Nouveau
   
Répondre
  
Partagez | 
 

 pazanina + the thieves and the princess

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Date d'inscription : 06/09/2017
Messages : 715
Stellar ($) : 267
Pseudo : fivedaysofjuly
Avatar : lily collins
multi : yohan pearson (ft. jung hoseok) et ashley martinozzi (ft. ariana grande) et tamsyn huggins (ft. zoey deutch)
Réputation : 32
Admin
Voir le profil de l'utilisateur

the thieves and the princess
(merci beaucoup d’être venus, ça compte beaucoup pour moi et l’association)
Nina a l’impression de répéter la même chose depuis deux heures. Elle ne saurait dire combien de mains elle a serré depuis le début de la soirée. Des centaines, pour sûr. Certains restent une demi-heure, histoire de faire bonne figure devant les photographes, d’autres restent quelques heures pour profiter du dîner concocté par un grand chef des Millenium Towers. Ceux à se déplacer pour la cause, avec des bonnes intentions, sont rares. Nina se demande même s’ils existent. Mais c’est comme ça que ça marche. Ça a toujours marché comme ça. Depuis qu’elle est haute comme trois pommes, elle les voit tous défiler, dans leurs plus belles robes et leurs plus beaux smokings, à parader avec hypocrisie pour une seule raison : que la réputation de leur famille ou entreprise soit toujours au top, et que leur argent ne leur file pas entre les doigts.
(miss von wenstens, cette robe, c’est une marchitelli, n’est-ce pas?)
Elle use et re-use de son plus beau masque, enchaîne les compliments du bout de ses lèvres rouges. Quelques-uns passent leur main dans le tissu de sa robe beige de créateur, lui disent que sa coupe de cheveux lui va à ravir, la remercient pour tout ce qu’elle fait pour la mode éthique et responsable. Ils la félicitent d’être aussi altruiste, de penser aux enfants par-delà Néodam, alors qu’ils sont justement ceux qui font avaler aux gamins des provinces les milliers d’éléments toxiques qui les tuent à petit feu. Pharmacie, textile, alimentaire… Quel que soit leur industrie, ils participent à la catastrophe.
Mais Nina sourit. Parce que c’est son job. Parce que c’est sa place, aujourd’hui.
Elle pense à William, aux Wonderlanders, à Max. Grâce à eux, peut-être que les choses changeront. C’est pour effacer les sourires faux et faire couler les fortunes indécentes qu’elle s’est engagée, qu’elle est devenue Ash. Mais il faut du temps pour bâtir les fondations du futur, elle le sait. C’est pour ça que ce soir doit être parfait : elle doit peaufiner son image, gagner toujours plus la confiance des semi-aristocrates qui l’ont vu grandir, afin qu’ils ne s’attendent pas au tsunami qui va leur tomber sur la gueule un jour.

Il est près de vingt-deux heures quinze quand Nina se débarrasse enfin des poignées de main. Elle a mal au poignet, mal à la tête, mais son maquillage tient le coup, comme le lui confirme le miroir des toilettes des femmes. Plus que deux ou trois heures, et elle sera enfin libre. Elle pourra aider à ranger, se débarrasser de cette putain de robe et rejoindre Max dans leur cabane, oubliant les dorures, les mots semés dans le vent. Quand elle sort des toilettes, l’un de ses frères, Lincoln, lui annonce que la famille de son fiancé est arrivé. Nina grimace. Les Knollys. C’est son devoir d’aller les saluer au plus vite. Son père serait capable de la déshériter juste pour une salutation tardive. Mais elle n’a pas envie.
Dieu qu’elle n’a pas envie.

C’est alors qu’elle se résigne et fait un pas en avant qu’une silhouette attire son regard, à sa gauche. D’abord, elle croit rêver. Son coeur a un raté. « I’ll be right back. » Lincoln lui lance un regard désapprobateur. « Neens… » Le regard de la petite brune est confiant. « I swear ! » Le frère fait la moue, mais finit par la laisser partir. Nina fait attention à ne pas courir - inutile d’attirer l’attention. Mais il faut qu’elle ait le coeur net. Elle prend la direction que la silhouette a pris, doucement, mais d’une démarche assurée. Quand on est une Rhodes, on naît avec des talons dans les pieds. La chevelure brune tourne au coin de l’ascenseur. « Taylor, il faut que je monte aux vestiaires ! » dit-elle à l’intendant qui contrôle l’ascenseur, qui retarde la fermeture des portes pour la laisser entrer. Dans un nuage de taffetas, elle s’engouffre dans la machine, sur les talons des deux personnes qui viennent d’y entrer.

Quand les portes se ferment, Nina pose enfin les yeux sur la jeune femme.
Elle ne s’est pas trompée.
Ce sont les mêmes traits, les mêmes yeux, la même bouche.

L’homme à ses côtés lui est également familier, et elle se demande si c’est parce qu’elle l’a déjà croisé, ou juste parce qu’il ressemble étrangement à la belle jeune femme sur laquelle elle est tombée dans les rues de Downtown. Elle a du mal à en croire ses yeux, et fixe les deux jeunes gens un peu hébétée, avant de plisser légèrement les paupières. « You're not on the list. Who the fuck are you? » Elle connaît la liste par coeur, et il n’y a aucune chance que sa magnifique inconnue soit l’une des personnes invitées. Nina est une physionomiste, et surtout, elle a appris les noms et visages des hautes sphères de Néphède par coeur - déformation professionnelle. Malgré elle, ses yeux traînent sur le visage de la belle brune, qui est décidément aussi sublime que dans ses souvenirs. Et dire qu’elle croyait qu’elle l’avait rêvée.



still waters run deep
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 12/03/2018
Messages : 119
Stellar ($) : 287
Pseudo : poupoune.
Avatar : shiloh fernandez.
Réputation : 6
Voir le profil de l'utilisateur

I think I'm rather elegant tonight, my dear sister. ” Patch se sent beau, effectivement. Il s'est un peu gominé les cheveux et il porte une jolie chemise blanche à fine lignes bleues et même un noeud papillon que Zazalea l'a aidé à nouer. Il se trouve vraiment élégant, et il pense aussi que les hommes et femmes qui se trouvent eux aussi à la fête le pensent vu comment il sent les regards glisser sur lui. Mais Patch s'en fiche, ne compte que Zaza à son bras auquel elle est fermement accrochée. Elle est belle aussi, sa soeur, avec ses jolis bijoux et sa belle robe. Il a fallu beaucoup de temps pour en trouver une en bonne état, ils ont volé le tout bien entendu, et c'est plus difficile qu'on pourrait le penser de trouver une jolie robe qui ne soit pas de designer, mais assez belle pour qu'ils puissent dire, à chaque fois qu'on leur demande: this is from an underground designer, haven't you heard of Kanye East? Ils sont devenus maîtres dans l'art de s'incruster n'importe où et de faire comme si ils appartenaient dans chaque situation. Ils sont sensés essayer de recueillir des informations sur un maximum de gens: Patch et Zazalea ont l'habitude de voler mais ils en ont marre des trucs de seconde ou troisième zone. Ils veulent faire un vrai, grand coup. Se faire plus d'argent, avoir plus de matos, avoir de quoi manger pendant un mois sans avoir à s'inquiéter. Ils veulent des bijoux, ils veulent des tableaux, ils veulent de l'argent là où il n'y a que le troc qui existe sur Terre. Zazalea trouve ça ridicule mais Patch pense à la bigger picture. Dans le futur, il aimerait quitter la Terre et qu'ils s'installent à Neodam. Il ne l'a dit à personne bien entendu, mais il pense que sa jumelle l'a deviné. Il sait qu'ils ont un futur ici. Il n'y a rien sur Terre pour quiconque, et encore moins pour des gens comme eux.

Ils paradent et dansent autour des invités, deux vautours déguisés de leurs meilleurs costumes. Ils sont gentils et drôles, charmants et oubliables à la fois; ils notent les noms, observent les bijoux, les vêtements, les entreprises. C'est fatiguant et la nourriture n'est pas à leur goût — la nourriture néphèdienne est si étrange, si riche comparée à ce à quoi ils étaient habitués dans le LOBSTER et puis sur Terre. Les yeux de Patch roulent dans leurs orbites un peu follement, il essaie d'enregistrer le plus d'infos au fur et à mesure, mais il doit se rendre à l'évidence: qui sont-ils pour pouvoir penser plumer ces gens-là qui ont tant d'argent, de sécurité, de personnes autour d'eux? Son humeur plonge un peu, même si Zazalea essaie de le rassurer, de lui dire qu'ils trouveront une solution. Ils utilisent toujours le futur sauf qu'un futur, à ce rythme-là, ils n'en auront jamais un. Il est un peu sombre quand ils embarquent dans un ascenseur pour récupérer leurs affaires aux vestiaires puis retourner au rez-de-chaussée et quitter la fête. Ils ont laissé un sac à dos dans le vestiaire d'une station de métro avec leurs vêtements normaux qu'ils vont enfiler dans les toilettes avant de retourner sur Terre où Patch pourra bouder de tout son saoul. Les portes de l'ascenseur se ferment. Et puis un cri: « Taylor, il faut que je monte aux vestiaires ! » et la fermeture est arrêtée.

Un désagréable frisson se glisse le long de l'échine de Patch. Il se redresse un peu, resserre son bras autour de celui de Zazalea et regarde la jolie petite jeune femme qui se glisse à l'intérieur. Les portes se referment derrière elle dans un bruit sourd et Patch sent Zazala se raidir à côté de lui. Patch reconnaît avec un temps de retard la jeune femme, Nina Rhodes — il est appliqué dans ses recherches, et impossible de manquer le nombre de fois où son nom a été mentionné pendant la soirée. « You're not on the list. Who the fuck are you? » Patch arque un sourcil devant la vulgarité et puis se met à rire — un rire charmeur et charmant, délicat et plein de confiance en soi. “ A good evening to you too, miss Rhodes. ” Il incline la tête, poliment. “ I am my sister's plus one, and she is mister Jordan's plus one... I am a plus two if you will. ” La réalité est différente bien entendu: ils se sont glissés dans la réception par la porte de service. Il penche la tête sur le côté, faisant une moue légère. “ I hope that's no trouble. My name is Rhy. I think we have not been introduced.



BABY I GOT A PLAN:
RUN AWAY AS FAST AS YOU CAN
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 21/02/2018
Messages : 124
Stellar ($) : 194
Pseudo : jiji
Avatar : stella maeve
multi : yasmeen vane, ameera kolisnychenko
Réputation : 7
Voir le profil de l'utilisateur

« I think I'm rather elegant tonight, my dear sister. » Zazala rigole un peu, mais ne se moque pas vraiment de son frère. Il a l’air vraiment content de lui et même si elle ne l’avouera jamais elle doit admettre qu’il a de quoi. Il n’a pas tord il est vraiment élégant ce soir avec ses cheveux coiffés déjà, mais gominés surtout et puis son élégant costume auquel il a même eu l’audace d’ajouter un nœud papillon — qu’elle a dû nouer pour lui, ceci dit. Zazala aussi est plutôt contente d’elle-même, même si elle ne le fait pas savoir, de toute façon ça doit se voir à son petit sourire quand elle rentre dans la salle de bal. Sa robe est vraiment belle, elle peut l'être vu le prix qu’elle ne leur a pas coûté et l’effort que ça été de l’obtenir. Les autres invités tombent tout à fait dans le panneau quand ils leurs parlent de ce designer underground qui est censé l’avoir créée. Ses bijoux aussi sont beaux même s’ils ne sont pas tous aussi vrais qu’ils en ont l’air. Zazala n’a pas trop l’habitude des robes et des tenues de soirée comme ça, elle n’a surtout vraiment plus l’habitude depuis le crash de leur vaisseau : pas de raison ni d’endroit où faire la fête, surtout de façon aussi pompeuse sur Terre. Elle n’en raffole pas de toute manière, déjà sur le Lobster, préférant aux soirées guindée — outre son bal de promo — celles plus chill avec des bières et de la musique et de la bonne compagnie. Mais elle aime bien quand même être dans sa jolie robe rouge, dans un endroit où ni elle ni Patch ne devraient être. Ça l’amuse beaucoup et puis ça ne la dérange pas d’attirer les regards — quoique Patch à son bras doit attirer la moitié de ceux qu’elle croise.

C’est un peu stupide comme idée. Ils risqueraient de se faire prendre et puis surtout si leur plan pour s’infiltrer à la soirée était parfait, ils n’en ont pas vraiment pour le coup qu’ils étaient censés y faire. Ils sont dans une pièce pleine de riches insipides et elle peut presque sentir comme ça démange son jumeau de les délester un peu de la fortune dont ils n’ont pas besoin. Mais ils n’ont rien, pas d’idée, pas de plan pas moyen de faire quoi que ce soit de toute façon vu comme la sécurité de l’événement est poussée. C’est stupide, mais Zazala ne se plaint pas, profite de son frère, tant qu’il est avec elle, tant qu’il veut encore bien traîner avec elle, tant qu’elle peut l’empêcher de faire de trop grosses bêtises. Elle n’adore véritablement leurs escapades à Néphède que parce qu’ils sont ensemble. Peu importe ce qu’ils font, où ils atterrissent, dans quelles idioties dangereuses il l’entraîne. Ce soir c’est une soirée mondaine et Zazala profite, même quand elle sent l’humeur de son frère au début surexcité, hyper-attentif à tout, s’assombrir un peu. Elle pose une main sur son le bras qu’il a passé sous le sien, lui dit que ça va aller. À ses yeux à elle ils ne sont vraiment pas obligés de faire ni un grand ni un petit coup ce soir, ils peuvent aussi juste s’amuser. Ils ont de l’argent, elle ne comprend pas pourquoi son frère en veut toujours plus. S’il a un projet quelconque il ne lui en a pas encore parlé. (Elle attend qu'il le fasse.) Même l’amusement meurt vite toutefois, à part le champagne ils n’aiment rien, la musique est nulle (truc de bourge), la nourriture dégueulasse et puis les gens sont chiants. « Hey they seem to buy the Kanye East thing well enough we could send some of them his card later, sell them dresses like mine for a designer price? » propose-t-elle finalement dans un murmure, quand ils abandonnent et vont pour quitter la grande salle. Patch a dû retenir tous les noms, elle pense que l’idée est faisable — il faudrait juste qu’ils volent d’autres robes du même genre, ajoutent éventuellement une fausse étiquette — et ça lui fera peut-être plaisir. Ils embarquent dans un ascenseur direction le vestiaire puis la sortie ; Patch ne répond pas vu que le type qui gère l’ascenseur risquerait de les entendre et Zazala se promet de toute façon de réfléchir plus et mieux pour redonner le sourire à son jumeau. Les portes de l’ascenseur vont se refermer, elle se tourne déjà vers lui pour lui demander ce qu’il veut faire maintenant, mais « Taylor, il faut que je monte aux vestiaires ! » les portes s’arrêtent.

Ils retombent aussitôt dans leurs personnalités de la soirée, Patch se redresse et Zazala rend un air plus insouciant alors qu’une jeune femme s’infiltre dans la cabine avec eux. Zazala cligne un peu des yeux en la regard, en voyant comme elle les regarde aussi, surtout. La regarde, elle. Zazala est certaine de ne l’avoir jamais vu. Elle est jolie, vraiment jolie, elle s’en souviendrait si c’était le cas. Elle ne l’a jamais vue, mais dans le regard de l’inconnue y a comme un éclat de reconnaissance, à son égard à elle. Elle se fait peut-être des idées ceci dit. Elle ne voit pas quand ni comment elle aurait pu rencontrer quelqu'un de véritablement invitée à une soirée du genre. « You're not on the list. Who the fuck are you? » La vulgarité sonne un peu bizarre dans sa bouche à elle. Le regard de Zazala s'y attarde un peu sur cette bouche, sur cette voix surtout. Il y a un grain familier, un peu comme dans ces yeux noisettes qui ne la lâchent pas. Elle n’a jamais vu cette femme, mais… « A good evening to you too, miss Rhodes. » Elle masque très bien sa surprise, offre un petit sourire à l’inconnue, Miss Rhodes, Nina Rhodes. Patch a mieux fait ses devoirs qu’elle. « I am my sister's plus one, and she is mister Jordan's plus one... I am a plus two if you will. » Zazala pourrait embrasser son frère en cet instant précis, pour toute sa folie, il a aussi un sang-froid monstre dans des moments pareils — il y a rarement de moments pareils ceci dit, Zazala est rarement déstabilisée comme ça, même si en l’occurence elle fait tout pour le cacher. « I hope that's no trouble. My name is Rhy. I think we have not been introduced. »Elle force sa risette à s’agrandir un peu. « And I’m Lila. » Pour des gens qui ne viennent même pas de ce monde, ça peut sembler un peu ridicule de s’inventer des noms, mais ils le font souvent, Zazala leur soupçonne tous les deux d'un côté enfantin, d'un attrait pour le déguisement, pour le jeu ; leur enfance n’a pas été très longue après tout. « Nice to meet you Miss Rhodes. » fait-elle en offrant sa main plus baguée qu’elle ne l’a jamais été — quoique les bagues soient les bijoux qu’elle porte le plus au quotidien. « We do hope you don’t mind. I don’t tend to go anywhere without my dear brother you see, and Mister Jordan’s was indeed kind enough to invite me, I simply couldn’t refuse. » Elle se reprend vite Zazala, elle a le mensonge au bord des lèvres, c’est pas naturel, mais ça le devient au contact de Patch et ses magouilles — leurs magouilles, désormais, elle s’en est assurée. Elle imite plutôt bien le genre de jeune femmes vraiment invitées ce soir, le genre dont Miss Rhodes doit avoir l'habitude, le genre qu'elle-même doit être — même si elle a su appeler le doorman par son prénom, une note d'attention assez surprenante. Elle ramène sa main à elle après avoir serrée celle de Nina Rhodes. Ça doit être parce que son nom est connu qu’elle a une vague, très vague, sensation de familiarité. Et elle n’a dû que rêver celle dans les yeux de Nina. Forcément. En ramenant sa main droite à elle, elle réalise que la peau nue de son avant-bras, sur laquelle est gravée depuis des années, depuis la naissance en fait — seule différence à l’époque outre l’organe entre leurs jambes entre elle et Patch — une traînée d’étoiles en est presque recouverte en cet instant précis. Les étoiles, normalement toutes petites, grandissent parfois, grossissent, se multiplient, à vu d’œil même. Mais là, elle ne les a jamais vu plus grandes, aussi nombreuses. Elle fronce un peu les sourcils, mais reprend vite son air poli, presque polissé, relevant les yeux vers Nina Rhodes. « Are you leaving already? I was under the impression it was your party. » Elle n’est pas partisane de small talk, mais il lui semble bien de combler les vides, pour pas que l’autre le fasse, pose plus de questions, devienne véritablement suspicieuse de leur présence ici.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 06/09/2017
Messages : 715
Stellar ($) : 267
Pseudo : fivedaysofjuly
Avatar : lily collins
multi : yohan pearson (ft. jung hoseok) et ashley martinozzi (ft. ariana grande) et tamsyn huggins (ft. zoey deutch)
Réputation : 32
Admin
Voir le profil de l'utilisateur

the thieves and the princess
Elle a du mal à y croire. Elle a repensé à elle plus d’une fois, depuis qu’elles se sont quittées ce soir-là. Ce serait mentir de dire qu’elle n’a pas rêvé de la recroiser, qu’elle ne s’est pas imaginée des retrouvailles dans plein de cadres différents. Mais ici ? Non, Nina n’aurait même pas pensé à imaginer une chose pareille. Dans tous les scénarios, c’est en Ash, qu’elle la retrouvait. Pas en Nina.
C’est l’homme qui parle en premier - mais elle n’arrive pas à détacher ses yeux d’elle. A good evening to you too, miss Rhodes. I am my sister's plus one, and she is mister Jordan's plus one... I am a plus two if you will. Nina finit par regarder le jeune homme : en effet, il pourrait être son frère. Il a tout l’air d’être vraiment son frère. Elle fronce les sourcils, pas vraiment dupe. I hope that's no trouble. My name is Rhy. I think we have not been introduced. Elle ne sait pas ce qu’elle en pense. Est-ce qu’ils sont en train de la rouler dans la farine ? Est-ce que la belle Patch est comme elle, une fille coincée dans les carcans de la haute société, qui vole et négocie à ses heures perdues ? Elles ne se sont jamais croisées, pourtant, et Nina connaît tout le monde. La seule raison pour laquelle elle pourrait ne pas l’avoir vue avant est qu’ils aient grandi dans les provinces de Néphède - mais là encore, la jeune Rhodes doute : les grandes familles ont l’habitude de venir à Néodam pour les plus grandes fêtes et les plus grands rassemblements de l’année. Elle s’en serait souvenue, si elles s’étaient déjà vues. And I’m Lila. Nina garde ses sourcils légèrement froncés, ne sachant absolument pas sur quel pied danser. Nice to meet you Miss Rhodes. La jeune femme a des bagues aux doigts, toutes plus jolies les unes que les autres, mais Nina n’en reconnaît aucune. We do hope you don’t mind. I don’t tend to go anywhere without my dear brother you see, and Mister Jordan’s was indeed kind enough to invite me, I simply couldn’t refuse. Elles les regarde, tour à tour, cherchant à trouver une faille, un indice, quelque chose qui pourrait expliquer ce qui est en train de se passer. Elle n’a pas envie de croire à leur histoire. Elle sait pas pourquoi. Nina finit quand même par serrer la main que la jolie brune lui tend, le temps de peser le pour et le contre, le temps de trouver quelque chose, n’importe quoi… Dans le miroir, en face d’elle, elle voit ses yeux passer du brun au vert, puis revenir au brun à la vitesse de l’éclair. Étrange. C’est rare qu’ils changent aussi vite de couleur.
Are you leaving already? I was under the impression it was your party. It is. dit-elle immédiatement. And I’m not leaving. Elle ne dit pas non plus ce qu’elle s’apprêtait à faire, parce qu’elle ne peut décemment pas avouer qu’elle est montée dans l’ascenseur seulement pour les suivre. The guests were not supposed to bring plus ones. Everybody received a personal invitation. From me. dit-elle, un peu plus sèche que prévu.
Elle va nulle part, avec cette attitude. S’ils disent la vérité, elle passe pour une connasse. S’ils mentent, ils ont probablement bien préparé leur plan, puisqu’ils ont réussi à s’introduire à la soirée, ce n’est sûrement pas elle qui va leur faire cracher le morceau.
Alors elle change de tactique.
I’m sorry. I’m a bit stressed. It’s one of the first parties I organize by myself. Elle pose une de ses mains sur son ventre, feignant d’avoir l’estomac un peu noué. I didn’t mean to be rude. Elle reprend un air plus léger. I have to give a speech later, I lost my notes. If anything goes wrong, it’s gonna be everywhere on the media tomorrow. Elle check son maquillage dans le miroir de l’ascenseur, souffle un peu fort pour donner du poids à ses mots. Puis elle se retourne de nouveau vers eux. Oh…. you’re leaving. Why? Did something happen? What’s wrong? Elle sait pas vraiment ce qu’elle cherche à faire. Voir comment ils se défendent ? Elle est coincée là, maintenant, alors il faut bien qu’elle enquête un minimum sur eux - même si ses soupçons sont infondés. S’ils disent la vérité… Il faut absolument qu’elle récupère le numéro de Lila. Qu’elle ne la laisse pas lui filer entre les doigts cette fois. Et qui sait, elle pourrait même récupérer Bowie?



still waters run deep
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
 
pazanina + the thieves and the princess
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
STATE OF DISORDER :: THERE WAS EVENING AND THERE WAS MORNING :: NÉPHÈDE :: NÉODAM :: UPTOWN-
Nouveau
   
Répondre
Sauter vers: