année jouée : 4035 (les jours et mois suivent l'irl)

multivers futuriste, dimensions parallèles liens physiques et cosmiques avatars réels 200*320 diversité à favoriser 3 jrs pour poster la fiche, 7 jrs pour la remplir, délais autorisés parrainage et entraide 300 mots minimum en rp 2 rp par mois nos playlists.

Partagez | 
 

 when the night is not over (brisol)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Date d'inscription : 01/05/2018
Messages : 221
Pseudo : fern
Avatar : dylan rieder
multi : max, gali, bb, cliff, loni, paul, ari.
Réputation : 38
Voir le profil de l'utilisateur

les yeux s'ouvrent grand. le corps est en sueur, inconfortable, et tendu à l’extrême. à côté de lui, elle n'a pas bougé. jacò laisse son regard glissé contre le corps de son amante une seconde, le temps de calmer son souffle, avant de s'extraire des draps lentement, sans le moindre bruit, et de quitter la chambre à coucher. au cours de la nuit, son bras a atteint le zéro ; qu'importe s'il a modifié son timer pour que celui-ci accepte le zéro sans la moindre mort, le choc reste présent. assez pour le réveiller les maigres choix oû il parvient à dormir. mais la chose ne le dérange pas ; les rêves ne sont pas agréables, de toute manière, lorsqu'ils sont présents. plusieurs sont hantés par le visage de salvatore qui lui demande de le retrouver ou qui se contente de lui tourner le dos et de continuer sa route, qu'importe à quel point l'hispanique hurle, pour attirer son attention. il ne compte plus le nombre de fois où il a fini sur les genoux, trop souvent, tellement que ses yeux glissent souvent vers ses jambes pour y voir des ecchymoses qui n'existent pas. un soupir quitte ses lèvres ; il passe une main dans ses cheveux, sur son visage, avant de pousser la porte de la chambre et de se glisser dans la demeure. elle est silencieuse ; trop, peut-être. il se souvient d'autres nuits blanches, d'autres réveillent un peu brusques au milieu de la nuit, plusieurs en compagnie des deux autres hommes de la maison. mais ils ne sont plus là, maintenant. jacò s'en veut, souvent, de ne pas être aller aux funérailles. mais avec tout ce qui se passait, il avait l'impression de ne pas y avoir sa place. il n'a toujours pas mis les pieds sur leur tombe, une certaine peur des médias dans les tripes. peut-être qu'il y aura prochainement en compagnie d'ashley. mais pour l'heure, son regard glisse sur les comptoirs de la cuisine, s'attendant presque à voir ansel une tasse à la main, un air endormi sur les traits, comme un doux sourire. puis d'entendre la voix d'olivier, pesté tout le matin, car l'autre ne garde pas les yeux ouverts.
mais il n'y a que le silence.
que le silence, son coeur qui palpite un peu trop vite, et son corps beaucoup trop actif.
il n'a pas ses cachets, forcément. il n'a pas vu jules depuis quelques jours, et comme de nombreuses fois avant, jacò a osé croire qu'il allait tenir le coup jusqu'à la prochaine fois. il a des sueurs froides, légères. la tête en bordel, soudain.
un raclement quitte sa gorge et il ouvre la porte du frigo, en prend une pinte de jus, un restant au hasard qu'il ne prend même pas la peine de chauffer, qu'il commence à manger avec les doigts, sans manières, sans grande envie, le regard fixe au loin. pour ajouter de la propreté de la chose, il passe ses doigts dans ses cheveux à l'occasion, ou gratte mollement son ventre, puis continue de manger. les gorgées de jus sont prises sans la moindre délicatesse, une filament glissant à l'occasion le long de sa bouche, contre sa mâchoire puis dégoulinant légèrement contre son torse. il manque, sans surprise, de renverser le contenant lorsque son regard croise une ombre, dans le couloir. shit brie qu'il aboie, avant de rire longuement et de passer une main dans ses cheveux, puis contre son coeur. j'pensais qu'tu dormais. j't'ai réveillé ? la bouche se tord en une grimace désolée avant qu'il ne porte un regard au plat encore froid qu'il a massacré de ses doigts et constate par la même occasion sa propre nudité. il n'a même pas pris la peine d'enfiler un caleçon avant de quitter la chambre. mais jacò n'est pas embarrassé pas sa nudité en temps normal, et l'est encore moins en présence d'ashley qui l'a vu plus souvent que la plupart des gens. elle le connait peut-être aussi bien que son propre corps, depuis le temps. surtout si on prend en compte que son propre corps, elle apprend à le connaître de nouveau, depuis son réveil. t'arrivais plus à dormir sans mes ronflements ? qu'il plaisante, l'altéan, une lueur amusée contre le regard, essuyant ses doigts contre un linge qui traîne sur le comptoir, avant de s'approcher d'elle pour l'encercler de ses bras, les doigts glissant un certain contre la marque d'ashley sans la moindre pudeur.

☾ ☾ ☾


i feel like shit
this must be love
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 16/01/2018
Messages : 613
Pseudo : fivedaysofjuly
Avatar : ariana grande.
multi : nina rhodes (ft. lily collins) + yohan pearson (ft. jung hoseok) + tamsyn huggins (ft. zoey deutch)
Réputation : 61
Bloc-note : ashley vient de passer cinq ans dans le coma + elle a tendance à laisser des petites notes un peu partout à tous les gens qu'elle aime + elle a toujours été très à l'aise dans l'industrie de la musique et ne s'est jamais laissée embarquer par ses démons + ses proches sont extrêmement importants pour elle, elle peut devenir très conne si vous essayez de vous en prendre à eux + elle est un peu drama queen sur les bords + elle porte quasi tout le temps des robes sur scène.


Admin
Voir le profil de l'utilisateur

when the night is not over
C’est comme si elle pouvait le sentir. Quand elle se retrouve toute seule dans son lit, Ashley se réveille automatiquement. C’est comme ça depuis quelques mois. Elle s’est ré-habituée à ne pas dormir seule, avec les nombreux passages de Jaco, les nuits qu’elle a passées chez Gali aux touts débuts, et ses soirées chez Lupe. Ça lui fait toujours bizarre, de dormir seule chez elle. Le vide de la maison l’oppresse, à vrai dire. Elle a eu beau mettre de beaux tableaux, construire des bibliothèques, et transformer le bureau de son grand-père en studio, tout lui semble toujours trop grand pour une seule personne. Elle a bien pensé à prendre un colocataire, mais quand on a son niveau de notoriété, c’est plutôt compliqué de poster une annonce, et même de trouver quelqu’un en qui on a suffisamment confiance pour partager le quotidien. Alors elle ne dit rien de sa difficulté à dormir entre ces murs à son nom, et invite autant que possible tous ceux qui sont intéressés, même si ce n’est pas forcément sain, ni très mature, comme comportement.
Jaco est un habitué des lieux, et pour le coup, elle n’a pas de problèmes à le faire venir. Ils ont repris leur petit manège, comme avant, et ça lui fait du bien. Ça lui fait du bien de voir qu’au milieu de tous les bouleversements, il y a des choses qui restent, qui ne changent pas - ou pas trop. Il comble le vide, avec ses cheveux fous, ses jeans délavés et son habitude de déambuler dans la maison en caleçon. Il la fait rire et lui fait oublier qu’un jour, il y a eu d’autres âmes ici.
Ashley ne sait pas vraiment quelle heure il est, et ne cherche même pas à jeter un coup d’oeil au réveil : elle enfile sa robe de chambre en soie et quitte la chambre à son tour, à la recherche de son amant disparu. Ses pas la portent vers la cuisine sans la moindre hésitation. C’est toujours l’endroit où ils se retrouvent, la cuisine. Elle doit avoir l’air d’un épouvantail, avec ses longs cheveux détachés et ses yeux à moitié ouverts seulement. shit brie La réaction de Jaco finit de la réveiller - et la fait rire, surtout. Il a l’air malin, nu comme un ver, avec son jus et son assiette. j'pensais qu'tu dormais. j't'ai réveillé ? Elle fait non de la tête, en s’étirant comme un chat. C’est pas lui qui l’a réveillée. C’est son absence. t'arrivais plus à dormir sans mes ronflements ? Elle fait oui de la tête, cette fois, avec un petit air penaud. Ils me beeeeercent. Comme les veilleuses qu’on met aux bébés. Elle le laisse approcher, et le laisse l’étreindre de ses bras familiers. Tu sens le jus de fruit. Et les lasagnes. dit-elle avec un sourire, avant de faire glisser sa langue sur son menton en riant légèrement. Jus d’orange, donc. Elle pose sa tête contre son cou, et ferme les yeux. Come back to beeeeeeed. J’veux pas que tes fesses aient froid. Elle pose ses mains sans la moindre gène sur lesdites fesses. J’ai encore fait du kung-fu ? demande-t-elle doucement, son sourire s’étirant contre la peau de Jaco. Il a l’habitude : elle bouge tout le temps dans son sommeil - elle lui a donné plus d’un coup depuis qu’ils se connaissent. Pourquoi tu dors paaaaas? demande-t-elle en se redressant un peu pour le regarder dans les yeux, ses mains toujours posées sur sa peau nue.
Elle cherche la réponse sur son visage, dans ses yeux, dans son étreinte mais ne lit rien - elle sait plus lire en lui comme avant. C’est pas grave, c’est normal, après toutes ces années. Ce n’est pas un drame, tant qu’il sait qu’il peut lui parler. Elle lui fait un bisou sur la joue, puis deux, puis trois, comme une gamine.

☾ ☾ ☾


kill them with kindness.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 01/05/2018
Messages : 221
Pseudo : fern
Avatar : dylan rieder
multi : max, gali, bb, cliff, loni, paul, ari.
Réputation : 38
Voir le profil de l'utilisateur

elle est belle, ashley. délicate et forte, à la fois. elle est remplie de complexe qui ont fait en sorte, au tout début, que jacò lui donnait plus d'attention qu'il le désirait, car elle était un mystère. peut-être qu'elle en est encore un. mais elle n'est plus son mystère. du moins, il s'est rendu compte, avec les années et aussi, depuis son réveil, que les sentiments ne sont pas aussi forts qu'autrefois. il n'a pas peur, avec elle. il n'a pas cette peur d'être mis à nu et d'être vulnérable, car elle détient son coeur entre ses doigts. maintenant, elle se contente de le caresser doucement sans le prendre entre ses jointures, comme elle caresse sa peau de ses lèvres et de son corps lorsqu'ils sont dans les draps ou ailleurs. mais il l'aime toujours. ça ne change rien à leur lien. le lien avait déjà une particularité, après tout. non, ça définie peut-être un peu plus leur relation. ils se réconfortent et s'aiment à défaut de pouvoir aimer autrement, peut-être. ils se perdent l'un contre l'autre dans un confort qu'ils connaissent et car ils se font confiance, car ils savent que l'autre n'est pas attaché de cette manière là, du moins, et qu'ils marchent, de cette manière là. il lui est arrivé, à certaines occasions, de lui parler d'un androide dont il ne connait pas le nom, comme il est arrivé à ashley d'avoir les yeux brillants à propos de certaines personnes. certaines choses restent secrètes ; il ne lui a pas réellement parler de la mort de salvatore, ni de sa vie avant, bien qu'elle doit savoir, maintenant qu'elle détient un cluster, que jacò vient d'altea. mais ce sont des faits établis dans le silence, dans une compréhension muette, comme l'hispanique comprend des choses de sa part mais qu'il ne dit pas, car il suppose qu'elle abordera la chose lorsqu'elle voudra enfin en parler. et si elle ne le fait pas, il sera là pour elle autrement. il se garde d'être totalement hypocrite avec elle ; il n'ira pas la forcer à ouvrir sa tête et son coeur quand il est incapable de faire la même chose. ils se contentent de s'ouvrir les bras et les cuisses, de s'enlacer d'une autre manière, de se comprendre autrement, et de se réconforter comme ils peuvent le faire habilement sans incident.
et elle le réconforte, d'une certaine manière, à simplement être. à simplement être là, vêtue de soie, encore à moitié endormie, presque minuscule comparée à lui. il est étrange de se sentir en sécurité tout en tenant une minuscule fille dans ses bras, mais ashley lui apporte un sentiment proche de la sécurité, pourtant. ses yeux se plissent tandis que le rire s'élève de ses lèvres également, ceux de la brune pendus à son menton. il laisse ses doigts glisser dans sa crinière de lionne, presque indomptable. you're so fucking cute, brie. la voix est légère et il pose un baiser contre sa tête, tandis qu'elle pose des questions auxquelles il n'a pas forcément envie de répondre. mais elle lui offre une porte de sortie, par la même occasion, et c'est peut-être également pour cela qu'il l'apprécie autant. il y a des gens, dans sa vie, comme aure et iliana, qui le font sentir à un interrogatoire pour chaque chose qu'il fait. mais ashley ne l'enferme pas ; elle ouvre plutôt toutes les portes et fenêtres, au point de faire même tomber les murs. et il ne fuit pas. il n'a pas envie de fuir. continue comme ça et réchauffe les, elles auront pas froid. par contre, c'est un boulot à temps plein, attention. t'auras peut-être besoin d'aide. tu connais le numéro d'un mec pour nous aider, peut-être ? ou t'as un jouet quelque part ? la bouche se tord en un rictus tentateur. sa joue est douce par les baisers qu'elle y a laisser, et il finit par fermer les yeux, laissant son cou se tordre maladroitement pour poser sa tête contre son épaule. who needs a bed ? il souffle les mots en la serrant un peu plus fort, les pensées encore hantées par le rêve horrible dont la plupart des images se sont effacées. il croit avoir vu l'androide. celui qui le hante, même le jour. il ne connait même pas son nom. mais il se souvient de la courbe de son corps, et du schéma de ses circuits. il se souvient des 1 et des 0 qu'il a lu en lui, comme un poème. il se demande, parfois, si une chanson en binaire pourrait être intéressante. mais il n'a pas envie de penser à cela ; ni à l'inconnu, ni à salvatore, ni à la maison, ni à son timer à zéro ou encore, ses cachets manquants. jacò enfouit un peu plus son nez dans la crinière parfumée de la brune, inspire doucement avant de glisser ses bras plus bas, contre sa taille, puis de l'agripper pour la soulever, si légère, et l'asseoir contre le comptoir. il se presse contre elle, entre ses jambes, un sourire charmeur au coin des lèvres. the whole world is our bed, brie.

☾ ☾ ☾


i feel like shit
this must be love
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 16/01/2018
Messages : 613
Pseudo : fivedaysofjuly
Avatar : ariana grande.
multi : nina rhodes (ft. lily collins) + yohan pearson (ft. jung hoseok) + tamsyn huggins (ft. zoey deutch)
Réputation : 61
Bloc-note : ashley vient de passer cinq ans dans le coma + elle a tendance à laisser des petites notes un peu partout à tous les gens qu'elle aime + elle a toujours été très à l'aise dans l'industrie de la musique et ne s'est jamais laissée embarquer par ses démons + ses proches sont extrêmement importants pour elle, elle peut devenir très conne si vous essayez de vous en prendre à eux + elle est un peu drama queen sur les bords + elle porte quasi tout le temps des robes sur scène.


Admin
Voir le profil de l'utilisateur

WHEN THE NIGHT IS NOT OVER

you're so fucking cute, brie. Ashley sourit, frissonne quand il passe une main dans ses cheveux trop longs. Elle adore qu’on lui touche les cheveux. i know dit-elle finalement avec un sourire en coin. Elle n’a aucune honte à utiliser ça en sa faveur, que ce soit avec Jaco ou avec les autres. continue comme ça et réchauffe les, elles auront pas froid. par contre, c'est un boulot à temps plein, attention. t'auras peut-être besoin d'aide. tu connais le numéro d'un mec pour nous aider, peut-être ? ou t'as un jouet quelque part ? Elle hausse les sourcils, feignant d’être offensée. for now, i can take care of them myself, thank you very much. are you really underestimating me? Elle serre un peu plus son emprise, accompagne son geste d’un petit rire amusé. Ils ont l’habitude de partager leur lit avec une troisième personne : ils l’ont fait plus d’une fois. Ils se connaissent bien qu’ils agissent en symbiose, naturellement, autour d’un nouvel amant ajouté à l’équation - amant ou amante qui n’est d’ailleurs jamais déçu. Tout semble toujours si simple, avec Jaco : il n’y a pas de réflexions compliquées, pas de questions qui brisent l’harmonie. Tout est clair, tout est limpide et c’est exactement ce dont Ashley a besoin, après ces quelques mois dans une confusion totale suite à son réveil. Il est comme un pilier, comme un phare qui est toujours là pour la guider, la prendre par la main, aussi noire que soit la nuit. Elle l’aime profondément. Pas comme certains fans aimeraient qu’elle l’aime, pas comme la plupart des gens pensent qu’ils s’aiment… Mais elle l’aime. Leur amitié amoureuse est de loin l’une de ses plus belles relations, et même s’ils savent que leur manège finira par s’éteindre, Ashley n’a pas peur : Jaco fera toujours partie de sa vie. Amant, ami, ou les deux, peu importe, tant qu’il est là.

who needs a bed ? Il se blottit contre son épaule, la serre un peu plus fort contre lui. Elle lui rend son étreinte, fait glisser sa main dans sa nuque, caressant ses cheveux du bout des doigts. Il la surprend quand il la soulève, et elle lâche un petit cri doublé d’un rire quand il la pose sur le comptoir de la cuisine. Son peignoir glisse contre son épaule, mais elle ne fait aucun effort pour le remettre en place - pas besoin, avec lui. the whole world is our bed, brie. Elle s’apprête à lui déposer un doux baiser sur les lèvres quand la phrase lui monte au cerveau. Avec un sourire en coin, elle recule un peu pour pouvoir le regarder dans les yeux, les sourcils levés. the whole world is our bed. Elle danse des sourcils, amusée. Répète encore la phrase, en la chantonnant, cette fois. I think you’ve found the title of our new song. Elle avance un peu, se rapprochant un peu plus du corps du brun. or the title of our sex tape… Elle libère une de ses mains pour la faire glisser contre le torse de Jaco, traçant les contours de ses muscles. right now i’m more in the mood for a sex tape, to be honest. Elle fait glisser ses lèvres étirées en un sourire contre sa joue. if you need somebody to tire you out so that you can sleep again… i volunteer. Ashley approche ses lèvres des siennes... however… Une petite grimace vient gâcher son sourire. this whole lasagna and orange juice mix… not really a turn-on…

☾ ☾ ☾


kill them with kindness.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 01/05/2018
Messages : 221
Pseudo : fern
Avatar : dylan rieder
multi : max, gali, bb, cliff, loni, paul, ari.
Réputation : 38
Voir le profil de l'utilisateur

ashley est belle, douce, et bonne. elle a été, dés leur rencontre, une personne importante dans sa vie. jacò s'imagine parfois que sa mère aurait été heureuse qu'il ramène une fille comme elle à la maison. mais jacò ne ramène personne à la maison. il n'a jamais eu envie de se lier à quelqu'un à un tel point. il n'y a que sa famille qui le connait entièrement, qui connait les faces cachées de son visage, de son caractère, et jacò doute être capable de se dévoiler complètement. il se sait destructeur, sur le long terme. pour les autres, mais pour lui-même. car qu'importe le bonheur qu'il ressent, il redoute la chute et de ce fait, désire de la créer lui-même. c'est plus fort que lui. qu'importe les sentiments ressentis au moment précis, il s'imagine le futur et les images qui dansent dans sa tête ne sont pas forcément jolies. certainement car les chimères sont des dessinateurs de grand talent. à l'instant, ashley entre ses jambes et ses lèvres qui effleurent les siennes, son souffle qui caresse ses lippes et surtout, son regard qui brille dans le noir, une fine portion de peau dénudée sous ses yeux, jacò pense au futur. il pense à leur futur depuis un moment, maintenant. mais pas de la même manière qu'il y pense, normalement. il sait, sans le moindre doute, qu'ils seront toujours un tout. une part entière de quelque chose plus grand qu'eux. qu'importe si les baisers et les caresses ne sont plus présents, ashley représente plus que cela, il suppose. mais il pense à d'autres choses. à un androide qui lui a révélé son prénom, qui s'est pressé contre lui une nuit, pour disparaitre ensuite. à un artiste qui a retiré son masque devant lui en hurlant des paroles et surtout, en dévoilant son coeur, le soir des grammys, avant de disparaître une nouvelle fois. il pense à un futur qu'il ose espérer - pour une des rares fois - beau, et doute de parvenir à faire un choix sur la chose. il pourrait, forcément, comme il le fait depuis des jours, ignorer la chose et continuer sa vie. se perdre dans les draps d'ashley et presser ses lèvres contre chaque parcelle de son corps. mais les mots sont écrits, sur une feuille de papier, et l'idée revient à tant de reprises dans ses pensées que, peut-être au final, a-t-il déjà fait son choix.
sur ses lèvres fleuries un sourire doux, aux paroles d'ashley. à ses caresses. il aimerait poser ses lèvres contre les siennes. la chose est facile, presque naturelle. non, complètement naturelle. ils sont trop similaires, peut-être. jacò s'imagine que, parfois, ashley est au courant de ses maux. qu'elle sait que certaines choses le hantent. mais ils n'en parlent pas forcément. comme il se garde de parler de lui. il suffirait de se laisser charmer par ses paroles, ses caresses, et d'avancer légèrement la tête pour poser ses lèvres contre les siennes, qu'importe si elle n'apprécie pas le mélange entre le jus d'orange et la lasagne froide. et pourtant, entre les lippes, quelque chose d'autre s'évade. j'ai écrit une chanson. c'est pas le titre, par contre. l'une de ses mains, l'un de ses doigts plus précisément, caresse la machoire de la petite avant qu'il ne sourit, doux, et penche la tête pour poser un baiser contre son épaule dénudée. l'hispanique ferme les yeux et laisse son front s'appuyer contre son épaule, avant de continuer. à propos d'une personne. quelqu'un d'autre. tu sais, cet androide dont je t'avais parlé. il ne lui avait rien dit de particulier sur mew. assez pour qu'elle sache que jacò l'avait plus ou moins réparé lorsqu'elle était dans le coma, et qu'il était revenu le voir cette année pour un problème qui n'en était pas véritalement un. il lui avait dit, honteusement, avoir reçu une sorte de confession et avoir fait son possible pour ne pas y répondre. ashley l'avait traité d'idiot. il y a quelque chose que je t'ai pas dit, brie. gh4st est venu me voir, après les grammys. en colère. j'arrivais pas trop à capter toute la merde qu'il me disait. des trucs à propos de toi et de circuits et de données. c'était en bordel, ses paroles. et il a retiré son masque, et j'ai vu que c'était lui. le gars de la confession, l'androide. enfin, le non-binaire ? je sais pas. j'suis pas doué pour ces conneries là. enfin dis le pas, je crois pas que j'suis supposé le dire. j'sais pas. les paroles sont traversés d'un rire et il lève la tête, pour la regarder. jacò passe une main dans ses cheveux, les ramène vers l'arrière. sur ses lippes, un sourire embarrassé. il ne sait pas réellement où il va, avec ses paroles, mais il lui faudrait être stupide, terriblemnet stupide, pour ne pas comprendre qu'il met peut-être un frein à cet part de leur amitié. tandis qu'il est nu, forcément. la chanson dit un truc comme jacò prend le temps de se racler la gorge, puis chante d'une voix un peu atteinte par le jus d'orange qui reste dans sa gorge. I could try to find one thing to change But you're pretty much perfect to me I'd say, "You're pretty much perfect to me il suffit de l'embrasser et se taire pour passer à autre chose. si ça se trouve, ashley est assez endormie pour oublier le moment, croire à un rêve. c'est une porte de sortie, de sécurité. et pourtant, jacò ne le fait pas. jacò s'étonne à ne pas reculer. il rit par contre, de gêne et surtout, d'inconfort, les doigts encore dans ses cheveux, car il ne sait pas quoi faire, s'il ne peut pas la toucher affectueusement, et il lui semble que ses paroles ne vont pas avec un pareil geste. l'envie reste présente, beaucoup trop, et peut-être devrait-il y céder. mais l'esprit, le coeur peut-être aussi, tourne en boucle des paroles écrites pour un autre. et il prend conscience de la chose. j'suis le pire des salauds pour te parler de ça maintenant, hein ? merde, brie jacò s'éloigne d'un pas, une grimace sur les traits, énervé par son propre comportement. un soupir traverse ses lèvres et il regarde ailleurs, le plat de lasagne encore froid, mais surtout pas elle. s'il la blesse par ses mots, il préfère ne pas le voir. ça permet de ne pas y croire. j'suis désolé. j'suis vraiment un connard, wow. j'fous le camp si tu veux.

☾ ☾ ☾


i feel like shit
this must be love
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 16/01/2018
Messages : 613
Pseudo : fivedaysofjuly
Avatar : ariana grande.
multi : nina rhodes (ft. lily collins) + yohan pearson (ft. jung hoseok) + tamsyn huggins (ft. zoey deutch)
Réputation : 61
Bloc-note : ashley vient de passer cinq ans dans le coma + elle a tendance à laisser des petites notes un peu partout à tous les gens qu'elle aime + elle a toujours été très à l'aise dans l'industrie de la musique et ne s'est jamais laissée embarquer par ses démons + ses proches sont extrêmement importants pour elle, elle peut devenir très conne si vous essayez de vous en prendre à eux + elle est un peu drama queen sur les bords + elle porte quasi tout le temps des robes sur scène.


Admin
Voir le profil de l'utilisateur

WHEN THE NIGHT IS NOT OVER

Jaco semble n’en avoir rien à faire : il approche ses lèvres, et elle ne lui refuse pas le baiser malgré tout. Elle ne lui refuse jamais un baiser. j'ai écrit une chanson. c'est pas le titre, par contre. Ashley hausse les sourcils, curieuse. Le laisse se poser contre son épaule. Elle vient caresser sa nuque, ses cheveux, dans un mouvement doux, presque maternel. à propos d'une personne. quelqu'un d'autre. tu sais, cet androïde dont je t'avais parlé. Elle hausse encore plus les sourcils. Ça fait un moment que Jaco ne lui a pas parlé de l’androïde, et pourtant, c’est resté clair dans l’esprit de la chanteuse. Elle se souvient de leurs conversations le concernant, et de la confusion dans les mots et les expressions de son bien aimé Sol. il y a quelque chose que je t'ai pas dit, brie. gh4st est venu me voir, après les grammys. en colère. j'arrivais pas trop à capter toute la merde qu'il me disait. des trucs à propos de toi et de circuits et de données. Cette fois, les sourcils prennent la forme inverse : Ashley comprend que le sujet est vraiment, vraiment important. Pourquoi gh4st lui a-t-il parlé d’elle? Ils ne se connaissent même pas… Enfin trop peu, pour l’instant, en tous cas. c'était en bordel, ses paroles. et il a retiré son masque, et j'ai vu que c'était lui. le gars de la confession, l'androïde. Oh. Oh. Les lèvres d’Ash forment un rond parfait, et ses sourcils se détendent. enfin, le non-binaire ? je sais pas. j'suis pas doué pour ces conneries là. enfin dis le pas, je crois pas que j'suis supposé le dire. j'sais pas. Elle acquiesce, mais n’est pas vraiment sûre qu’il l’ait vu.

Il se redresse un peu, et elle laisse sa main - jusqu’alors dans sa nuque - glisser pour reprendre sa place contre son corps à elle. la chanson dit un truc comme… I could try to find one thing to change But you're pretty much perfect to me I'd say, "You're pretty much perfect to me” Ashley retient le sourire qui risque de trahir le fait qu’elle est carrément attendrie par cet air gêné sur le visage de Jaco, et par les paroles de cette chanson. C’est joli, ce qu’il a chanté. C’est vraiment joli, surtout avec sa voix à lui. Il lui touche les cheveux, semble pas savoir quoi faire de ses mains - pour une fois. Ça l’amuse, Ashley, de le voir comme ça. Elle l’a pas souvent vu comme ça. Entre eux, rien ne demande d’hésitation, de questions, de gêne. C’est à ça qu’elle comprend que c’est vraiment, vraiment sérieux.

j'suis le pire des salauds pour te parler de ça maintenant, hein ? merde, brie Elle recule un peu, surprise par ces mots. Elle ne les attendait pas. Il s’éloigne aussi, et ça la chagrine un peu. j'suis désolé. j'suis vraiment un connard, wow. j'fous le camp si tu veux. Il fuit son regard.
Qu’est-ce qu’il peut être bête. Eh, babe, tu me fais quoi, là? Elle sourit, puis lâche même un rire en posant sa main sur sa joue, le forçant à tourner un peu la tête. Elle observe son expression, fronce légèrement les sourcils quand elle voit qu’il n’ose toujours pas vraiment la regarder. Tu vas arrêter oui? On dirait un bébé. Cette fois elle enferme son visage entre ses deux mains, et le regarde dans les yeux, pleine d’autorité. I love you. dit-elle, sans même hésiter. But I’m not in love with you, remember? Il le sait très bien. Mais elle estime que, vu son comportement, il est nécessaire de le rappeler. Alors tu vas certainement pas foutre le camp, tu vas garder tes petites fesses dans ma cuisine et tu vas arrêter d’être bizarre tout de suite, sinon gare à toi. Elle le prend dans ses bras, lui fait un bisou sur la joue. Elle le lâche, puis se redresse.
Mode inquisitrice activé. Il était jaloux, c’est ça? dit-elle avec un petit sourire en coin. Il a parlé de moi parce qu’il était jaloux, aux Grammys? Elle penche légèrement la tête sur le côté. Elle ne commente pas le fait que l’androïde dont Jaco lui avait parlé se révèle être l’un des artistes révélation de Sigan, c’est pas des choses importantes, elle s’en fiche. Ce qui l’intéresse, c’est l’attitude de Jaco, extrêmement inhabituelle, et tout ce qui pourrait l’expliquer. Tu lui as dit quoi, ce soir là? demande-t-elle, curieuse. Pas grand-chose, j’ai l’impression, puisque tu as été obligé de mettre des choses en chanson par la suite? Je me trompe? Elle plisse légèrement les yeux. Tu l’as revu depuis les Grammys? Tu l’as recontacté? Dis moi que t’as fini par répondre quelque chose. Elle finit par sourire, tentant de contenir son hystérie naissante. Regarde-toi, tu es tout gêné… bébé Jaco. Elle lui ébouriffe les cheveux.

☾ ☾ ☾


kill them with kindness.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 01/05/2018
Messages : 221
Pseudo : fern
Avatar : dylan rieder
multi : max, gali, bb, cliff, loni, paul, ari.
Réputation : 38
Voir le profil de l'utilisateur

c'est con. ashley a toujours été là. il a du mal, parfois, à se rappeler que, à un moment dans sa vie, il a été dans un autre monde et qu'elle l'était pas, dans le sien. il a du mal à se dire, parfois, qu'ils ont passés des années loin l'un de l'autre, parce qu'ash était prise dans un lit, dans un coma de merde, et qu'il pouvait pas lui parler, lui dire quelque chose, n'importe quoi, et entendre sa voix le traiter d'idiot, un fin sourire sur les lèvres. jacò est pas con ; il sait que, sur divers points, ils se disent pas tout. ils ont encore des secrets et ils en auront encore à jamais, et c'est pas un truc qui le dérange. c'est un truc qu'il aime, le respect des secrets de l'autre. autant qu'il aime l'harmonie qu'il a avec la brune, au lit ou sur toutes autres surfaces, seuls ou alors, en bonne compagnie. ils s'aiment pas réellement d'amour mais d'âme et de corps aussi, comme ils aiment les autres corps qu'ils partagent parfois et dont ils se parlent, librement. mais les sentiments. les sentiments, ça n'a jamais été un problème. autant avant que maintenant. parce que jacò, il se ferme aux gens, il se montre pas trop, du coeur, du vrai coeur, car y'a des blessures qui le rendent un peu fragiles, car il a peur que les gens partent et le méprise et ashley, elle a toujours été trop occupée à exister, à vivvre et à briller. et puis mew s'est ramené. jacò sait pas, encore, si c'est du - si c'est quelque chose. mais il sent dans ses tripes que c'est pas normal. il sent qu'il a envie de foutre le camp, de courir dans l'autre direction et de rien faire, à propos de cette histoire, d'ignorer les sentiments comme il le fait depuis presque deux mois, maintenant, parce qu'il a toujours fait les choses comme ça, au final. il aime les gens d'amour, sauf que l'amour, ça lui fout les boules. et mew, il lui fait peur.
c'est con à quel point les gens petits peuvent être intimidants et attendrissants à la fois. suffit de voir ashley, à lui foutre une main au visage pour capter son regard. Eh, babe, tu me fais quoi, là? jacò pince ses lèvres brièvement et ne la regarde pas. il se sent mal pour n'importe quoi, et il le sait. sauf qu'il vient de la chauffer, forcément, et qu'il est nu comme un vers, carrément, et que dans sa logique, il a trouvé le moment parfait pour lui parler d'un truc qui lui fout la tête en bordel depuis un moment, maintenant. il n'est pas doué, dans les timings. il n'a jamais été doué, pour ce genre de choses. Tu vas arrêter oui? On dirait un bébé. la peau lui tire quand elle prend son visage entre ses mains et le force à la regarder. jacò grimace comme un gamin mais ne détourne pas les yeux, cette fois. jacò ne détourne pas les yeux lorsqu'il fixe quelqu'un ; il aime le regard d'ashley, également. il est réconfortant. I love you. But I’m not in love with you, remember? un fin sourire se glisse sur ses lèvres. oui, il le sait. et c'est pour ça qu'il l'aime autant. car ils se comprennent, sur ça. car ils savent ce qui se passe dans la tête de l'autre, à propos de leur histoire, et ils sont bien, au milieu de tout ça. et peut-être que, dans un sens, il est triste de devoir tirer un trait sur ça. peut-être qu'il a débattu longtemps non pas seulement à savoir si mew valait le risque qu'il s'ouvre, mais s'il voulait également mettre fin à cette part de leur histoire. leur histoire ne disparait pas ; juste cette section. peut-être que, vu la conversation, il devrait mettre un calecon. mais il fait chaud, la nuit, et jacò aime sa nudité. de toute manière, il n'est pas pudique. et ashley pense comme lui, car elle est parfaite. Alors tu vas certainement pas foutre le camp, tu vas garder tes petites fesses dans ma cuisine et tu vas arrêter d’être bizarre tout de suite, sinon gare à toi. le sourire croît, contre ses lippes. jacò secoue sa tête, légèrement, et relâche un souffle qu'il retenait sans se rendre compte. il respire enfin. ashley, elle, attaque. Il était jaloux, c’est ça? Tu lui as dit quoi, ce soir là? Pas grand-chose, j’ai l’impression, puisque tu as été obligé de mettre des choses en chanson par la suite? Je me trompe? Tu l’as revu depuis les Grammys? Tu l’as recontacté? Dis moi que t’as fini par répondre quelque chose. il grimace, au fil des questions, de plus en plus. jacò détourne les yeux, au final, car les réponses ne plairont pas et aussi car, mine de rien, étrangement, il ressent un certain inconfort face à la conversation. il n'a toujours pas mis de mots sur ses émotiions. certes, il voue peut-être un semblant de culte à mew et ses tâches de rousseur dans sa tête presque 24h par jour, mais il ne sait pas, ne veut pas savoir, ce que son coeur ressent. et aussi, il n'a pas envie de montrer à ashley à quel point il est pathétique. mais au final, elle le sait déjà, n'est-ce pas ? Regarde-toi, tu es tout gêné… bébé Jaco. elle le voit mieux que quiconque, dans le noir, dans la cuisine, nu de coeur et de corps. l'hispanique sait être concept. i'm not. qu'il répond, par principe, avant de grimacer une nouvelle fois et de grimacer, cette fois. réflèxe, la main se glisse dans sa crinière et il soupire, un fin sourire sur ses lèvres. i don't know how to deal with all this stuff. cette fois-ci, il se recule mais simplement pour s'appuyer contre le comptoir et chercher les mots. il a encore envie de la lasagne, et il sent que son ventre est creux, mais il suppose que se retourner pour en prendre une bouchée avec ses doigts au milieu de la conversation n'est pas une idée particulièrement bonne. je - non. j'savais pas quoi dire. j'ai rien dit. vaut mieux s'faire que dire d'la merde, nan ? j'allais surement lui dire d'la merde, toute manière. en vrai, il lui a sorti des excuses à deux balles, lui a dit qu'il devait retrouvé ashley mais qu'il garderait son secret pour lui. deux mensonges, au final. il hurlait, de toute manière. il écoutait pas vraiment. haussement d'épaule. il se trouve des excuses, forcément. et j'ai pas ses infos ou qu'importe, donc. ouais, non, j'l'ai pas recontacté. sauf qu'il aurait pu envoyé un message sur l'instagram de GH4ST, en privé. mais jacò n'a jamais toruvé les mots, et les seuls qui sont venus sont dans une chanson. ou deux. ou trois cent. j'ai pas - j'ai juste écrit des chansons. c'est la première fois qu'il avoue avoir écrit une chose de lui-même, sans personne. c'est la première fois depuis des mois, années, qu'il écrit réellement sans le moindre blocage. c'est une autre chose qu'il avoue, en même temps.

☾ ☾ ☾


i feel like shit
this must be love
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 16/01/2018
Messages : 613
Pseudo : fivedaysofjuly
Avatar : ariana grande.
multi : nina rhodes (ft. lily collins) + yohan pearson (ft. jung hoseok) + tamsyn huggins (ft. zoey deutch)
Réputation : 61
Bloc-note : ashley vient de passer cinq ans dans le coma + elle a tendance à laisser des petites notes un peu partout à tous les gens qu'elle aime + elle a toujours été très à l'aise dans l'industrie de la musique et ne s'est jamais laissée embarquer par ses démons + ses proches sont extrêmement importants pour elle, elle peut devenir très conne si vous essayez de vous en prendre à eux + elle est un peu drama queen sur les bords + elle porte quasi tout le temps des robes sur scène.


Admin
Voir le profil de l'utilisateur

WHEN THE NIGHT IS NOT OVER

Ashley ne sait toujours pas qui est son âme soeur. Elle s’est dit plus d’une fois qu’elle serait bien capable de faire partie de ces exceptions qui en ont plusieurs, vu à quel point son coeur papillonne. Mais en vingt-six ans d’existence, la constellation sous sa poitrine n’a jamais révélé ses secrets. Ce n’est pas qu’Ashley souhaite à tout prix savoir… Elle est juste curieuse. Curieuse de savoir pourquoi l’univers a décidé de la lier à cette personne-là. Pour comprendre, il faut bien qu’elle sache qui elle est, non ? Elle ne fait pas partie de ceux qui sont convaincus qu’ils se marieront et vivront heureux avec leur soulmate. Si ça arrive, tant mieux. Mais son grand-père et Ansel n’étaient pas des âmes soeurs. Ses parents n’étaient pas non plus des âmes soeurs. Elle sait depuis longtemps que l’amour peut naître n’importe où, et qu’un lien décidé par l’univers n’est pas forcément amoureux. La preuve, l’âme soeur d’Ansel était sa meilleure amie d’enfance. Elle était la femme de sa vie, mais pas l’amour de sa vie.
i love you, but i’m not in love with you.
La vérité, c’est qu’elle a pensé plus d’une fois que ça pourrait être Jacò, son âme soeur. Elle l’a même espéré, parfois. Ça aurait été logique, évident. Les seules personnes qui aient marqué sa vie autant que lui sont sa famille et son cluster. Il y a Noora, aussi, bien sûr. Mais ce n’est pas pareil. Noora est son amie, sa meilleure amie, probablement. Avec Jacò, c’est spécial, ça va au-delà de l’amitié : elle a toujours de mal à l’expliquer. C’est pour ça, que ça lui paraissait probable qu’ils soient liés par quelque chose de mystique. Sinon, comment expliquer ce truc entre eux ?
Quand elle le voit, là, un peu perdu et gêné devant ses questions, elle a vraiment envie qu’ils soient âmes soeurs. C’est débile, peut-être, de penser ça. Mais ça lui ferait du bien, de savoir qu’il y a quelque chose d’aussi puissant qui les lie. Ça voudrait dire qu’ils sont destinés à ne pas sortir de la vie l’un de l’autre. Qu’ils seront toujours ensemble, d’une certaine manière, même si leur relation n’est plus ce qu’elle est aujourd’hui. Elle n’a pas tellement peur qu’ils se perdent de vue : elle doute que ça puisse arriver. Mais l’idée lui effleure l’esprit, une fois de temps en temps, et ça la rend plus triste qu’elle voudrait l’admettre. Elle aimerait pouvoir le garder auprès d’elle pour toujours.

i don't know how to deal with all this stuff. Ashley pince les lèvres pour retenir son sourire. Jaco recule. Il cherche ses mots. je - non. j'savais pas quoi dire. j'ai rien dit. vaut mieux s'faire que dire d'la merde, nan ? j'allais surement lui dire d'la merde, toute manière. il hurlait, de toute manière. il écoutait pas vraiment. Tss. Elle se retient de lever les yeux au ciel. et j'ai pas ses infos ou qu'importe, donc. ouais, non, j'l'ai pas recontacté. Elle ne commente pas, bien qu’il y ait mille choses à répondre à ça. S’il les avait vraiment voulues, il aurait pu les avoir, ses coordonnées. j'ai pas - j'ai juste écrit des chansons. Ashley descend du comptoir et va jusqu’au frigo pour sortir une bouteille d’eau pétillante. ”juste écrit des chansons” répète-t-elle en se servant un verre. moi j’trouve ça déjà pas mal. Il y a un sourire sur ses lèvres, toujours. Elle le dit pas à haute voix, mais lui comme elle savent que ça veut déjà dire beaucoup, qu’il ait écrit des chansons. Elle prend le temps de boire son verre, de remettre la bouteille dans le frigo avant de remonter sur le comptoir, ses mains coincées sous ses cuisses. Elle lève la tête vers Jaco, inspire. peut-être que tu devrais les enregistrer. Elle penche la tête sur le côté. et les sortir, ces chansons. Elle hausse les épaules. comme tu sais pas comment lui parler… ce serait un bon moyen de faire passer le message. et gagner un grammy par la même occasion. Elle sourit. Elle sait que Jaco cherche pas forcément ça, mais elle voulait désamorcer le côté trop sérieux de la conversation.

Finalement, elle décide de descendre et vient le serrer dans ses bras, fort. pourquoi t’as peur ? finit-elle par demander, enfonçant ses doigts dans son dos. de quoi t’as peur ? Elle sait déjà plus ou moins - même si elle ne sait probablement pas tout. Elle ferme les yeux en attendant sa réponse, savourant le moment, savourant leur proximité - physique et psychique. Histoire de ne pas regretter de ne pas avoir assez profité de ces moments quand ils ne se présenteront plus.
Elle n’est pas jalouse de ce qui se passe entre Jaco et son androïde, quoi que ce soit. Mais il y a un peu de jalousie quand même. Elle aussi, elle aimerait savoir de nouveau ce que c’est, cet entre-deux avec quelqu’un. Elle aimerait connaître cette incertitude, elle aimerait être tracassée par ce que quelqu’un d’autre lui dit. Elle aimerait se demander où elle en est. Ça fait longtemps qu’elle n’a pas ressenti ça. Et c’est en voyant Jaco comme ça qu’elle s’en rend compte.

☾ ☾ ☾


kill them with kindness.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 01/05/2018
Messages : 221
Pseudo : fern
Avatar : dylan rieder
multi : max, gali, bb, cliff, loni, paul, ari.
Réputation : 38
Voir le profil de l'utilisateur

C'est dur de posséder un coeur. De posséder un coeur si énorme et si fragile, à la fois, au creux de sa poitrine. Jacò avoir la force de Iliana et de Sal, parfois, et parvenir à le cacher, à le contenir. Mais il a été triste, souvent, à les dévisager et les voir, à leur manière, s'aimer sans s'autoriser la chose. L'hispanique ne connait pas leur histoire, il n'a jamais cherché à connaître les détails des sentiments ressentis l'un pour l'autre, uniquement à être présents pour eux, à servir d'épaules lorsqu'ils le désiraient - la chose a rarement eu lieu - ou encore, à les faire rire et hurler, avec des conneries, lorsqu'ils en avaient de besoin. Il s'imagine, au fond, que peut-être l'état dans lequel se trouve le coeur, il ne peut échapper aux sentiments. Il ne peut être sourd et aveugle face à la chose. Jacò se dit, souvent, qu'il aimerait tomber amoureux d'Ashley. Plus qu'il ne l'est à l'heure actuelle. L'aimer réellement, de la même manière que ses parents s'aimer. Suffisament pour vouloir passer sa vie avec elle, pour qu'elle lui suffise et que, dans quelques années, à dévisager les enfants dans les rues et se demande à quoi pourrait ressembler les leurs. La question lui traverse l'esprit, parfois. Jacò s'ennuie, après tout, de posséder une grande famille. Il s'ennuie de ses neveux et de ses nièces, de tous les enfants qui sont présents chez les Veloso, et des bruits constants. C'est peut-être pour cela que, bien souvent, c'est lui le plus bruyant, dans l'appartement. C'est peut-être pour cela qu'il cherche à faire hurler les autres, pour mettre un fond sonore familier, chez eux, pour lui.
Peut-être qu'il est uniquement égoiste. Si peu conscient des sentiments des autres, et uniquement des siens.
Sauf cette fois ci. Avec les hurlements de l'androide qui lui a exposé les siens, si fort, et ceux de l'hispanique qui ne restent que des murmures craintifs, dans sa poitrine. Même les mots qu'il a écrit, pour la chanson, ont été inscrit avec une écriture minuscule, presque absence, comme s'il ne voulait pas que la chose existe ou se sache. Mais elle reste présente. Aussi vive et présente que sa peur, certainement. Et Jacò, s'il possède des envies d'hurler ce qu'il ressent au monde entier, il tremble encore comme un enfant, et n'aborde pas le moindre mouvement.
Il meurt d'envie d'aller dans les bras d'Ashley, de l'embrasser de nouveau et de la supplier d'oublier ses paroles. Elle est son refuge. Son gardin secret. La petite brune représente tout le bien être qu'il peut ressentir. Elle lui permet de respirer et de s'envoler. Et il vole haut, certainement grace à elle. Ashley lui a offert des ailes. Et maintenant, Jacò craint de s'échouer. Il craint d'attérir à côté d'une personne outre qu'elle, et que celle-ci lui coupe les ailes.
Il a peur que ses ailes ne soient qu'un rêve.
Un soupir quitte ses lèvres, quand elle lui répond. Avec plein de volonté, plein de foi. Jacò pince ses lèvres et garde le regard bas, les sourcils froncés à regarder ses doigts d'orteil. Ses ongles sont longs. Il s'étonne que la brune ne se soit plaint d'une blessure sur ses jambes, pendant la nuit. Il lève les yeux au ciel, attentif à ses mots, et porte l'un de ses pieds à son mollet pour se gratter, un peu. Au moins, les ongles servent à quelque chose. j'sais pas. j'veux pas savoir. L'inconnu vaut souvent mieux que la vérité.
La chaleur d'Ashley est réconfortante, contre lui. Jacò ferme les yeux, et enroule ses bras autour de ses épaules, les doigts dans sa crinière. Le nez aussi. Il aime l'odeur de son shampoing. Il sent les fleurs. Les fausses fleurs, certes, mais l'odeur lui rappelle parfois ces fleurs que son père achetait, pour sa mère. Ils les mettaient autour au centre de la famille, même en sachant que, trop souvent, les enfants cassaient le vase en courant dans la cuisine. i'm not scare qu'il dit, bien que la voix ne porte aucune conviction, qu'un rire sans rien, sans rire. i'm just - Il ne veut pas perdre ce qu'il possède pour quelque chose dont il n'est pas certain. Il ne veut pas aimer si la chose équivaut à se dévoiler et, par la même occasion, risquer de ne plus être aimer. maybe he doesn't love me. maybe he just love an idea. Peut-être que lui aussi, l'idée de Mew lui plait. Comme l'idée de ce qu'ils sont, avec Ashley, le rend tendrement amoureux. De ce qu'ils sont, mais pas de ce qu'elle est. Là est toute la différence. Et tous les doutes.

☾ ☾ ☾


i feel like shit
this must be love
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 16/01/2018
Messages : 613
Pseudo : fivedaysofjuly
Avatar : ariana grande.
multi : nina rhodes (ft. lily collins) + yohan pearson (ft. jung hoseok) + tamsyn huggins (ft. zoey deutch)
Réputation : 61
Bloc-note : ashley vient de passer cinq ans dans le coma + elle a tendance à laisser des petites notes un peu partout à tous les gens qu'elle aime + elle a toujours été très à l'aise dans l'industrie de la musique et ne s'est jamais laissée embarquer par ses démons + ses proches sont extrêmement importants pour elle, elle peut devenir très conne si vous essayez de vous en prendre à eux + elle est un peu drama queen sur les bords + elle porte quasi tout le temps des robes sur scène.


Admin
Voir le profil de l'utilisateur

WHEN THE NIGHT IS NOT OVER

Ashley a toujours été amoureuse de l’amour. Ça l’a fascinée, dés sa plus tendre enfance. Elle lisait des romans à ce sujet, regardait des films à la pelle, écoutait des chansons qui tentaient de mettre des mots sur ce sentiment. La fascination ne s’est pas tarie en grandissant, quand bien même son grand-père aurait bien aimé. Elle avait tendance à s’éprendre de toute personne lui montrant un semblant de gentillesse, ce qui a été un véritable problème dés les premiers mois de sa carrière. Elle voulait faire confiance à tous et toutes. Elle était prête à faire de grands gestes pour conquérir quelqu’un qui lui avait tapé dans l’oeil, pour la beauté de la chose. Ashley voulait croire qu’elle était amoureuse à chaque fois - elle voulait croire au coup de foudre, et les quelques mésaventures qu’elle a essuyées, pendant des années, n’ont jamais fait trembler une seule fois ses convictions. C’est peut-être pour ça, qu’on lui a toujours donné une image très naïve, très innocente. Sa jeunesse a joué en sa faveur : si sa carrière commençait aujourd’hui et qu’elle avait le même comportement qu’à l’époque, ils auraient tous été prompts à la qualifier de briseuse de coeur ou même de salope.

C’est grâce à Jacò qu’elle a mûri. Il lui a appris qu’on pouvait s’aimer sans être amoureux, et que c’était aussi très beau. Alors à partir du moment où elle l’a rencontré et où ils ont commencé à faire du chemin ensemble, elle n’a plus autant cherché l’amour. Bien sûr, plus d’une fois, elle s’est perdue dans des draps inconnus, se persuadant de vivre des expériences épiques et interdites. Bien des fois, Jacò et elle ont invité quelqu’un d’autre avec eux, et elle s’imaginait que son coeur battait plus fort, que quelque chose existait vraiment. Mais elle a cessé de se perdre dans des illusions une fois le soleil levé. Et elle s’est plutôt réjouie de voir l’amour entre les autres. Kasey et Noora, quand bien même c’est compliqué. Gali et son homme, Yasmeen et Sami. Les gens autour d’elle l’ont bien fait rêver, ces derniers temps. Et ça lui suffit, clairement. Même si elle n’aurait jamais cru, il y a quelques années, qu’elle se contenterait un jour de ça.
Alors forcément, que ça la fascine quand Jacò parle comme ça. Elle ne veut pas réveiller le droïde avant de mettre la puce, mais quelque chose lui dit que quelque chose de sérieux est en train de se passer. Peut-être qu’elle a tort. Peut-être que non.

j'sais pas. j'veux pas savoir. Bien sûr, la facilité. i'm not scared qu’il finit par dire. i'm just - Ashley sourit, contre son torse. L’hésitation à elle seule suffit à décrédibiliser sa déclaration précédente. S’il n’avait pas peur, il ne se poserait pas de questions. S’il n’avait pas peur, ils seraient encore en train de dormir, ou de s’entremêler entre les draps. maybe he doesn't love me. maybe he just love an idea. Ashley prend une grande inspiration et se détache de Jacò, même si ses bras sont toujours autour de lui. alright, maybe. fait-elle, en haussant les épaules. maybe you’re right. admet-elle. Après tout, elle ne connaît pas du tout son androïde. Elle serait bien idiote de faire des plans sur la comète et de supposer des choses qui donneraient trop d’espoir à son Jacò. so what ? Elle le regarde, comme si ce qu’elle allait dire était si évident qu’il aurait dû y penser lui-même. tu pourras jamais en être sûr, si t’essaies pas. C’est pour ça, qu’elle a tant essayé, elle. et si t’essaies pas, tu passeras toute ta vie à te demander si t’as pas fait une connerie. Elle lui pince le bras. je te laisserai pas regretter des choses, ce serait trop con. Elle le fixe d’en bas, déterminée. au pire, qu’est-ce qui se passera ? tu auras le coeur brisé. oui. Non pas que l’idée lui plaise, mais c’est la vie. mais tu pourras écrire un album incroyable sur tout ça, et on réparera tout ça tranquillement, j’suis une très bonne recolleuse de morceaux. Elle est confiante-là dessus. mais voilà, au moins, tu pourras pas dire que t’as pas essayé. Elle pose ses deux mains sur ses épaules, jouant les grandes sages avec grand plaisir. on ne gagne rien à rester dans sa comfort zone. Certains diraient probablement tout le contraire : il faut être prudent, se préserver. Mais ça n’a jamais été son credo, alors elle refuse de servir ce genre de connerie à Jacò.

☾ ☾ ☾


kill them with kindness.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
 
when the night is not over (brisol)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Trailer: Fate stay night
» Dylan Dog: Dead of Night
» LGDC THE NIGHT
» Série limitée > Renault Twingo Night and Day 2008
» [VIDEO] SNL 710 - Steve Buscemi - Batman

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
STATE OF DISORDER :: THERE WAS EVENING AND THERE WAS MORNING :: SIGAN :: NEW BRASILIA :: HABITATIONS-
Sauter vers: