste, dimensions parallèles liens physiques et cosmiques avatars réels 200*320 diversité à favoriser 3 jrs pour poster la fiche, 7 jrs pour la remplir, délais autorisés parrainage et entraide 300 mots minimum en rp 2 rp par mois nos playlists.

Newsletter v 10



(15 JANVIER) : le lien du discord vient d'être actualisé, si vous n'avez pas réussi à vous connecter précédemment, n'hésitez pas à retenter ! ♥️

Partagez | 
 

 eldorado ft. max

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Dakota Bowers
Date d'inscription : 19/01/2018
Messages : 290
Pseudo : adé sprouts ou immortan joe
Avatar : owen teague
Réputation : 32
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: eldorado ft. max    Jeu 15 Mar 2018 - 18:57

« - eeeeh merde. » quand le poignet chuta, dak comprit que c’était mort pour lui. non pas qu’il n’était pas censé exécuter ce con, mais bon, il l’avait fait un peu au mauvais endroit, au mauvais moment, et en plus il avait dégueulassé toute la salle d’audience. Avec la vaine qu’il avait, si le king ne tombait pas sur ses bêtises, il allait certainement recevoir une plainte des femmes de ménage. Dakota en était un peu une d’ailleurs, nettoyant et se débarrassant des ordures quand on le lui demandait ou plutôt quand ajay le lui demandait, puisque de toute façon il n’écoutait personne d’autre. sauf que là, il était bien dans le pétrin ; surtout qu’à cette heure-ci, il y avait de plus en plus de monde qui fréquentait le coin, et dak se voulait irréprochable.

Il avait passé trois jours à jouer avec son ourson, et finalement, quand il n’eut plus besoin de lui, et quand il reçut l’ordre de lui faire prendre la poudre d’escampette, dak n’avait pas tiré grand-chose de ce gros naze. C’était juste un gars qui avait des dettes, et il ne savait même plus combien. Il s’en foutait pas mal en fait, tant qu’il arrivait à occuper ses journées et à se sentir puissant. Ce n’était pas un boulot pour les tapettes, aimait se répéter l’altéan caché derrière la fumée de sa cigarette. Il adorait narguer les gens qu’il croisait dans le petit royaume du king, mais plus particulièrement, son dévolu ne cessait de se jeter sur bobby, même si au fond, il admirait ses chemises bien plus que l’appétit sans fin de bebe.

Il y avait bien un gars avec qui dak adorait se battre ; comme un frère qui n’arrêtait de trainer dans ses pattes et avec qui il se chamaillait pour oui ou pour un non. le genre de gosses que les parents rêveraient d’abandonner au coin de la rue. Max ou mad max comme il aimait le nommer, était exactement le type de tête à claque qu’aimait emmerder dakota. Il était à la fois sanguin et à la fois détaché, comme s’il essayait de se donner un genre, et c’était sur ça qu’appuyait le plus le sale mioche pour le faire sortir de ses gonds. Dak s’en était pris pas mal plein la gueule par roxy, des insultes, des claques, des doigts, mais il appréciait son sens de l’humour, comme ce ne fut pas le cas de tout le monde.

Le cadavre fit un bruit sourd quand il tomba de la chaise, le type devait bien mesurer 2 mètres et peser une centaine de kilos, dont 30 rien qu’avec la barbe. Mais ça ne faisait pas peur à dak, la tête brûlée, qui avait continué de le narguer jusqu’à ce que mort s’en suivit. Il attrapa le balourd par les poignets et tenta de le tirer hors de la salle. Son but ? le foutre dans un sac, ensuite dans une bagnole pour le mettre à la décharge loin loin loin. Ça n’allait pas être une mince à faire, d’autant plus que bowers sentait déjà ses jambes maigres trembler. Mais il fallait qu’il réussisse sans fautes, il y était déterminé.

La porte de la salle s’ouvrit enfin et on vit d’abord le cul et ensuite le buste de dak dépasser. Il ne cessait de grogner sous l’effort, déjà en sueur, continuant de trainer son poids mort. Le moment était décisif, il devait le faire sortir au plus vite pour que personne ne tombe dessus.

Et quand on dit personne, il suffisait de regarder qui donc venait de se pointer. Dakota glissa ses cheveux humides derrière ses oreilles avant de rouler des yeux vers cette tête de rouquin ou blond ou brun on ne savait pas trop. Il se redressa vivement, rangeant son épuisement derrière une pose des plus ridicules. « - salut du con. Tu m’filerai pas un coup d’main par hasard ? à moins que t’aies peur de salir tes ongles fraichement limés ? » il ricana, le fixa de haut en bas, cachant en réalité, une détresse et une fatigue qui continuaient de creuser son ventre.

☾ ☾ ☾



Darkness is your candle.
yinnyang ☽ in the land of gods and monsters, i was an angel, living in the garden of evil. you've got that innocence i need.
Revenir en haut Aller en bas
Max Ross
Date d'inscription : 15/12/2017
Messages : 545
Pseudo : FERN
Avatar : baptiste radufe
multi : galileo 'dramaqueen' bruni & bebe "stoneboi" byrne & cliff 'stubborn' wood & jacò sol "mamaboi" veloso & loni "kiddo" lov
Réputation : 76
Bloc-note :
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: eldorado ft. max    Jeu 15 Mar 2018 - 21:01

L'Oriel l'accueille de plus en plus souvent, depuis qu'il sait. Depuis qu'ils savent ; c'est quelque chose qui s'est fait sans que l'un d'eux ne parlent réellement, une place qui s'est crée pour Max chez les NULLs sans un mot, sans explication donné aux autres également. Il ne se demande pas s'il fait ou non parti du gang ; il a déjà une bande d'idiot aux grands rêves sur Néphède, il n'a pas envie de se faire chier avec d'autres cas sur Altea également. Mais Max reste dans les parages ; il dévisage les visages qu'il ne connait pas et traîne dans le loft d'Ajay maintenant, pour lui parler longuement, avant de disparaître toujours avant la tombée de la nuit. Il n'a pas envie de dormir là, de toute manière. Il garde une certaine distance, n'est après tout, pas réellement son fils, et dort dans un motel bidon à quelques kilomètres de distance. Il connait l'endroit car les NULLs s'y rendent souvent. Il s'y rend trop souvent, depuis quelques semaines déjà. Le chien fou reste à l'écart des missions, bien qu'il lui arrive de serrer les dents à certaines occasions et de se salir les doigts. Une part de lui est désintéressée par les affaires du groupe alors qu'une autre n'a forcément pas envie qu'Ajay ait des ennuis suite aux erreurs de certains abrutis. Il n'est pas apprécié, forcément. Personne n'apprécie un inconnu, surtout celui qui traîne dans les parages depuis des mois déjà, dealant, volant de leur affaire parfois, qui intègre étrangement le gang et leur dicte parfois, au travers de crachats et d'insultes peu flatteuses, ce qu'ils doivent faire ou à quel point ils sont ignorants dans certains cas. Bobby reste celui qui le fait le plus grincer des dents. Déjà, les chemises sont hideuses, ensuite le personnage lui rappelle un figure présente lors de son enfance qu'il essaie d'oublier, le plus souvent du temps, mais que l'homme lui rappelle constamment. Il préfère sortir de la pièce lorsqu'il est présent pour calmer ses nerfs. Et Dakota.
Dakota, ce sale rat.
Autant ne pas y penser ; il n'a pas envie de s'énerver.
Il préfère retourner dans sa chambre au motel, aujourd'hui. Il l'a réservé pour la semaine, bien qu'il est déjà retourné à sa cabane à Neodam pour les trois derniers jours. Quelques objets y traînent encore. Quelques bières, s'il a un peu de chance, et un bol de soupe dans le frigo miniature. Peut-être même un paquet de clope qu'il a oublié avant de partir. Dans ses poches, quelques stellars, surtout des miettes. Dans son paquet de cigarette, à peine une. Il devrait aller voir Ajay pour parler des corbeaux, pour lui dire ce qu'il a trouvé dans les affaires de Malik au cours des derniers jours, mais il a besoin de s'arrêter dans cette chambre minable quelques minutes. S'assurer que rien n'a été touché. Trouver quelques clopes à fumer. Des bières à vider pour bien débuter la journée.
Il est déjà quinze heure. Le soleil est déjà haut, sur Oriel, et le pull noir de Max lui brûle la peau. Il aurait peut-être du mettre le rouge, mais il ne le trouve plus depuis deux mois, maintenant. Il s'imagine qu'il s'agit de Nina, encore, qu'il lui a volé ses putains de vêtement sans lui demander quoique ce soit. Max crache au sol avant de pénétrer dans le bâtiment, adresse un hochement de tête à la vieille réceptionniste qui joue à la sourde d'oreille la plupart du temps, face aux sales affaires qui se passent dans les parages, avant de se rendre à sa chambre.
Il retire le capuchon de sa tête avant d'insérer la clé dans la carte magnétique dans la serrure, ouvre la porte, arrête son pas, dévisage le rat.
Car bien ÉVIDEMMENT que le rat a décidé de squatter sa chambre. Max serre la mâchoire brièvement, passe ses doigts contre, inspire longuement, dévisage le corps au sol, avant d'expirer brusquement. Au travers des volets, le soleil perturbe sa teinture noire et fait briller la longue repousse blonde.
- salut du con. Tu m’filerai pas un coup d’main par hasard ? à moins que t’aies peur de salir tes ongles fraichement limés ?
Dakota lui rappelle le connard qu'il était à son âge. Il lui rappelle les conneries qu'il a pu faire lorsqu'il avait encore deux bras. Sauf que Dakota s'amuse alors que Max, lui, détruisait principalement. À chacun son moyen d'être une racaille, après tout. Il se rappelle par contre avoir eu la même langue bien pendue et s'être pris des doigts assez violentes pour les merdes qu'il pouvait bien dire. Il comprend parfaitement pourquoi ; frapper Dakota lui apporterait un certain contentement.
- qu'est c'que tu fous dans ma chambre, microbe ? qu'il gronde en s'approchant. Il le bouscule d'un coup d'épaule, n'essaie pas de l'éviter, et enjambe la dépouille pour regarder dans la salle de bain. Si un carnage a eu lieu, le ménage a été fait par la petite frappe, et tant mieux. t'as bu les bières ?
Il se désintéresse rapidement du corps pour aller vers le frigo, proche du lit, qu'il ouvre. À l'intérieur, sans surprises, il ne reste qu'une bouteille. Max serre les dents et la prend d'un geste vif, retire le bouchon en cognant le cap contre le coin du comptoir, avant de le balancer sur Dakota, visant la tête.
- t'as fait comme chez toi, on dirait ; le regard est noir, le Shark prend une longue gorgée de sa bière. Au passage, l'oeil voit le paquet de cigarette oublié, entamé, sur la table de chevet. Il tend les doigts pour en prendre une. Ce rat les a presque toutes fumées, bien évidemment. Il abandonne la soupe. Elle doit avoir été chier depuis deux jours déjà. un ami à toi ? qu'il demande, s’assoit sur le lit, désignant le cadavre d'un mouvement de clope, avant de l'allumer. La bière coincée entre les cuisses, il profite des premières boucanes. t'as l'air de bien t'en tirer pour le moment, j'sais pas, qu'il conclue, la bouche se tordant en un sourire de requin qui le caractérise plutôt bien, avant qu'il ne prenne une autre gorgée de sa bière.

☾ ☾ ☾


Revenir en haut Aller en bas
Dakota Bowers
Date d'inscription : 19/01/2018
Messages : 290
Pseudo : adé sprouts ou immortan joe
Avatar : owen teague
Réputation : 32
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: eldorado ft. max    Mar 20 Mar 2018 - 17:41

C’était bien un détail qu’avait omis de préciser dak lorsqu’il avait emmené ce bear dans cet endroit. c’était effectivement dans la chambre de max que le gamin avait décidé d’organiser sa petite sauterie. Il n’avait pas pu aller dans les locaux des nulls, parce que personne ne le laissait entrer du premier coup (encore moins avec un autre type) et chez polly et roy, ce n’était même pas envisageable. Lui qui trouvait max bien inutile au sein du gang, devait lui trouver un intérêt ; et elle était là, se dressant devant lui. sa chambre miteuse et moisie, mélangeant une pestilentielle odeur de nourriture et de tabac humide. La pièce sentait un peu comme les draps de dak après une race. Quand le rouquin eut ouvert la porte, le nulls ne se préoccupa nullement de savoir s’il l’avait dérangé ou non, ou s’il avait correctement fait le ménage, le seul regret qu’il aurait pu avoir, ça aurait été de voir max ramener une donzelle (ou un damoiseau) et de les couper dans leur ptit délire. Mais max n’était surement pas comme ça, il se contentait d’être le frustré de service, et il est plutôt doué dans son rôle. Dak le fixa de haut en bas, coula son regard vers le frigo avant de ricaner « - c’est plutôt cosy ici, si on en oublie la crasse. Sérieusement, le sublime max ne peut-il pas s’offrir quelque chose de mieux ? » oui c’était vrai, dakota avait toujours pensé que le mioche roulait sur l’or, surement parce qu’il se baladait un peu partout et parce qu’il avait des goûts bizarres en terme de fringues ; toujours des trucs moches qu’ont l’air de coûter une blinde.

Il tira un peu plus le cadavre et parvint, après de longues minutes à le traîner de toutes ses forces, à le ramener près de la porte, le front transpirant, s’étant même permis de lâcher un vent léger sous l’effort ; comme quoi on ne pouvait toujours tout contrôler. Ce n’était pas bien grave, on ne demandait pas à dak d’être classe, mais simplement d’agir ; puis bebe n’était pas là. Oh et merde, on s’en foutait de bebe pour le moment. « - j’ai bien conservé la p’tite sœur au frais. » gloussa dak en parlant de la bière. Non bien sûr, il ne s’était pas gêné pour s’en offrir quelques-unes, après tout, il faisait un métier difficile non ?

Dak sortit un paquet tout neuf et ralluma une cigarette en signe d’encouragement avant de laisser faire tomber les premières cendres sur la moquette. Max ? il était inactif, un peu comme à son habitude. « - hélas oui. Un ancien ami qui est parti dans la mauvaise direction. » dakota parlait avec un détachement qui glaçait le sang. Pourtant il avait connu ce mec, c’était un jeune pion qui était dans son lycée, à peine sorti des études et déjà dans la merde ; tout s’était confirmé plus tard, quand il eut décidé de jouer avec la tune. Ça faisait pas trop marrer ajay d’ailleurs, qui constatait bien que le type était endetté jusqu’aux dents et surtout auprès des nulls. Il avait envoyé, sans surprise, dak pour régler cette affaire, dak le chien de garde, qui laissait entrer les gens mais ne les laissait jamais sortir.

Le mec s’appelait timo, et il avait d’ailleurs reconnu dako quand il était venu le chercher pour soi-disant l’emmener faire la fête, en pleine journée vous imaginez bien, le pauvre type était tellement dans la lune qu’il n’avait imposé aucune résistance. Il était même plutôt content de voir le brun, celui qui le faisait « tourner en bourrique » avant. mais quelle expression de con.

« - mais il est bien plus utile que mort. Et j’avoue que sa peau tendre n’était pas si désagréable que ça à découper. C’était comme, suivre des pointillés. » il était cru, et éprouvait quelques frissons rien que d’en parler. Plus dak prenait de plaisir, plus il était cruel dans ses crimes ; il n’y avait qu’à voir ce qu’il avait fait de gali, et le sentiment puissant qu’il aurait pu être susceptible de ressentir s’il l’avait de nouveau croisé. Il l’aimait beaucoup.

Dak ne termina pas sa cigarette, et la jeta dans une cannette vide avant de se tourner, l’air un peu béta et las vers max, les poings sur les hanches. « - bon tu vas bouger ton cul ? je dois ranger ce bordel, et tu connais ajay, s’il apprend que le travail est pas fini, c’est pas juste ma tête qui se retrouvera sur une pique mais la tienne aussi quand je t’aurai balancé. Solidarité tu connais ? » le gosse n’était pas très convaincant, on avait plus envie de lui mettre le poing dans la gueule que de lui tendre la main. Ce n’était pas très grave, il connaissait l’animal. « - puis tu l’connais quand il a le nez dans la bouteille, il ne fait plus la distinction entre ce qui est cohérent ou pas mh ? » ; « - alors prends les pieds, et je prends les mains, on balance ça dans l’canal et j’te paie une mousse. » voire même des clopes.

☾ ☾ ☾



Darkness is your candle.
yinnyang ☽ in the land of gods and monsters, i was an angel, living in the garden of evil. you've got that innocence i need.
Revenir en haut Aller en bas
Max Ross
Date d'inscription : 15/12/2017
Messages : 545
Pseudo : FERN
Avatar : baptiste radufe
multi : galileo 'dramaqueen' bruni & bebe "stoneboi" byrne & cliff 'stubborn' wood & jacò sol "mamaboi" veloso & loni "kiddo" lov
Réputation : 76
Bloc-note :
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: eldorado ft. max    Jeu 22 Mar 2018 - 22:21

La clope entre les lippes, la bière entre les cuisses, Max dévisage le spectacle qui s'offre à lui d'un oeil ennuyé. Dakota est un idiot. Il se demande pourquoi Ajay est assez con pour engager des gamins de son genre dans son gang. Il y dit, un jour, un rire dans la gorge, qu'il essaie d'adopter toutes les merdes égarées qui se trouvent dans les rues d'Altea. Ajay n'a pas répondu, et Max a haussé d'un sourcil. Certainement car c'était la vérité ; ils savent l'un comme l'autre que l'absence d'Olivier a laissé des marques sur le King, plus qu'ils ne pensent, et ils les découvrent un peu plus à chaque jour. Dakota et ses merdes sont certainement un dommage collatéral. Il suffit d'un regard vers le brun pour se revoir quelques années plus tôt, une teinture aussi sombre sur la tête, et des conneries encore plus énormes entre les doigts. Le gamin est presque respectable comparé au Max ayant le même âge, il fut un temps. À croire que lui fournir un espace de jeu et des jouets permet de le contrôler un minimum. À son âge, Max jouait encore dans les rues. Et les jouets, comme les jeux, il les trouvait lui-même. Sa peau porte encore des marques de l'époque. Son dossier criminel également. Il pourrait presque en faire un roman. Son poste chez les Shark est, étrangement, presque calme à côté de ce qu'il faisait à l'époque.
Nombreux sont ceux qui savent qu'il est préférable de se méfier du chien fou, qu'importe s'il est foutu un collier autour du cou. Il n'y a pas de laisse. Il n'y a rien qui le retient. Sauf sa propre personne.
Max prend une lourde gorgée de sa bière, la vide avant de serrer la canette entre les doigts métalliques de son bras bionique, la balance vers la poubelle. Son regard retourne sur le corps tandis que Dakota, encore gamin, surtout chiant, lui raconte son dernier amusement.
- mais il est bien plus utile que mort. Et j’avoue que sa peau tendre n’était pas si désagréable que ça à découper. C’était comme, suivre des pointillés.
Il hausse d'un sourcil, le Shark, et toise la carcasse sur le sol. Il n'a jamais été un grand amateur de la torture ou de la découpe des corps, même s'il le fait encore parfois lorsqu'il le faut. Max reste un adorateur des bêtes, et si l'homme est franchement le plus stupide des animaux, il préfère ne pas découper sa chair. Mais il fait des exceptions parfois, car les connards sont trop nombreux et que la frustration diminue parfois lorsqu'il massacre quelques merdes qui ne méritent pas de vivre. Il n'en fait pas non plus son passe temps. Une part de lui préfère les laisser vivant. Les faire souffrir autrement. Surtout longtemps. Max préfère laisser des plaies qu'ils ne peuvent pas oublier et leur donner un avertissement. C'est bien pour cela qu'il n'a jamais buté le gars qui lui a coupé le bras ; il respecte ses principes, ils partagent les mêmes.
Face à lui, Dakota fait l'adulte, le fier. Les mains sur les hanches, une folie familière dans l'oeil. Le roi d'un grand plein de rien. Mais un roi tout de même. Car tous les gamins pensent être rois et immortels. Max ne le juge pas. Il le trouve insupportable, mais ne le juge pas.
- bon tu vas bouger ton cul ? je dois ranger ce bordel, et tu connais ajay, s’il apprend que le travail est pas fini, c’est pas juste ma tête qui se retrouvera sur une pique mais la tienne aussi quand je t’aurai balancé. Solidarité tu connais ?
Sur les lippes, un maigre rictus. Le brun ne sait pas à quel point ses paroles sont fausses. Peu de gens savent le lien entre Ajay et Max. Personne ne sait pourquoi Max s'est ramené comme ça, un jour, à être plus présent que certains. Sans tests, sans rien. Sauf Bobby, peut-être. Et Max s'assume des menaces presque trop apparentes de Dakota. Il s'imagine que d'autres en auraient certainement peur. Mais le chien fou n'a jamais eu peur de lui, qu'importe le nombre de mystères autour de l'autre. Encore mois depuis février, après l'avoir vu pleurer comme un gosse pour la mort d'un homme qu'il n'a jamais connu. Pas depuis qu'Ajay s'est revendiqué comme son père, étrange, à sa manière.
- puis tu l’connais quand il a le nez dans la bouteille, il ne fait plus la distinction entre ce qui est cohérent ou pas mh ?  alors prends les pieds, et je prends les mains, on balance ça dans l’canal et j’te paie une mousse.
Le rictus se tord en une grimace un peu plus grande et Max le dévisage quelques secondes. Il pourrait parfaitement lui faire un doigt d'honneur et continuer à faire ses choses sans lui porter attention. La vision que possède le gamin d'Ajay le fait presque rire. Max renifle une seconde, finit sa clope et l'éteinte avec sa botte contre le tapis de la chambre, avant de se redresser.
- j'vais pas me contenter d'une mousse, microbe, qu'il lui dit, avant de se pencher pour prendre les pieds mentionnés. Max grimace tout en les tenant fermement. Il déteste les pieds. Les gens oublient trop souvent de les laver. Mais après, ces gens doivent se dire la même chose à propos de ses cheveux. et gamin ? qu'il lui dit, en se redressant après avoir liés les pieds d'une corde, soutenant le poids d'une seule main ; la fausse.  si tu crois qu'ajay est mon patron, tu t'fous le doigt dans l'oeil.
La bouche est tordue en un sourire menaçant, les yeux brillent avec un certain amusement.
- ne dis plus quoi faire, compris ? Le sourire s'élargit, le bras bionique tire le corps et si Dakota ne tient pas son côté, qu'importe. La carcasse suit sans problèmes jusqu'à la porte, puis dans le couloir. allez, j'veux ma bière. et d'la bouffe.
Autant que le gamin serve à quelque chose

☾ ☾ ☾


Revenir en haut Aller en bas
Dakota Bowers
Date d'inscription : 19/01/2018
Messages : 290
Pseudo : adé sprouts ou immortan joe
Avatar : owen teague
Réputation : 32
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: eldorado ft. max    Dim 25 Mar 2018 - 18:16

C’était un jeu incessant de crasses et d’humiliations qui se dressait entre les deux portraits. Ils étaient pareils. A se sentir surpuissants et à croire que l’autre n’était qu’une immondice sans force. Ils avaient eu leur histoire, ils avaient subi leur peine et enduré leur propre souffrance. ils se ressemblaient trop et c’était pour cette raison qu’ils se « détestaient » tant. Dak était peut-être le plus con des deux, le plus inexpérimenté mais à l’intérieur de lui, il savait bien que si quelqu’un touchait à max, il ne pourrait pas le supporter. il n’y avait que lui, qui avait le droit de lui mettre cher. C’était comme ça ; une simple règle ; comme un et un font deux, max et dak font un. le rouquin se dressa enfin sur ses pattes, sûrement agacé des plaintes et des provocations du môme qui n’avaient pas vraiment de sens. il s’avança vers la dépouille et dak ne perdait pas une miette de ses mouvements. Ou plutôt des mouvements de son bras. Il était bien connu que le brun avait un faible pour les bâtards et les choses brisées, cette pointe de métal ne faisait pas exception. C’était peut-être aussi pour cette raison qu’il n’arrivait pas à détester ce sale cabot. Il avait une histoire, et cette histoire se retranscrivait à la perfection sur son flanc. La plupart du temps, dakota n’avait aucune gêne à lui faire des réflexions sur sa différence, non pas qu’il souhaitait encore se moquer, simplement il déguisait sa curiosité et sa (très légère) admiration en provocations incessantes.

Quand max eut pris sa part, dak se courba pour attraper les poignets de son ancien pion, déjà bien soulagé du poids de la bête avant de lever le nez vers mad max quand ce dernier l’interpella, l’air renfrogné. « - uh ? » ajay pas son boss ? alors quoi c’est son chéri ? mh, non. qui voudrait de roxy ? alors quoi ils sont cousins ou frangins ? nan trop vieux. Quoique c’est bien une famille de taré. Oh et puis, quelle importance ? dakota dévisagea un instant son voisin avant de faire tressauter son épaule, pour lui faire comprendre que son statut ou son rang ne lui importait peu. Il savait juste que s’il pensait être en sécurité sous les jupons du king, il se trompait, puisque plus on était proche de lui, plus on était en première ligne pour les rafales qu’il pouvait nous balancer dans la gueule. Mais, dans son infinie bêtise, le nulls ne put s’empêcher de ricaner « - pas mon problème si tu couches avec, chéri. » il savait bien qu’il ne s’agissait pas de ça, mais il ne pouvait jamais s’empêcher de lâcher des énormités.

« - va pour la bouffe aussi alors. » conclut le môme qui sortit finalement de la chambre, suivant les pas de max qui lui était passé devant (en même temps quand on a un bras bionique c’est facile), trottinant presque pour le rattraper. Ils descendirent les escaliers et dak jeta un coup d’œil rapide à la réception « - bon. on va passer par l’arrière cuisine, normalement y a une caisse qui est garée dans l’impasse où ils jettent leur poubelle. » ce n’était pas très hygiénique, d’autant plus que le motel était tout sauf propre et aux normes, on s’était même plaint d’une disparition inquiétante des chats du quartier, mais les deux crétins n’étaient pas là pour faire dans la demi-mesure alors … dakota mit en apesanteur les bras du balourd, les tenant par l’esprit, le temps d’ouvrir la porte et d’assommer les quelques témoins qui n’étaient pas vraiment nombreux ce soir.

La voie était relativement libre jusqu’à la rue. Alors dak pressa max d’y aller rapidos pour ne pas qu’ils se fassent avoir. Malheureusement c’était sans compter sur cette crapule de chef cuistot, qui les interpella d’un cri strident, alors que le brun allait atteindre l’extérieur. « - fait chier. » ce n’était pas vraiment le moment d’avoir un autre corps sur les bras ; alors pas le choix.

Dakota lâcha à nouveau les bras pendant de sa victime et rattrapa max qui était bien devant lui « - dit, si l’oiseau continue de piailler ça va finir en boucherie. Comme je sais pas faire dans la délicatesse, je te laisse t’occuper de cet enfoiré, pendant que je charge le corps dans la voiture. Ça te va bleusaille ? » il n’avait pas intérêt à faire le difficile, le cuisinier avait déjà ameuté avec lui quelques suppos et ils n’allaient tarder à faire venir toute la rue en leur compagnie. Dak s’empara alors des jambonneaux de son ancien compère et les traina jusqu’au véhicule qu’il parvint à ouvrir sans trop de difficulté ; il aura peut-être même le temps de voir max à l’œuvre.


☾ ☾ ☾



Darkness is your candle.
yinnyang ☽ in the land of gods and monsters, i was an angel, living in the garden of evil. you've got that innocence i need.
Revenir en haut Aller en bas
Max Ross
Date d'inscription : 15/12/2017
Messages : 545
Pseudo : FERN
Avatar : baptiste radufe
multi : galileo 'dramaqueen' bruni & bebe "stoneboi" byrne & cliff 'stubborn' wood & jacò sol "mamaboi" veloso & loni "kiddo" lov
Réputation : 76
Bloc-note :
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: eldorado ft. max    Lun 26 Mar 2018 - 15:21

Il déteste les NULLS. Il déteste Ajay et sa bande de minable. Mais surtout, il déteste Dakota. Encore plus que les chemises de Bobby, ce qui est plutôt surprenant et qui ne doit, forcément, pas arriver bien souvent. Mais Dakota est pire que les chemises de Bobby, à ses yeux. Car le gamin est tellement... énervant. Il est viscérale. Il ne sait pas si c'est son caractère ou alors, sa mauvaise langue, trop semblable à la sienne, du moins à celle qu'il possède les bons jours, pas les mauvais comme aujourd'hui. Mais dans tous les cas, Max a bien envie d'abandonner le corps et la chambre d’hôtel, surtout le gamin, et d'aller dormir ailleurs. Tant pis si Ajay n'est pas chez lui ou pire, si Gali est au loft, il les endurera si c'est pour ne pas entendre les saletés que Dakota peut dire et faire pour l'irriter.
Max a simplement besoin d'une bière, d'un bol de soupe et de regarder une série à la con pour se calmer les nerfs.
Il veut juste une soirée sans problèmes à s'endormir comme une merde avec sa bière dans la main.
Mais non. Non, c'est trop demandé. Max en demande toujours trop à ce putain de monde à la con.
La grimace est grotesque sur ses traits, déforme son visage déjà peu charmant en quelque chose de presque dégoûtant. Car l'image l'est, dégoûtante. Max grince des dents, les yeux plissés et le dégoût dans la gorge. Si le surnom est horrible, ce qu'il voit dans son esprit, même l'espace de quelques secondes, l'est encore plus. Il n'est pas familier avec le corps des autres; hell, Max n'a jamais touché qui que ce soit sauf lui même et Naora, légèrement, il fut un temps. Il n'a pas besoin d'autres corps. Du moins, c'est ce qu'il s'est toujours dit jusqu'à récemment. Mais surtout, il n'a pas besoin d'avoir l'idée de ce que peut être le corps de son supposé père nu et surtout pas en compagnie du sien. Le chien fou se rend compte des trucs nombreuses conversations par message en compagnie de Gali lui offrent quelques détails supplémentaires à son imaginaire qui rend le tableau encore plus grotesque. Par dessus son épaule, le Shark lance un regard noir au gamin qui le suit à la trace. Il envisage un instant l'idée de lui balancer la dépouille à la gueule, une ou deux fois, peut-être trois, pour le faire taire ou du moins, l'empêcher de dire des conneries du genre. Mais Max a une pensée pour les femmes de ménage et suppose que, si elles sont de honnêtes travailleuses, elles ne méritent pas de nettoyer le sang sur les murs après sa colère passagère et surtout, régulière. Il se contente de dévisager Dakota et de le massacrer gentiment dans son esprit, ramener la dépouille de ce cher Timo sur son épaule comme un sac de patate, descendant les escaliers rapidement.
- bon. on va passer par l’arrière cuisine, normalement y a une caisse qui est garée dans l’impasse où ils jettent leur poubelle.
Le chien fou lui lance un regard noir, envisage une nouvelle fois de lui balancer le cadavre à la gueule.
- dakota ; Max gronde son prénom, inspire brusquement par les narines, bien tenté par la chose. Il laisse le corps quitté son épaule pour retourner contre le sol et, s'il envisage plus fort son idée, se trouve captivé par le tour de magie que lui offre le microbe. Max hausse d'un sourcil, intrigué, surtout fasciné, même s'il ne le montre pas réellement.
La porte est ouverte ; Max n'attend pas pour la traverser, voit déjà la voiture dans la ruelle, lève les yeux au ciel quand forcément, un salopard se met à hurler et forcément, Dakota appelle à l'aide comme une pucelle.
Enfin, pas directement. Il dit plutôt.
- fait chier.
Mais pour Max, c'est la même chanson à ses oreilles, pour le coup. Quand Dakota reprend la parole, il ferme les yeux une seconde, cherche le calme, et surtout, la force pour ne pas le frapper, fort.
- dit, si l’oiseau continue de piailler ça va finir en boucherie. Comme je sais pas faire dans la délicatesse, je te laisse t’occuper de cet enfoiré, pendant que je charge le corps dans la voiture. Ça te va bleusaille ?
Les dents du requin sont bien serrées, cette fois. Max dévisage le brun une seconde, le laisse prendre le corps et aboie :
- après lui c'est toi qui vas y goûter, crois moi.
Son regard reste posé sur lui un moment, plusieurs secondes, avant qu'un grondement traverse sa gorge et qu'il se tourne vers la porte et, par la même occurrence, vers les putains de connards d'employés qui les dévisagent comme des merdes. Il les méprisent tous. Pas autant que Dakota, mais suffisamment. C'est déjà énormément, dans tous les cas. Un autre soupir traverse ses lèvres avant que ses docs ne s'enfoncent dans ce qui semble être une flasque de liquide poubelle, avant qu'il ne serre, ENCORE UNE FOIS, des dents. Cette fois-ci, elles grincent les unes contre les autres et le bruit lui arrache un lourd frisson.
- j'voulais juste une putain de bière ; Les doigts métalliques agrippent le conteneur responsable du liquide puant sur le sol, créent déjà une marque apparente. Juste une saleté de nuit dans mon lit de merde, qu'il continue, un sourire crispé sur les lèvres. Et p'être même manger des fruits dégueulasses pour le p'tit déj parce que les gars, j'vais être honnête, votre cuisine vaut pas de la MERDE, le dernier mot est dit plus fort, propulsé en même temps que le conteneur contre la porte qui ferme brusquement, bloquant l'accès à la sortie aux connards derrière les fourneaux. Avoir su, il n'aurait pas pris le forfait déjeuner quand il a payé pour la semaine quelques jours plus tôt. Les fruits sont encore pire que ceux sur Néphède.
Il aurait pu les tuer; ils ont son nom, après tout, à la réception. Sauf que Max n'existe pas sur Altea. Sauf qu'il a faim, soif et surtout, les nerfs. Alors le Shark dévisage la porte bloquée un instant, crache au sol le suivant, avant de rejoindre Dakota à la voiture. Une jambe pend encore à l'extérieur du coffre. Max s'en empare et la balance à l'intérieur avant de fermer le coffre fortement, toisant Dakota par la même occasion avant d'aller dans le véhicule.
Côté conducteur ; hors de question qu'il laisse ce microbe conduire. Il ne lui fait pas confiance. Il claque la porte derrière lui avant d'envoyer un œillade sombre à nulls, haussant d'un sourcil, impatient.
- les clés? allez, merde. si tu veux que j'te lasse avec les flics. ils devraient pas tarder.
Il le ferait sans hésiter. Ajay lui dirait certainement merci.

☾ ☾ ☾


Revenir en haut Aller en bas
Dakota Bowers
Date d'inscription : 19/01/2018
Messages : 290
Pseudo : adé sprouts ou immortan joe
Avatar : owen teague
Réputation : 32
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: eldorado ft. max    Dim 29 Avr 2018 - 12:44

Il avait bien été content de tomber sur max et son caractère de cochon. Il était si susceptible et colérique qu’on aurait dit un fus d’essence, prêt à cramer n’importe quoi. peut-être que roxie n’était comme ça qu’avec lui, en tous les cas, le gosse n’en avait pas grand-chose à faire ; il était juste content que l’on pète un câble à ses paroles ou à ses gestes. Ils avaient tous deux l’insulte facile, accompagné d’un bon jeu de jambes et d’un poing qui ne cessait de les démanger quand ils se trouvaient seuls dans une pièce. On aurait pu penser à des clones. En tout cas, ils étaient chacun craints dans leur domaine de prédilection. C’était amusant. Ce qui l’était moins en revanche, c’était cette armée de cuistots affamés, qui n’avaient rien d’autre à foutre qu’à mettre leur grain de sel. Dak était d’ailleurs plutôt outré de constater un tel déroulement des choses, il se répétait alors dans sa tête qu’il n’était pas normal de ne pas pouvoir déplacer des cadavres tranquillement dans cette baraque pourrie. Heureusement, il demanda à max de faire le sale boulot, ces mecs avaient certainement une femme et des enfants, et ils étaient sans hésitation de bons maris soumis qui reprenaient un peu de pouvoir au boulot ; de ce fait, dak ne pouvait pas les tuer (il lui arrivait d’avoir parfois un sens moral, si peu développé était-il). Le mutant ne râla pas trop, ou du moins il ne mit pas une dizaine de minutes à balancer un morceau de ferraille dans la tête de ces malotrus, ce qui fit rire le gamin, si bien qu’il en oublia presque que son cadavre dépassait encore de la voiture. Et encore une fois, il ne put s’empêcher une réflexion stupide « - strike ! eh bah mon ptit vieux, je jouerai pas au bowling contre toi pour sûr. » sa bouche grimaça d’enthousiasme alors qu’il laissa à nouveau max le profaner. Il grimpa dans la caisse « - ça vaaaaaaaaa. Détends toi mon ptit loup, personne t’a obligé à venir hein. » là c’était peut-être la provocation de trop, surtout si on rajoutait le visage de tête à clac que bowers arrivait si bien à avoir. Cette tête agaçait tout le monde, même polly, polly qui avait certainement déjà dû avoir des envies de meurtres, mais qui les remplaçait brillamment par des câlins. Il y avait bien une personne qui trouvait ce visage grotesque amusant : c’était bebe. Parce que bebe connaissait vraiment dak, et surtout parce qu’il trouvait tout drôle chez lui, même quand il s’énervait tout seul. byrne avait tout compris, il avait toujours une longueur d’avance sur les autres.

La voiture démarra enfin, et dakota, qui avait été un instant à crans, retrouva rapidement ses sales habitudes, une fois que le stress fut définitivement passé. ses pieds s’installèrent confortablement près du parebrise tandis que ses jambes démesurées tentaient de trouver leur place, dans cette cabine. Il sortit une autre cigarette appartenant à max de sa poche et l’alluma. « - pense à ta ptite mousse qui t’attend, et à ta bouffe que je vais payer avec mon argent. » ouais, dak était plutôt fier, il avait encore réussi à retomber sur ses pattes et à trouver un moyen de finir le taffe plus vite. C’en était presque jouissif.

La fumée empesta bientôt la voiture, et bowers, dans son infinie bonté alluma une autre clope pour la tendre à max. ça pourrait peut-être le relaxer et donc le faire devenir moins chiant – si c’était possible bien sûr. « - en tout cas, sympa la déco de cet hôtel miteux (qui ressemblait étrangement à la déco rococo de sa maison). Mais qu’est ce tu fous là-dedans ? t’essaies d’imiter le pauvre ? » un ricanement gênant vint tenir quelques secondes compagnie à la fumée épaisse. « - non sans rire, tu peux pas trouver mieux comme piaule ? t’as de la gueule, ça te ressemble pas de trainer dans ce genre de planque. » il était certain que c’était plus le genre de dakota de s’inviter parmi la crasse.

Le gosse afficha un sourire, limite amical avant de jeter sa cigarette par la fenêtre et de regarder au dehors. Il y aperçut une décharge se jetant dans un lac maronnasse qui se dégradait parfaitement avec la pureté des beaux quartiers d’altea. « - bienvenue à oriel, la plus belle. » murmura le gamin avant de laisser la voiture s’arrêter pour y sortir. « - allez amène toi, la récompense est au bout du chemin. »

☾ ☾ ☾



Darkness is your candle.
yinnyang ☽ in the land of gods and monsters, i was an angel, living in the garden of evil. you've got that innocence i need.
Revenir en haut Aller en bas
Max Ross
Date d'inscription : 15/12/2017
Messages : 545
Pseudo : FERN
Avatar : baptiste radufe
multi : galileo 'dramaqueen' bruni & bebe "stoneboi" byrne & cliff 'stubborn' wood & jacò sol "mamaboi" veloso & loni "kiddo" lov
Réputation : 76
Bloc-note :
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: eldorado ft. max    Mer 2 Mai 2018 - 21:40

Il lui cognerait la tête sauvagement contre le tableau de bord pour le faire taire, pour faire disparaître le sourire suffisant sur ses lippes, également. Dakota balance des merdes et Max le dévisage avec la colère dans les yeux, dans les veines aussi, le ventre encore creux et le corps épuisé par sa journée. Les envies sont nombreuses, les raisons pour commettre un meurtre également. Un peu de compost dans le potager ferait le plus grand bien mais il doute que la carcasse de Bowers apporte autre chose que des mauvaises herbes. Max serre les dents et se contente de détourner le regard alors, lui accordant peu d'attention, démarrant déjà le véhicule tandis que l'idiot fait de son siège son trône. Un regard en coin dans sa direction et Max s'engage dans la rue, dans les rues, avance trop rapidement peut-être, exécute à peine les arrêts et les lumières, envisageant la possibilité que pourrait lui offrir un arrêt brusque. Dakota passant au travers du parebrise lui semble une belle idée ; un accélération ensuite, pour que le gamin passe sous les roues du véhicule, et ensuite peut-être pourrait-il ramener le cadavre du coffre à Ajay pour son potager avant d'aller passer la nuit chez Luna. Ils ne se parlent pas encore plus qu'il faut, qu'importe les liens, qu'importe le cluster, mais le Shark sait qu'il peut compter sur elle et l'inverse également. Elle est un point de repère. Bien vite, le véhicule est envahi par un nuage de boucane qui l'apaise un peu. Les promesses grossières du nulls le calme un minimum et Max lui lance un regard en coin, comme pour s'assurer qu'il dit la vérité, avant de s'emparer de la cigarette qu'il lui tend. Le chien fou lui adresse un léger signe de la tête pour le remercier, sans le moindre mot, avant de coincer la merde entre ses lèvres, sachant totalement qu'elle lui appartient, cette saleté, et que Dakota l'a volé, en continuant sa route. S'il espère brièvement un voyage calme jusqu'au lieu de dépot pour leur colis macabre, Bowers n'est pas du même avis. Ross serre les dents lorsqu'il démarre avec ses questions, mordant une parcelle de sa langue par la même occasion. Un goût de fer se glisse dans sa bouche comme l'impatience le fait, dans ses veines.
Il soupire brusquement des narines, une main toujours sur le volant, l'autre s'occupant de la clope qui perd de son effet calmant. La bête gronde entre ses lippes, mauvaises, les crocs en dehors de la muselière.
- j'pensais y avoir la paix. qu'il dit, profondément agacé, tout en lui lançant un long regard. j'me suis trompé.
Max a, après tout, plusieurs lieux où il peut se perdre pour passer la nuit et même ses journées. Ses contacts sur Altea ne cessent de croître et les gens ne manquent pas. Il sait que certaines portes ne sont jamais fermées mais cela ne veut pas dire, bien évidemment, qu'il a envie de voir quique ce soit. S'offrir une chambre d'hôtel merdique était la meilleure des solutions pour avoir quelques heures en solitaire. Mais forcément, Dakota est un sale gosse qui n'a aucun respect pour la vie privée des autres. Si Max envisage encore une fois de lui écraser le visage contre le tableau de bord, ils arrêtent rapidement, arrivé à destination. Max coupe le moteur et le laisse faire les présentations. Il connait Oriel, s'y est aventuré plusieurs fois et Dakota l'y a vu également, mais le gamin est ignorant d'une multitude de choses et s'il est curieux, le Shark ne lui dira pas grand chose sur sa personne. Il attend de finir les dernières miettes de sa clope avant d'ouvrir la porte et de sortir également du véhicule, laissant tomber le déchet au sol avant de l'écraser. Ross pose une main contre sa nuque et tente une seconde de faire craquer son cou, avant de soupirer et de rejoindre le brun. Son regard s'attarde un moment sur les bâtiments autour d'eux et il finit par hausser d'un sourcil, avant de tourner son regard vers lui.
- Compte pas sur moi pour sortir ton pote du coffre. Tu le fous toi-même aux chiottes. J'suis juste là pour la bière et la bouffe, la bouche se tord en une grimace souriante, avec les mots, et Max enfouit ses mains dans ses poches avant d'appuyer son fessier contre l'aile arrière du véhicule, ouvrant le coffre au passage. À l'intérieur, le cadavre a bougé, et à l'odeur, Max devine parfaitement que Bowers ne lui a pas foutu une serviette dans le cul pour l'empêcher de chier partout. J'crois qu'il t'a fait un cadeau, en plus.
Le rictus grandit, sur les lippes. Le Shark sort une clope de ses poches et l'allume, nonchalant, avant de le regarder de nouveau, attendant à ce qu'il s'exécute.

☾ ☾ ☾


Revenir en haut Aller en bas
Dakota Bowers
Date d'inscription : 19/01/2018
Messages : 290
Pseudo : adé sprouts ou immortan joe
Avatar : owen teague
Réputation : 32
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: eldorado ft. max    Mar 22 Mai 2018 - 16:27

Dak avait pile poil le caractère que max détestait. Il était borné, joueur et bavard. Il brassait du vent, et surtout des conneries. Il riait de tout. surtout de voir roxie énervé. Ce qu’il disait, la manière dont il le faisait, amusait le plus jeune qui, grossièrement, faisait roucouler sa gorge, le dos recroquevillé et le regard inquisiteur. Max n’avait aucun sang-froid et il rejoignait très certainement le môme sur ce point. Mise à part ça, ils étaient très différents. C’était comme des frères. Des frères ennemis et pourtant le même sang coulait dans leurs veines. Ici ce n’était pas le cas, autre chose remplaçait ce liquide pourpre et il était clairement impossible de déterminer quoi. dak avait déjà avoué à max qu’ils auraient pu être d’une même fratrie. Bien sûr, ce dernier avait grimacé et avait commencé à insulter la Terre entière, ce à quoi bowers a intelligemment répondu que c’était absolument vrai et que d’ailleurs, dans une famille, il y avait toujours le frère raté inutile et le frère beau et intelligent (en l’occurrence, le nulls parlait de lui-même). c’était ainsi que se dessinaient leurs relations. Polly avait déjà entendu parler de max, parce que dakota aimait déconner à propos de son boulot. Elle avait d’ailleurs pu deviner que son enfant était bien plus attaché à ce connard arrogant comme il le surnommait la plupart du temps, qu’il ne voulait bien le dire. polly avait à l’occasion déjà tenté la plaisanterie à ce sujet. En rétorquant qu’elle voyait clair dans le jeu de son gamin parce qu’elle l’avait porté 9 mois dans son ventre ; ce à quoi bowers avait répondu par une claque derrière la tête. Pauvre maman ; elle essayait simplement de faire de l’humour. Visiblement, ce n’était pas très convaincant. Dak n’arrêtait pas de penser que si son entourage était au courant de ce qu’il faisait subir à sa mère, il serait déjà mort à l’heure qu’il est. Peut-être mérite-t-il de crever, peut-être était-il trop tard pour se racheter ? mais alors, qui s’occuperait de bebe ? et qui irait faire chier max ?

Il n’était pas temps de crever. Dakota avait encore un milliard de choses à faire et la première était de débarrasser ce gros pion de la voiture. La nuit allait être longue, surtout au vue de son prochain devoir qui était de nourrir max. d’ailleurs, l’avait-il prévenu que dak était à sec ? ou avait-il affirmé l’inverse ? impossible de se souvenir. Après tout ce n’était qu’un détail, max paiera sa bouffe et sa bière mais il ne le saura qu’à la fin.

Le coffre s’ouvrit, et le gosse manqua bien de tapisser la voiture d’une délicieuse couche de gerbe. Sans rire. L’odeur était juste intenable. comment avait-il pu oublier que la mort provoquait ce genre de désagrément ? peut-être parce qu’il n’avait jamais complètement nettoyé un corps ? ou peut-être parce qu’il était simplement et tout bonnement idiot. Le karma se retournait petit à petit contre lui, et pour la première fois, on aurait pu penser que le gamin s’avouait vaincu. le visage de max était jouissif à voir, il avait pris cet air victorieux et narquois ; celui que d’habitude, dakota ornait si bien. Le nulls poussa un grognement avant de retrousser ses manches « - ça va. C’est pas de la merde qui va me faire peur. » une main invisible vint alors boucher le nez de bowers le temps de trainer cette carcasse en dehors de la voiture. « - bon sang, en plus de puer il pèse vraiment trois tonnes. » les mouvements avaient du mal à suivre, d’autant plus que max savourait à côté un petit moment de victoire (certainement bien mérité). Triste destin retourné. Une fois que dak eut mis par terre ce gros lourdaud, il poussa un souffle de gonzesse et posa ses poings sur ses hanches. D’un geste du menton, le corps roula jusqu’au bord de l’eau, ce qui permit au diablotin de se libérer les narines. Dakota ramassa ensuite une pierre et l’attacha au pied du puant avant de le laisser finalement prendre le large.

« - une bonne chose de faite (et une chose très mal faite surtout. » déclara le gamin d’un air ridiculement satisfait. Il se tourna finalement vers max, les bras tendus, dégageant encore une belle odeur insoutenable. Il était comme un enfant, désireux de pousser le vice jusqu’au bout, l’air ricanant. « - pas b’soin de te payer à manger finalement hein ? voilà pleins de vitamines. » et pourtant, le nulls fut le premier à remonter dans la voiture, le ventre s’étant creusé également, suite à ce périlleux travail.


☾ ☾ ☾



Darkness is your candle.
yinnyang ☽ in the land of gods and monsters, i was an angel, living in the garden of evil. you've got that innocence i need.
Revenir en haut Aller en bas
Max Ross
Date d'inscription : 15/12/2017
Messages : 545
Pseudo : FERN
Avatar : baptiste radufe
multi : galileo 'dramaqueen' bruni & bebe "stoneboi" byrne & cliff 'stubborn' wood & jacò sol "mamaboi" veloso & loni "kiddo" lov
Réputation : 76
Bloc-note :
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: eldorado ft. max    Sam 26 Mai 2018 - 17:16

Les canines sont longues et aiguisées, entre les lippes du Ross. Le regard bleuté luit d'une lueur plus sombre tandis qu'il dévisage le gamin être approché par un fort haut le coeur, sans pour autant rendre la nourriture qu'il a mangé dernièrement - celle de Max, d'ailleurs-. Le désintéressé prend brièvement place lorsque le gamin garde la tête haute, pourtant, et Max se contente de l'observer d'un oeil peu attentif, l'odeur le prenant légèrement par les narines. Il a l'habitude, avec néphède. Son monde ne porte pas forcément les meilleurs odeurs. Ce sont celles d'Altea qui le prennent le plus aux tripes, du moins les premières semaines lorsqu'il est arrivé, car tout était trop pur et que ses poumons n'avaient pas l'habitude d'une chose aussi parfaite à l'intérieur d'eux. Il lui arrive, lorsqu'il passe un peu trop de temps dans le vert des lieux, que ses poumons crachent pendant de nombreux jours lorsqu'il retourne dans le brouillard constant de Néodam, et qu'on lui balance une tape lourde dans le dos, en lui disant de continuer de fumer, comme si la plaisanterie n'avait pas perdue de son amusement depuis des millénaires déjà. La grimace reste présente sur ses traits - quand n'est-elle pas présente, aussi ? - tandis que le corps est extirpé de la voiture et que Dakota se sert de sa capacité pour faire rouler la dépouille lorsqu'à l'eau. Le regard brille brièvement d'un oeil intéressé, car Max ne peut s'empêcher, à tous les coups, d'être captivé par cette aptitude. Il lui arrive, certains jours, de se demander si son père venait réellement de néphède. Son passé est flou autant que son présent est clair, et autant puisse-t-il savoir exactement la personne qu'il est, Max doute de ceux qui l'ont fait. Il y a une part de lui qui cherche sans cesse à apprendre tout sur le King, par défaut, et peut-être est-ce sot d'avoir choisi cet homme comme père, pour tout ce qu'il est, mais Max l'accepte, et Ajay fait peut-être la même chose de son côté. Certes, le lien n'est pas sentimental - ou du moins, ils ne le dévoilent pas comme étant sentimental, bien qu'il le soit - et les rencontres sont minimes, mais ils sont là, l'un pour l'autre. Il lui arrive, pendant de brêves secondes de rêverie, qu'il se demande quelle aurait été sa manipulation si Ajay avait réellement été son père.
Mais Max ne s'attarde pas sur les et si. Il ne regrette pas la chose, ni ses parents morts, ni même ce père de remplacement. Il est fier de ses propres capacités, encore plus lorsque son regard reste accroché à Bowers qui, peut-être légèrement idiot, se contente d'une seule roche aux pieds du gros balourd avant de le jeter à la flotte. Il lui faut quelques secondes pour tourner le regard vers le gamin lorsqu'il s'exclame fièrement avoir fini, comme pour s'assurer qu'il est sérieux. L'expression aigri quitte ses traits une seconde, remplacée par la surprise, le rendant presque innocent, avant qu'il ne fronce dangereusement des sourcils, inquiet pour le commerce de son paternel. Il lui en parlera.
il est long, tristement long, le soupir qui quitte ses lippes lorsque Dakota se glisse dans le véhicule. Le Shark secoue sa tête quelques secondes avant de monter à son tour dans la voiture, le nez légèrement retroussé par l'odeur nauséabond qui s'évade du brun. En silence, il ouvre les quatre fenêtres électriques de la bagnole, avant d'allumer le moteur, non sans dévisager le gosse. maintenant t'es une merde qui sent la merde. congratulation loser. enfin dans ton habitat naturel. Les crocs s'affichent une nouvelle fois, avant que le moteur ne gronde un coup, puis deux, et que Max se mette en route au travers de la ville. À la radio, un rappeur hurle quelques paroles, et Max y jete un bref regard avant de monter le volume, à peine. tu devrais mieux faire ton boulot, par contre, microbe qu'il gronde, un regard vers lui, puis sur la route, en direction d'un macdo quelconque - leurs salades sont plutôt canons - avant de continuer, la bouche tordue en un sourire plutôt vorace. j'crois pas que mon père s'rait heureux de voir comment tu débarrasses des corps pour le gang. faudrait pas qu'il te montre comment faire le boulot en prenant exemple sur ton propre corps, hm ? Un feu rouge. La voiture s'arrête. Le macdo est en vue. À la radio, la chanson tourne toujours pendant quelques secondes, avant que l'animateur prenne la parole de nouveau, dictant le nom du chanteur - un certain sol - pour ensuite poursuivre sur une autre piste musicale. ou celle de ton blondinet, qui sait. Cette fois-ci, le regard est ancré dans le sien. tu prends quoi au macdo, donc? c'est moi qui offre. Les crocs sont encore là.

☾ ☾ ☾


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
 
eldorado ft. max
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
STATE OF DISORDER :: THERE WAS EVENING AND THERE WAS MORNING :: ALTEA :: CENTRAL CITY :: ORIEL :: NORTH ORIEL-
Sauter vers: