Partagez | 
 

 alysa + good intentions, bad decisions.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Alysa Greene
Date d'inscription : 09/09/2018
Messages : 50
Pseudo : margot / fivedaysofjuly
Avatar : lindsey morgan
multi : nina rhodes (ft. lily collins) + yohan pearson (ft. jung hoseok) + ashley martinozzi (ft. ariana grande) + tamsyn huggins (ft. zoey deutch) + azalea kang (ft. im jin ah)
Réputation : 4
Voir le profil de l'utilisateur

margot/fivedaysbon bah c’est encore moi. mais cette fois je viens sur terre, il était temps. je vous aime, voilà.

Alysa Greenefc : lindsey morgan ; ©️️️ merenwen ; TERRE; unique
90% LOGIQUE
85% DÉTERMINÉE
80% SOLITAIRE
90% CONFIANTE
80% RANCUNIÈRE
95% PASSIONNÉE
80% PATIENTE
85% CURIEUSE
   
Nom complet Alysa Natalie Greene. Elle est la seule descendante connue des Greene. Son père a toujours été très réticent à parler de sa famille, Alysa n'a donc absolument aucune idée d'où il vient, ce nom. Depuis que ses parents et son petit frère ont disparu, elle a l'impression d'avoir le devoir de pas laisser le nom se perdre. Elle a envie d'accomplir quelque chose qui fera en sorte que ce nom - contrairement à sa famille - ne soit jamais oublié. C'est pour ça qu'elle a toujours refusé de porter le nom de son mari, Tesla. Ça n'a pas vraiment plu à son entourage, mais elle n'a jamais changé d'avis. Surnoms Dans l’ensemble, on la surnomme Lysa. C’est le plus simple, le plus logique. Au sein des sharks, beaucoup oubliaient facilement qu’elle était une personne à part entière et se contentaient de l’appeler derrière son dos la meuf de Gusztáv. Une fois devant elle, ils avaient l’air bien idiots, à chercher son prénom sans réussir à le trouver. Alysa n’a jamais trop rien dit, même si au fond, ça lui a fait rouler des yeux plus d’une fois. Sur internet, elle a adopté dés ses quatorze ans le pseudo evergreen, un peu par hasard : elle a trouvé le mot dans le devoir de sciences qu’elle devait rendre le lendemain de son inscription sur des chats online. Quand elle rencontre des inconnus qu'elle ne compte pas revoir, elle a tendance à utiliser America, le nom d'une héroïne de comics de l'ancien temps qu'elle aime beaucoup. Naissance Sur son livret de naissance, il est noté qu’elle est née le 12 juillet 1992, trois ans tout pile avant son grand-frère, dans un hôpital de Midtown, à Néodam.. Héritage culturel Alysa a toujours un peu envié - honteusement - ceux qui en savaient pas mal sur leur origines. Ses parents n’ont pas laissé d’indices sur ses ancêtres, et elle n’est même pas sûre qu’ils aient eu connaissance de leur héritage culturel, de toute manière. Quand elle était gamine, on ne lui a jamais parlé d’un pays d’origine avant l’apocalypse, d’une langue particulière, d’une religion particulière. C ‘est comme si sa famille était née à l’apocalypse - et encore, elle n’en sait pas beaucoup sur ses grands-parents et le reste de sa famille. Elle suppose qu’ils sont morts ou disparus eux aussi, puisqu’ils ne se sont pas manifestés à la disparition de ses parents. Statut Elle était en couple depuis ses dix-huit ans, et mariée depuis ses vingt ans - et elle ne se souvient pas vraiment de ce que c’est, d’être célibataire. Elle souhaitait le redevenir depuis un moment, en tous cas. Elle se doute qu’elle l’est, maintenant, mais la tempête est trop récente pour qu’elle puisse y penser.. Orientation Bien qu'elle ait toujours assuré à son mari qu'elle était hétérosexuelle pour le rassurer, Alysa sait depuis longtemps qu'elle est aussi attirée par les femmes. Peut-être même plus que par les hommes. Ses rêves et les fictions qu'elle écrit la trahissent, mais elle les a toujours bien cachés. Finances $$$$$$. Chez les sharks, elle s’en sortait très, très bien. Ce serait mentir de dire qu’elle n’était pas traitée comme une princesse. Elle n’avait pas besoin de tout ce que Gustáv lui offrait, mais ça lui faisait plaisir, vraiment. (non. parfois, ça la mettait en colère, qu’il essaie de rattraper ses erreurs avec des cadeaux dont elle n’avait rien à faire). Aujourd'hui... Elle n'a rien et... Peut-être que c'est mieux comme ça ? C'est presque libérateur - de ne presque plus rien posséder. Il lui manque juste une bonne connexion internet et un ordinateur pour être heureuse.

Univers Elle a toujours vécu à Néphède, avec sa pollution, ses rues surpeuplées, ses merveilles de transhumanisme. Jusqu’à ce qu’elle soit obligée de fuir, et un peu malgré elle, se retrouve sur Terre - ce monde hostile et inconnu (janvier 2019). Occupation(s) Recueillie par les sharks à l'aube de ses 13 ans, Alysa a très rapidement fait la promesse de se rendre utile. Après les cours, elle secondait les mécaniciens du gang, et a acquis au fil des années une expertise assez incroyable en mécanique. Plus tard, pour s'amuser, elle a un peu touché à la fabrication de prothèses - mais ce n'était ni son domaine préféré, ni là où elle brillait le plus. Alysa préfère les véhicules, les objets en tous genres. -- Après avoir fini le lycée, Alysa s'est lancée dans des études pour devenir développeuse web et programmatrice. C'était ambitieux, mais à la hauteur de sa mémoire exceptionnelle et de son désir de s'éloigner de chez elle autant que possible. Elle avait commencé à hacker pour le compte des sharks, avant de se retrouver sur Terre. Particularités Alysa a une excellente mémoire, on pourrait même parler de mémoire eidétique. C’est comme ça depuis qu’elle est toute jeune, et ça lui a permis de sauter plusieurs classes. Elle est capable de se souvenir d’une quantité d’informations effrayante. ++ Elle porte plusieurs tatouages. Les deux plus vieux sont apparus à sa naissance, sur ses chevilles - et elle suppose donc qu'ils sont ce qui la lie à son âme-sœur. Quand elle a eu 16 ans, elle a aussi fait graver une branche de laurier sur son flanc gauche. Il y avait originellement trois feuilles - qui représentaient ses parents et son petit frère disparus. Une quatrième feuille a rejoint la branche un an plus tard quand son oncle Toni, qui l'avait recueillie après la disparition de ses parents, est décédé. À dix-sept ans, elle s'est fait tatouer la marque des Sharks, sur le flanc droit - un rituel pour tout membre du gang. Elle porte également un tatouage floral sur le bras droit. Elle est un peu addict, et aimerait en avoir beaucoup plus. ++ Afin de palier aux inconvénients de sa mémoire sur-développée, Alysa cédé à des modifications transhumanistes quasi-invisibles dés l'âge de 17 ans. Sa vue et son ouïe sont aujourd'hui totalement réglables : elle peut choisir de baisser ou augmenter le volume de ce qu'elle entend - au point de se couper complètement du monde si besoin. Pour sa vue, elle peut régler la vivacité des couleurs, et peut même faire en sorte de voir en noir et blanc, afin d'être moins agressée par les couleurs. ++ Son père étant altéan, Lysa a hérité du gène de la small science : elle peut manipuler la terre. Son père ayant prétendu être néphédien et ayant disparu avant de livrer ses secrets, elle n'en a absolument aucune idée. Elle ne le saura d'ailleurs probablement jamais, et ce don restera probablement dormant. Mais elle se sent toujours mieux quand elle est proche de la nature, sans savoir qu'il y a une explication à cette affinité. Lien(s) cosmique(s) (cluster)En 2012, Alysa a été liée à trois autres filles. Ce lien dépasse l'entendement, et surtout, il entre complètement en contradiction avec son esprit logique. Elle a fait des recherches, pour se rassurer, mais a fini par accepter qu'il y a des choses dans la vie qui ne s'expliquent pas. Liebe, Aoibheann et Thea sont devenues des amies, avec le temps, sans qu'elle comprenne très bien comment et pourquoi. Elles lui ont parlé d'autres mondes - Alysa n'a jamais trop su si elles étaient réelles, ou si elle les rêvait comme elle rêve les personnages qu'elle met en scène dans ses fictions. Et puis tout est devenu plus réel fin novembre 2018, quand Thea et Liebe ont été tuées. Alysa a senti la déchirure, elle a senti que tout ça était réel. Depuis, elle souffre d'un deuil constant, qu'elle partage avec Aoibheann. Au moins, elles sont toujours ensemble. ++ (soulmates) Alysa porte deux tatouages depuis sa naissance, sur ses chevilles, tous deux ressemblent beaucoup à des bracelets de cheville, mais sont constitués de mots. À gauche, c'est du japonais qui est gravé sur sa peau, et à droite du grec. Elle n'a jamais trouvé quelqu'un pour traduire et n'a donc absolument aucun indice pour trouver sa soulmate. Elle suppose que la personne qui lui est destinée est issue d'une famille greco-japonaise. Elle n'a jamais pensé au fait qu'elle pourrait avoir deux soulmates. (ellie et alex) Keywords genius -- plants and flowers -- chaotic bisexual -- tattoos -- logical thought -- loves mysteries -- thinks she's sherlock holmes -- the government is obviously hiding something! -- ravenclaw -- nerd -- glasses are sexy -- healthy body, healthy mind -- fitness -- smoothies -- few friends, but good friends -- flirty -- turns off her hearing when people talk too much -- head in the clouds -- only dreams of realistic things. -- talks about mechanics the way she would talk about the person she loves.


we are all astronauts 01. family Les Greene étaient une famille relativement heureuse. Le père, Nathan, était salarié dans une usine de fabrication de véhicules tandis que la mère, Beatriz, était prothésiste dans une clinique relativement populaire de province. Ils s’en sortaient bien financièrement, et élevaient leurs deux enfants, Alysa et Noam, dans une petite ville de province à Néphède. Belle maison, jolie voiture, sorties au cinéma, goûters après l’école… Ils avaient une vie des plus normales. Des plus agréables, aussi. Jusqu’au jour où Nathan, Beatriz et Noam ont pris la voiture pour aller dîner et ont disparu dans la nature. On n’a jamais retrouvé ni le véhicule, ni leurs corps. Pas d’indices. C’était comme s’ils s’étaient évaporés en une seconde. Alysa a été recueillie par le frère de sa mère devenu son tuteur, Toni, et a vécu avec lui jusqu’à sa mort des suites d’une longue maladie, cinq ans plus tard. Alysa est devenue orpheline de toute famille biologique après cette terrible disparition. Mais elle s’est trouvée une autre famille : les sharks, le gang de son oncle, pour lequel elle a travaillé très jeune. Elle s’est marié au bras-droit et frère du chef, Gustav, à vingt ans. Bien sûr, même si elle a continué à vivre, elle n’a jamais réussi à vraiment se remettre de la disparition de ses parents et de son petit frère. Elle n’a jamais réussi à faire son deuil. Toute sa vie, elle a cherché des indices, des explications - en vain. Encore aujourd’hui, elle a l’espoir de démêler ce mystère et de découvrir, peut-être, qu’ils ne sont pas morts. On la dit naïve. Elle préfère le mot optimiste. Et puis, apprendre que d’autres mondes existent - c’est quelque chose qu’elle sait depuis très récemment - lui a offert un regain d’espoir.
Mais maintenant que Gustav se retrouve dans le coma après un terrible accident de voiture, Alysa commence à se dire que peut-être, tout est de sa faute. La mort de deux membres de son cluster, fin novembre 4035, n’a pas aidé. Elle commence à se dire qu’elle est peut être maudite, et que c’est elle qui porte la poisse à tous ceux qui décident un jour de devenir sa famille.

02. memory Alysa a un excellente mémoire, on pourrait même parler de mémoire eidétique. On a diagnostiqué ça quand elle était très jeune, après qu’elle se soit plainte de migraines et se soit montrée incapable de rester trop longtemps dans des endroits trop fréquentés ou trop colorés. Elle est capable de se souvenir d’une quantité d’informations effrayante. Tout ce qu’elle lit semble s’écrire à l’encre permanente dans les tiroirs de son cerveau. Même chose avec ses souvenirs : ils sont plus clairs et précis que la majorité des gens. Elle doit, cependant, faire les mêmes efforts de compréhension que le commun des mortels, même si la tâche lui est facilitée par sa capacité à emmagasiner les informations. Le problème, c’est que du coup, elle a trop de choses dans la tête et que le trop-plein d’informations l’agresse. Cette faculté est autant un don qu’une malédiction : pendant longtemps, Alysa a été sujette à des maux de tête quasi-constants, et la surcharge d’images, notions et sons lui donnait des vertiges. Cela l’a rendue également très solitaire : elle avait tendance à éviter les foules autant qu’elle le pouvait, ainsi que les endroits trop éclairés ou trop colorés. Sa chambre est donc restée dans des teintes très sobres, et à l’école, elle était contrainte de porter des lunettes de soleil et refusait d’aller dans la cour de récréation. Plus tard, elle a trouvé du réconfort dans l’atelier des sharks, où elle n’était pas obligée de parler aux autres, et n’était pas agressée par mille couleurs. Elle se concentrait sur la tâche à accomplir, et ça lui permettait de se canaliser. À dix-sept ans, elle a décidé de recourir au transhumanisme pour se faciliter la vie, et a modifié ses yeux et ses oreilles pour minimiser les couleurs et les sons. Depuis, elle est beaucoup plus à l’aise à l’extérieur et dans les foules, et a pu donc reprendre le chemin de l’université en appréciant vraiment l’expérience, cette fois.

03. problem fixer Alysa a un esprit très logique, et l’une de ses plus grandes joies est de se retrouver face à un problème à résoudre. Elle adorait les mathématiques étant plus jeunes, et elle a pris goût très vite à la mécanique chez les sharks en partie grâce à cet aspect de sa personnalité. Elle est excellente pour prendre des décisions dans ce type de contextes, et règle souvent les problèmes plus rapidement que les autres. Le problème, c’est que sa logique s’applique souvent également dans sa vie personnelle. Elle a tendance à réfléchir de manière trop raisonnée, et pas assez flexible, pour sa vie personnelle. Alysa a toujours tendance à aller vers la solution qui semble la plus simple, la plus évidente, plutôt que vers celle qui est plus… humaine. Elle a tenté de travailler sur ça, avec les années, mais quand bien même elle a réussi à faire des compromis et des progrès en amour, elle l’a fait au prix de nombreux efforts. Gustav est le seul à l’avoir vu galérer autant. Avec la majorité des gens, Alysa ne fait pas autant d’efforts, ce qui rend ses relations avec les autres parfois… compliquées. On peut la trouver trop dure, trop directe, aussi. Mais elle préfère être elle-même que jouer les hypocrites.

04. writing. Étrangement, malgré son esprit trop logique et parfois peu flexible dans la vraie vie, derrière son ordinateur, Alysa a toujours été plus créative. Depuis qu’elle est toute jeune, elle lit et écrit beaucoup. Ça a commencé avec des fanfictions dans des univers qui lui plaisaient, et elle a découvert les forums rpg en entrant dans l’adolescence. C’est là qu’elle a le plus évolué en terme d’imagination. Grâce aux autres joueurs, Alysa a été poussée à aller toujours plus loin dans la créativité. C’est au contact des autres que ses idées germent, parce que toute seule, elle a du mal à trouver des choses intéressantes, ou du moins suffisamment intéressantes pour être écrites (ses vieilles fanfictions sont d’ailleurs des horreurs et espère que personne ne les trouvera. jamais.) Sur les forums, elle pouvait être n’importe qui, et ça lui plaisait, de se détacher complètement de son quotidien pour se plonger dans un autre monde. Pas qu’elle ait été plus heureuse dans ses écrits que dans sa vie réelle, mais… Elle avait l’impression de pouvoir davantage y être elle-même. Que le destin ne décidait pas tout pour elle, aussi. Elle a testé de multiples contextes et de multiples personnages, mais depuis plusieurs années, elle s’est cantonnée à un seul forum qui met en scène le Paris de l’avant-chaos. Son personnage principal, Roxane, est une jeune femme sans attaches qui enquête sur la mort de ses proches. Elle ne préfère pas trop réfléchir à ce que ça dit d’elle. En tous cas, elle s’est fait plus d’amis sur les forums que dans la vie réelle, et notamment deux joueuses avec qui elle écrit depuis des années, et qu’elle comptait rencontrer pour de vrai début janvier 4036… avant que toute sa vie change.

05. sport Alysa est très sportive - mais ça n’a pas toujours été le cas. Elle détestait ça quand elle était gamine, et n’avait aucun scrupule à prétexter des crises d’asthme pour éviter les cours d’endurance. Mais après la disparition de sa famille, elle a eu besoin de quelque chose pour faire en sorte que leurs visages n’apparaissent pas chaque seconde dans son esprit, sa mémoire exceptionnelle rejouant h24 les souvenirs qu’elle avait d’eux. Elle a donc commencé à courir, puis s’est mise à la danse l’année de ses quatorze ans. Elle n’a jamais abandonné ces deux sports, qu’elle pratique de manière régulière depuis cette époque. Depuis ses vingt-et-un ans, Alysa s’est aussi mise au fitness et au yoga, deux sports qui ont profondément modifié son mode de vie et son alimentation.

06. flowers. Lysa a toujours été passionnée par les plantes, et plus particulièrement, les fleurs. Depuis sa plus tendre enfance, elle adore en dessiner dans les pages de ses cahiers, et rien ne pouvait la rendre plus heureuse que son père - et plus tard son mari - lui offrant des fleurs (vraies ou fausses) qu’elle pouvait disséminer aux quatre coins de son appartement. Elle a été jusqu’à se faire tatouer des fleurs. Elle ne sait pas trop d’où ça lui vient. Elle trouve ça joli, rassurant, les fleurs. Néphède n’en a malheureusement pas beaucoup. C’est la raison pour laquelle depuis qu’elle a découvert qu’Altéa existait, Lysa s’est fait la promesse de visiter ce monde, voire d’aller y habiter si elle le peut.
Revenir en haut Aller en bas
Alysa Greene
Date d'inscription : 09/09/2018
Messages : 50
Pseudo : margot / fivedaysofjuly
Avatar : lindsey morgan
multi : nina rhodes (ft. lily collins) + yohan pearson (ft. jung hoseok) + ashley martinozzi (ft. ariana grande) + tamsyn huggins (ft. zoey deutch) + azalea kang (ft. im jin ah)
Réputation : 4
Voir le profil de l'utilisateur

...break free from the voices
BEFORE Il n’avait pas signé pour ça.
Devenir Warden, c’était participer au progrès de la société, aider une entité bienveillante en laquelle il avait toujours cru en grandissant. Devenir Warden, c’était rendre sa famille fière, faire des choses qui avaient du sens. Devenir Warden, c’était censé être sa chance de se sentir utile alors qu’il avait toujours été un élève moyen, noyé au milieu de ses huit frères et soeurs. Devenir Warden, c’était censé être la solution à tous ses problèmes. Mais six ans à traquer les botchers considérés dangereux par GAIA l’ont épuisé, physiquement et psychologiquement. Il n’avait pas signé pour ça. Bien sûr, certains méritaient d’être arrêtés, parce qu’ils représentaient vraiment un danger. Il n’a jamais eu de scrupules à enquêter et courir après ceux-là… Mais le problème, c’est qu’ils ont toujours été moins nombreux que les autres - ceux que le gouvernement considérait comme gênants parce qu’ils étaient trop populaires, parce qu’ils utilisaient leur pouvoir pour survivre après que la société ne leur ait pas fait de cadeaux. Le moindre faux pas, la moindre petite erreur leur était fatale.
Mais il suivait les ordres, parce que c’était son boulot.
Jusqu’au jour où il ne l’a plus supporté.
GAIA sait ce qu’elle fait. lui a-t-on répondu, au QG. Ses inquiétudes ont été balayées d’un revers de main, ses doutes discrédités. La parole de l’intelligence artificielle était parole d’évangile. Elle voit des choses qu’on ne voit pas. Elle a des données qui lui permettent de voir plus loin que tu ne verras jamais. La confiance était aveugle.
Alors il a continué, parce qu’il n’avait pas le choix.
Il lui a fallu trois autres années pour se décider.
Une autre année pour élaborer son plan.
Peu avant la rentrée, il publierait un papier anonyme dans un journal clandestin, dénonçant les horreurs commises par GAIA. Le même jour, il passerait un portail en direction de Néphède et laisserait son monde derrière lui. Rien ne l’y retient vraiment, de toute manière. Cela fait longtemps qu’il n’est plus proches de ses frères et soeurs et que ses parents les ont quittés. Il n’a jamais réussi à construire de famille, avec son travail, trop dangereux et chronophage.
Ce jour là, il deviendrait Nathan Greene, laisserait sa véritable identité derrière lui, et il commencerait une nouvelle vie, plus calme, dans laquelle il n’aurait pas l’impression de trahir sa conscience.

4022 (12 ans) OCTOBRE 2005 Alysa serre les dents. Mais Noam continue de chanter à tue-tête et à faire du bruit dans le couloir. Il tape contre sa porte, our attirer son attention. Mais elle n’a pas le temps, et pas l’envie non plus, de s’occuper de son petit frère. Elle a des devoirs à faire, un livre à finir. Excédée, elle finit par ouvrir la porte. Stop it. Noam s’arrête, s’approche avec un sourire. hey, Lysa. Elle lève les yeux au ciel. Please… shut up? Saying please does not really make your shut up nicer. Elle soupire. If I let you come into my room and give you my astronomy book, will you be silent ? Il acquiesce, vivement. Alright. I need to focus. I know. Noam n’a pas beaucoup d’amis. Elle n’en a pas beaucoup non plus. Ils n’ont que deux ans de différence, mais des vies bien différentes. Elle sait que son frère en souffre un peu, même s’il n’en parle pas trop. Ça lui donne l’impression d’être inférieur, qu’Alysa ait huit trains d’avance grâce à sa mémoire exceptionnelle. Elle n’a pas d’amis, mais au moins, elle a quelque chose de spécial. C’est pour ça qu’elle n’a pas le coeur de lui dire de la laisser tranquille, même quand il devient insupportable. Thanks. Il saute sur son lit, et se plonge dans un manuel sur les planètes et les étoiles - sa nouvelle passion, tandis qu’Alysa retourne à son devoir de mathématiques. Noam cesse de chanter. Ils s’installent dans un silence confortable, comme ils en ont l’habitude.
C’est la voix de leur mère qui leur fait relever les yeux, presque deux heures plus tard. Votre père est là, à table! Les deux enfants échangent un regard, et soudain, c’est la course à celui qui sera le plus vite en bas. Bien sûr, c’est Noam qui gagne, parce qu’il est beaucoup plus malin et rapide. Leur père est déjà assis à table, plongé dans la lecture d’un article sur sa tablette. Il accueille ses enfants avec sa toux chronique, fidèle amie qu’il se traîne depuis presque toujours. Qu’est-ce qu’on mange? Oui, qu’est-ce qu’on mange? Leur mère sort de la cuisine pour déposer un plat sur la table, et les deux gamins lâchent des cris de joie avant de se faire un high five. Et votre père a ramené de la tarte au citron du boulot. Il ne relève pas les yeux de sa tablette, mais un sourire se dessine sur ses lèvres. You’re the best! You’re the best! répète Noam. Je sais. fait Nathan Greene, avec un clin d’oeil, avant d’éteindre sa tablette après avoir mis de la musique en fond. Parce que chez les Greene, on ne mange jamais sans musique.

23 NOVEMBRE 2005 You can’t force me to go! Beatriz soupire devant les caprices de sa fille. Please, Lysa. You haven’t seen Uncle Toni since the beginning of the year. Alysa hausse les épaules, croise les bras. Elle n’a pas envie de sortir de chez elle : elle veut juste finir le bouquin qu’elle est en train de lire, et écrire un chapitre de plus de l’histoire qu’elle écrit depuis quelques semaines. Accessoirement, elle a envie d’aller choper quelques bonbons dans les placards, aussi, une fois toute seule. Et elle se ferait bien un karaoké, aussi. Bref, elle n’a aucune envie de suivre ses parents et son frère, et préfère franchement une soirée à la maison que supporter une soirée où les adultes vont parler, parler, parler, jusqu’à ce qu’elle en ait mal à la tête. I’m tired. My eyes need to rest. My ears, too. I already have a headache. dit-elle, même si elle sait pertinemment que sa mère ne la croira pas. Elle a un instinct de dingue, cette femme. Impossible de lui mentir. Beatriz soupire de nouveau. You’re selfish, Alysa. La pré-adolescente hausse de nouveau les épaules, indifférente. Very well. If that’s what you want. Elle enfile son manteau. Nathan, Noam, ready? Les deux garçons débarquent dans le hall, et Alysa voit bien que Noam lui fait un peu la tête. See you later, kiddo. Drive safe. Son père lui offre un sourire, et une minute plus tard, elle entend la voiture qui quitte l’allée. Place à la liberté.

---

C’est une lumière bleue venant de la fenêtre qui la réveille.
Elle s’est endormie sur le canapé, et les preuves de ses crimes de la soirée sont tout autour d’elle : des emballages de bonbons étalés sur la table du salon, son micro de karaoké entre deux coussins, son ordinateur en veille en équilibre sur l’accoudoir. Il faut absolument qu’elle range tout ça avant que ses parents rentrent. Elle jette un coup d’oeil à l’heure. 2 heures du matin. Ils ne sont toujours pas rentrés. La soirée doit être sympa.
Le faisceau bleu lui fait plisser les yeux, et elle s’approche de la fenêtre. Une voiture de police. On sonne à la porte. Oh. Alysa ne se sent soudain pas très bien. Elle regarde à travers le judas - c’est Toni. Elle ouvre sans attendre. Alysa. Elle fronce les sourcils. Where are they? Toni regarde derrière lui, vers le policier adossé à la portière de la voiture. I don’t know. They… They never made it to my house. I tried calling them, but no one’s answering. Alysa pince les lèvres. C’est étrange. Une pensée horrible lui vient en tête. Do you… Do you think they had a car accident? Toni secoue la tête de droite à gauche. No, honey. We’ve searched, with my friend here from the police. We can’t seem to find their car. It’s… weird. I don’t know where they are. Did they mention.. I don’t know, anything? Alysa fronce les sourcils, attrape son téléphone et compose le numéro de son père. They just left, I mean… everything was normal. Elle tombe sur le répondeur de son père. Nathan Green here… Elle raccroche. Weird. Peut-être qu’ils ont changé de plan au dernier moment, et qu’ils ont décidé d’aller sur la côte ? Peut-être que l’un d’eux ne s’est pas senti bien, et qu’ils sont allés à l’hôpital ? Alysa a mal au coeur. Ils l’auraient prévenue, si c’était quelque chose comme ça. Le silence est étrange.
À mesure que les jours passent, le silence devient assourdissant.
Il devient douloureux, avec les mois.
Et avec les années, il devient familier.

4023 (13 ans) - 4031 (21 ans) MARS 4023 Tu sais que je ne viendrais pas te demander ça, si j’avais une autre solution. La voix de Toni, derrière la porte, lui fait presque de la peine. Alysa s’enfonce dans sa chaise et relève ses jambes contre sa poitrine. Ça fait sept mois qu’elle vit avec son oncle, dans son petit appartement de Néodam. Il peine un peu à joindre les deux bouts, et plus les mois passent, plus c’est compliqué. On leur a suggéré de vendre la maison des Greene, mais ni l’un ni l’autre n’ont pu s’y résoudre. Alors elle reste là, vide, silencieuse. Pleine de fantômes. Alysa y va souvent, à vélo, après l’école. Elle se pose dans le canapé, passe du temps sur son ordi en prétendant que l’électricité n’a pas été arrêtée, que l’eau coule toujours, et que dans la pièce d’à côté, son père est en train de préparer le repas du soir, en attendant sa mère, qui finit toujours le boulot trop tard. Mais il n’y a personne. Et après une ou deux heures, ça devient trop lourd, et Alysa - après être passé dans son ancienne chambre et dans l’ancienne chambre de son frère - finit toujours par rentrer auprès de son nouveau tuteur. Ils s’entendent bien, tous les deux. Mieux que ce qu’Alysa aurait imaginé. Ils se serrent les coudes. Mais c’est compliqué. Surtout financièrement. Alors Toni a été franc avec elle sur son appartenance à un gang, il a été honnête sur les options qui s’offraient à eux. C’est ensemble qu’ils ont décidé d’aller voir le chef des Sharks, Laszlo Tesla, pour lui demander de l’aide. Et maintenant elle est là, à espérer que cet homme - qu’elle ne connaît ni d’ève ni d’adam - ne soit pas un énorme connard qui soit leur dise de se démerder, soit accepte avec de mauvaises intentions. Toni lui a assuré que Laszlo était quelqu’un de bien. Que son gang n’était pas de ceux qui font la guerre, et qu’il pouvait compter sur cet homme qu’il suit depuis quinze ans déjà. Mais Alysa ne sait pas trop. Et elle a peur, parce qu’elle sait que dans un sens ou dans l’autre, sa vie va changer. Parce que les souvenirs l’assaillent et que la peur les rend encore plus vifs et douloureux, elle se bouche les oreilles, et ferme les yeux. Qui vivra verra.
Elle ne sait pas combien de temps s’écoule avant que Toni sorte de la pièce dans laquelle il s’entretenait avec le chef des Sharks. Mais quand son oncle sort, il a un sourire sur les lèvres. Et il la prend dans ses bras. It’s gonna be okay now. It’s gonna be okay. Elle lui rend son étreinte, et lève les yeux derrière lui, vers la silhouette de Laszlo, qui les regarde, adossé à l’encadrement de la porte. Il lui sourit. Elle sourit aussi. Et prie pour qu’ils n’aient pas fait une erreur.

JUILLET 4025 Le deal était le suivant : Tesla acceptait de les aider en payant pour la scolarité et les frais du quotidien d’Alysa, si la gamine se rendait utile pour les Sharks. Dés les premières semaines, après l’école, elle a donc commencé à fréquenter les ateliers du gang, dans lesquels elle a commencé à se familiariser avec les visages, les outils, et surtout, les machines. Elle n’avait jamais fait ça avant, et n’avait jamais même envisagé se lancer dans ce genre de travaux manuels. Mais Laszlo semblait penser qu’elle apprendrait vite, de par sa mémoire exceptionnelle - un trait que Toni n’avait pas manqué de partager pour faire pencher la balance en leur faveur. Il avait été décidé entre les deux hommes que, si au bout de deux ans, elle n’était pas suffisamment dégourdie et ne commençait pas à rapporter de l’argent aux Sharks, ils devraient trouver une autre solution pour se sortir de la merde. Heureusement pour tout le monde, Alysa ne déçut personne, et montra une affinité presque immédiate pour la mécanique. En l’espace de six mois, elle avait acquis les bases élémentaires, et après un an et demi à travailler dans les ateliers tous les soirs après l’école et tout les matins avant de partir, elle était presque au niveau des plus vieux mécanos du gang. Un miracle - une aubaine. Les plus indulgents la trouvaient exceptionnelle, les autres la trouvaient un peu énervante, voir totalement insupportable.
Alysa, elle, était plutôt fière. Et peut-être un peu cocky, aussi.

Oh no. You’re not crushing on him. Les mots la sortent de sa rêverie. Elle a complètement laissé tomber son ouvrage depuis que Gustav, le frère de Laszlo, de presque dix ans son aîné, est entré dans l’atelier pour parler à son mentor. I’m not. se défend-t-elle en se penchant de nouveau sur la moto sur laquelle elle travaille depuis deux jours. Anwar la regarde avec des yeux plein de jugement. You totally are. Elle fait mine de trouver ça débile. I can’t really blame you. He’s sexy as fuck. Elle lui envoie un air outré, et ça le fait sourir. Anwar est son ami depuis qu’elle est arrivée chez les Sharks. Il a tenté d’apprendre la mécanique en même temps qu’elle, au début, mais on a rapidement compris que son talent était ailleurs : dans sa capacité à manipuler les gens et à les convaincre. Il travaille au Gentlemen’s Club, désormais - et on l’envoie parfois en mission pour trouver de nouveaux clients. Il a débarqué là un peu sans le vouloir, lui aussi : il a perdu sa mère et son père l’a ramené chez les requins, histoire de lui faire son éducation. Aujourd’hui, il ne passe par l’atelier que pour voir son amie - et baver sur les quelques jeunes mécanos de l’équipe. but you know he’s trouble, right? Also he’s way too old for you. fait Anwar, en faisant tourner un tournevis entre ses mains. I’m sure he does not even know your name. Shut up. Go away and let me work, for fuck’s sake. s’énerve-t-elle un peu. Anwar se moque un peu d’elle, mais cesse de l’embêter. Un peu plus tard, Gustav se rapproche d’eux, sur le chemin de la sortie. Nice work, Alysa. Il lui envoie un sourire chaleureux, auquel elle répond par un regard surpris. Le bras-droit du gang quitte l’atelier devant la bouche entrouverte d’Anwar. Alright, ok. So he knows your name. Elle lui envoie un sourire fier. He’s still too old for you! ajoute-t-il en la frappant légèrement avec un chiffon.

AOÛT 4027 Ce n’est pas comme ça que c’était supposé se passer. Tout va de travers. Alysa serre la main de Toni, immobile sur son lit d’hôpital.
Bien sûr, elle a eu le temps de se préparer - ça fait des mois que son oncle était malade. On leur a dit dés le début qu’il y avait peu de chances qu’il survive. Alysa n’a pas voulu abandonner, contraignant l’homme à accepter tous les traitements possible. Mais rien n’y a fait. L’espoir, l’optimisme et la volonté n’ont pas été suffisants. C’est dur, et quand bien même elle savait que c’était possible, elle ne peut pas accepter. You said you wouldn’t leave me alone. dit-elle au visage impassible, sans vie de l’homme à qui elle s’est raccrochée depuis la disparition de ses parents et Noam. You said you’d stay with me no matter what. Il ne bouge pas. Rien ne le ramènera.
Elle lève ses yeux brillants de larmes vers Laszlo, qui a posé une main sur son épaule. That’s unfair. dit-elle, plus à l’univers et à ses décisions pourries qu’au chef des Sharks. Why? Why? Laszlo soupire. Il ne lui dit rien. Probablement parce qu’il n’y a rien à dire. Come on, babe. We should go. Gustav se rapproche, la prend par la main et la force à se lever de la chaise sur laquelle elle est vissée depuis des heures - même si Toni les a quitté depuis un moment maintenant. Il la prend dans ses bras, caresse ses cheveux. Alysa ferme les yeux. Tell me it’s not real. Come on. Let’s go home.

MARS 4031 Gustav n’est pas quelqu’un de simple. Tout le monde le sait, chez les Sharks. Il est connu pour être plus impulsif que son frère, plus ambitieux, aussi. On dit qu’il vaut mieux l’avoir en ami qu’en ennemi. Et c’est vrai. Il n’est pas tendre avec ceux qui le trahissent ou perdent de vue leurs objectifs.
Alysa n’a jamais ignoré ses travers. La différence, c’est qu’elle a aussi vu toutes les belles choses en lui. Sa tendresse. Sa passion. Elle a vu sa vision, ses rêves, ses espoirs. Elle a vu sa détermination à faire du Gentlemen’s Club un établissement décent. Elle l’a vu se battre aux côtés de son frère pour que les Sharks soient toujours en sécurité, jamais mêlé aux horreurs de Néodam. Et forcément, ça l’a touchée. Elle avait seize ans, quand ils ont vraiment appris à se connaître et qu’ils ont compris que quelque chose se passait entre eux. Ce qui n’était qu’un simple crush s’est transformé en affection, puis en quelque chose de plus fort. On disait que Gustav avait un coeur de pierre - avant elle. Tout le monde s’est surpris de le voir agir comme un gentleman avec cette gamine, qui avait tout de même presque dix ans de moins que lui. Mais l’amour a ses raisons que la raison ignore. Ils n’ont pas sauté le pas de faire quelque chose par rapport à leur attraction mutuelle, pendant longtemps, notamment parce qu’elle était trop jeune, et que Toni veillait au grain.
Mais la mort de l’oncle a précipité la brune dans les bras du bras droit du gang - comme une évidence. Ils ont attendu qu’elle ait dix-huit ans, avant de se donner le droit de s’aimer pour de bon, publiquement, sans mentir. C’était la bonne chose à faire. Et à partir de ce moment-là, leur vie a vraiment commencé, quand bien même Laszlo n’était pas fan de leur relation.
Elle a emménagé dans ses appartements, et en l’espace de quelques mois, ils avaient construit une routine dans laquelle elle s’épanouissait. Elle est fière, à seulement vingt-et-un ans, d’avoir sauté des classes, de maîtriser la mécanique presque à la perfection, d’avoir trouvé sa place au sein d’un gang majoritairement masculin, et de vivre une belle histoire d’amour avec un homme sur lequel tout le monde se retourne. Parfois, elle a l’impression qu’elle vit un rêve.
Elle aurait juste aimé que ses parents, Noam et Toni puissent la voir.

So. Elle relève les yeux de la pièce qu’elle est en train de démonter, sur le comptoir de leur cuisine. Hm? Gustav a un petit sourire en coin. I have something to ask you. Il pianote sur la surface en marbre, visiblement hésitant. Why are you being so weird? Il rit un peu, baisse les yeux sur ses chaussures, puis contourne l’îlot de la cuisine pour aller s’asseoir à côté d’elle. What’s going on? Il cherche quelque chose dans sa veste, et quand il sort un petit étui en velours, elle comprend tout de suite, et ouvre de grands yeux. Lysa. Babe. Ils en ont parlé, plus d’une fois. Rien que pour des raisons pratiques, ils ont songé à se marier. Mais ils n’ont jamais vraiment jugé le projet urgent. Mais visiblement, Gustav y pensait plus qu’elle. I’ve been wanting to make you mine for years, you know that. dit-il, tandis qu’elle ouvre l’écrin pour découvrir une bague magnifique - probablement aussi très chère. So, will you…? Elle secoue la tête, lève les yeux au ciel, sourit. Yes. Le visage de Gustav s’illumine. Really? It’s not… too soon? too much? Alysa passe une main dans son cou. It’s never too soon when you know exactly what you want, love.

4032 (22 ans) - 4035 (25 ans) FÉVRIER 4032 Quand ils se sont mariés, ça faisait déjà 6 ans qu’Alysa avait fini ses études du secondaire. Six ans. Elle aurait pu se lancer dans des études supérieures juste après l’obtention de son diplôme... mais elle avait besoin de temps, après la perte de Toni. Et puis il y avait son envie d’être plus proche des Sharks, aussi. Ils étaient sa nouvelle famille, après tout. Il y avait Gustav, bien sûr, mais il y avait aussi Anwar et les autres membres de son âge. Et puis, aussi étrange que ceci puisse paraître, Laszlo. Après le mort de son oncle, Alysa a appris à mieux connaître l’homme, et à l’apprécier. En passant davantage de temps avec lui au fil des années, elle a mieux compris ses motivations à créer le gang, et sa vision pour celui-ci. Le seul problème, c’était qu’il désapprouvait son mariage avec Gustav, semblant juger qu’elle était beaucoup trop jeune pour savoir ce qu’elle voulait vraiment. You may regret it, someday. Very soon, actually. n’a-t-il eu de cesse de lui répéter. Mais Alysa a fait la sourde oreille, bien sûr. Parce qu’elle était sûre et certaine de n’avoir aucun doute sur ce qu’elle voulait faire de sa vie, jusqu’à leur mariage.

--

It’s just… I’ve been doing the same thing everyday for six years. Elle hausse les épaules, les yeux parcourant le flyer d’une pizzeria dans laquelle ils pensent commander. Elle regarde sans vraiment lire. I need something more. I need to be more than this? dit-elle en détachant chaque mot, sachant que ce qu’elle est en train de dire ne va pas vraiment plaire à Gustav. Il pose le crayon qu’il utilisait pour faire les comptes, penché sur la table du salon. You mean being the best mechanic of the city and my wife is not enough for you? Elle soupire et pose le flyer entre eux sur le canapé. You know it’s not what I mean. Il prend toujours les truc de travers, quand ça concerne au moins un peu leur couple. Il a toujours été un peu possessif et susceptible, Alyse ne peut pas dire qu’elle n’est pas habituée. Dés que quelque chose ne lui plaît pas beaucoup, il fait preuve de mauvaise foi. I’m not talking about leaving for another city or another man, Gustav. I’m just talking about going to university. I should have gone years ago. Ils en parlent depuis un moment pourtant, mais à chaque fois, il fait la moue, soupire un peu, et sort des excuses pourries. I’m just concerned with the fact that it will be complicated for you to study AND work for us at the same time. That’s all. Il commence à ranger ses carnets. But it’s not like anything I’m gonna say is going to stop you from doing it, right? Il capitule avec un énervement évident, et file dans son bureau pour couper court à toute argumentation de la part de sa femme. Mauvaise foi, vous dis-je.

OCTOBRE 4033 Il y a trois ans, tout lui semblait clair comme de l’eau de roche. Tout était une évidence : sa présence chez les Sharks, son mariage avec Gustav, son futur tout tracé. Comment pouvait-elle être aussi sûre à l’époque, et aussi perdue maintenant ? N’est-on pas censé devenir plus sage avec le temps ? Plus posé ? Elle a vingt-trois ans, et elle est plus perdue aujourd’hui que quand elle en avait dix-sept. C’est à n’y rien comprendre.
Aller à l’université est presque un soulagement.
Ce n’est pas qu’elle n’est pas bien, chez elle. Elle est toujours heureuse d’être avec Gustav, et elle l’aime toujours. Juste différemment. Depuis qu’elle est à l’université, elle a l’impression qu’il y a plein d’autres choses qu’elle pourrait faire, au lieu rentrer auprès de lui tous les soirs.

--

You’re leaving already? Gustav la hèle de derrière le bar du Gentlemen’s Club. Yeah, I have… homework. Elle ignore la lueur énervée dans son regard, et enfile sa veste, vingt minutes à peine après être arrivée. La vérité, c’est qu’elle n’était pas dans le mood. Ça la saoule, de rester dans un coin du bar pour attendre son mec tous les soirs, à faire la conversation à d’autres gens que ses quelques amis. Avant de passer la porte, elle entend les potes de Gustav pester quelque chose, et se retourne pour envoyer un regard noir avant de quitter le bar. Il ne lui faut pas beaucoup de temps pour arriver chez eux : ils habitent juste à côté du bar. C’est bon, elle a bien le droit de faire ce qu’elle veut, non ? Être la femme de Gustav, c’est pas être femme de sénateur, elle ne devrait pas avoir à jouer les potiches comme ça.
Elle s’enferme dans son atelier à la maison le reste de la soirée, avec son ordinateur sur les genoux. Elle est mieux là, à faire des plans pendant des heures avec ses copines pour le futur de leurs personnages. À regarder des vidéos marrantes. À écrire des prompts pour des fanfictions.

--

We don’t see each other anymore. Alysa lève les yeux au ciel. I wish it was different. It will be. Just… Be patient, ok? Elle sait qu’il a raison : ils ne se voient pas beaucoup. Quand elle n’est pas à l’université ou en train de bosser pour les sharks, il est au Gentlemen’s Club. Et parfois, c’est vrai, même quand ils sont ensemble, elle s’enferme dans son atelier et elle écrit, code des trucs qui ne lui serviront jamais ou monte des objets inutiles. Elle aime bien être dans sa bulle, plus qu’avant.
Peut-être parce qu’avant, elle ne savait pas vraiment qui elle était.
Depuis qu’elle est entrée à l’université, elle a appris à exister de manière indépendante, alors qu’elle se définissait à travers Gustav, avant. Et ça ne lui plait pas du tout, à Gustav, elle le sent. Il aurait aimé qu’elle reste la Alysa d’avant, qui faisait tourner son monde autour de lui. Mais elle refuse qu’il en soit ainsi - elle l’aime, mais elle ne veut pas vivre que pour lui.
Tu fais ta crise d’ado, ça va finir par se calmer. lui a-t-il dit l’autre jour, parfaitement sérieux, après une énième dispute en plein milieu du bar des sharks. J’aurais dû le savoir, en épousant une gamine, que ça allait arriver. Va faire la gueule ailleurs. Reviens quand t’as fini ta crise du jour. Les mots n’ont cessé de résonner dans sa tête, depuis. Et ils lui reviennent en tête à chaque fois qu’elle le voit. Plus que jamais, elle a l’impression d’être face à un vieux con incapable de changer.

MARS 4035 Elle n’aurait pas dû sortir. Gustav était furieux.
Mais elle l’a regardé, déterminée, dans sa tenue de soirée, et lui a dit cash qu’il ne l’empêcherait pas de s’amuser. C’est la première fois qu’elle fait ça. C’est sa première sortie le soir depuis le début de son cursus universitaire. Et elle est en cinquième année. Cinq ans d’université à ne pas participer aux soirées, à n’accepter aucun verre avec ses camarades de classe parce qu’elle savait que Gustav n’apprécierait pas qu’elle traîne avec des gens qui ne fassent pas partie des Sharks. Une manière de la surveiller, probablement. Mais Alysa a dit stop. Parce qu’à cause de lui, elle ne peut même plus voir les bâtiments des Sharks en peinture. Elle s’est pris la tête avec une partie d’entre eux depuis le début de l’année, ce qui rend la situation tendue au quotidien. Tous ceux qui sont plus proches de son mari que de Laszlo trouvent qu’elle soutient trop le chef des Sharks, et pas assez celui avec qui elle partage sa vie.
Le truc, c’est qu’elle a changé, mais que lui aussi, il a changé. Quand il invite ses amis les plus proches à la maison, il leur expose son envie de plus en plus grande d’étendre les activités des Sharks, sans hésiter à aller sur les plates-bandes des autres gangs de Néodam. Alysa le soupçonne de vouloir fonder un nouveau mouvement. Quelque chose de plus violent, bien loin de ce que Laszlo a imaginé pour les Sharks. Elle n’aime pas ça. Il part dans des monologues sur la dangerosité de Néodam, et sur la nécessité de prendre parti. Il parle d’argent, encore, encore. Et elle était habituée. Après tout, l’argent, c’est la raison d’être de leur gang depuis toujours. Mais les choses prennent une autre tournure. Alors elle a envie de fuir - et ce soir, elle le fait, juste pour la soirée. Et tant pis si Gustav pète un câble quand elle rentre. Elle a besoin de s’éloigner, juste ce soir.

--

Peut-être que si ça n’avait pas été elle, elle n’aurait pas décidé de sortir. Alex. Cette fille qu’elle voit une fois de temps en temps, depuis qu’elle est arrivée chez les sharks. C’est comme si elle existait dans sa vie une fois tous les deux ou trois ans, et disparaissait ensuite de la surface de la terre. Mais chaque rencontre lui est restée en tête.
Alex est belle. Très, très belle.
Ça fait longtemps qu’Alysa le sait. Mais de la voir là, danser avec ses longs cheveux, parfaitement accordée aux rythmes de la musique… Wow. Alysa ne l’avait jamais vue comme ça. Elle l’avait toujours vue dans l’obscurité de son atelier, pour des conversations sympas mais toujours trop courtes. Elle ne sait même pas pourquoi ou comment elles ont décidé d’aller à cette soirée ensemble. Son cerveau est un peu dans le flou. Et pourtant, elle n’a pas hésité une seconde à s’habiller et à braver la colère de Gustav pour passer la soirée avec Alex.
Alex, Alex.
Elle pense souvent à elle, même si elle la voit peu. Et quelque chose lui dit que ça va être pire demain, quand elle va devoir retourner à sa vie.

décembre 4035 - janvier 4036 (25 ans) 31 DÉCEMBRE 4035 When are your friends coming? My friends? Il a une main sur le volant, l’autre accoudée à la fenêtre. Il a son petit air con des mauvais jours. Yeah, you know. The ones you’re meeting. Oh shit. Il se tourne vers elle, les sourcils haussés. The ones you never told me about. Il continue de conduire, attend une réponse. Il a pris un ton qu’il voulait probablement détaché, mais Alysa n’est pas dupe. Son pouce tape le rythme sur le volant - le moindre mot de travers va le faire exploser. When did you find out? Earlier today. You forgot to turn off your computer during your shower. Alysa passe une main dans ses cheveux. Sa robe de soirée l’étouffe un peu. Elle ne sait pas comment elle va se sortir de ce mauvais pas. I can’t believe you told me you were going on a mission with Anwar. Son rire est sec, mauvais. So tell me, I’m curious, what else are you lying about, hm? Lysa reste silencieuse, incapable de trouver la bonne manière de réagir à tout ça. Son plan était bien huilé : rencontrer ses amies chez elles pendant que Gustav travaillait, qu’elles partent toutes ensemble quelques jours en province sous couverture d’une mission pour les Sharks. Mais non. Il a fallu qu’elle soit suffisamment débile pour laisser son ordinateur ouvert. Il a fallu qu’elle soit suffisamment débile pour tout foutre en l’air. Also, what is this? Il lance sur ses jambes des polaroids sombres, un bracelet. Why were you keeping all those in your nightstand? Alysa rassemble les photos dans sa main, pince les lèvres. Le visage d’Alex lui sourit et elle détourne les yeux. And the weird lesbian fanfictions, Lysa, what the fuck? Do we have to do this now? Ils sont en route pour une soirée du nouvel an des Sharks. Alysa trouvait étrange qu’il ait insisté pour qu’ils prennent la voiture et fassent un petit détour avant d’aller au Gentlemen’s Club. Elle n’a même pas vraiment regardé la route qu’ils prenaient. Oh, yes, we do. Il arrête la voiture sur le bord de la route. Alysa regarde autour : ils ne sont un peu loin de chez eux. Pas son quartier préféré, franchement. Gustav sort de la voiture, contourne le véhicule et ouvre sa portière à elle, la sommant de sortir d’un geste de la main. Quand elle ne bouge pas, il lui prend le bras et la force à se mettre debout pour lui faire face. Calm down! assène-t-elle en libérant son bras et en le regardant avec ses yeux noirs. Il rit et fait un pas en arrière. Calm down? Il lève les yeux au ciel. Calm down? Fuck you Lysa. Now tell me everything. We’re not leaving until you tell me. Elle sait qu’elle n’aurait pas dû garder de secrets, faire de plans dans son dos. Anwar lui avait dit que ça tournerait mal, tout ça. Il avait raison. Mais Alysa se croyait plus maligne. Alright. commence-t-elle. Elle croise les bras devant sa poitrine, prend son air confiant. I’m leaving the sharks. And I’m leaving you. déballe-t-elle sans emballer quoi que ce soit dans du papier bulle. I was planning to tell you all that in a few weeks. Not now. I fuckin’ knew it. All these talks behind my back. Il prend un visage froid, impassible - celui qu’il réserve aux connards venus foutre la merde aux Gentlemen’s club. You’re a liar. You’re ungrateful. You’re a coward. You’re a silly little bitch. Maybe. Il la regarde, incrédule. Maybe, that’s your answer? What do you want me to say? Il passe une main sur son visage. Elle attend. Il semble réfléchir. Quand il bouge enfin, c’est pour retourner de son côté de la voiture, et reprendre sa place derrière le volant. Quand elle veut reprendre la sienne, il ferme la porte. Elle frappe contre la vitre. hey, what are you doing? Il baisse légèrement la vitre. Leaving you here. On the pavement. Where you belong. La voiture démarre au quart de tour, dans un bruit de pneus assourdissant, et Alysa recule, presque effrayée qu’il ait la merveilleuse idée de reculer et de lui rouler dessus. Mais non, il s’éloigne, sans un mot de plus. Et elle se retrouve là, comme une conne, sans téléphone, sans papiers, sans argent. Juste son alliance qui semble lui envoyer des reflets de jugement, sous la faible lumière de la lune. Fuck. Fuck. Fuck..

--

Anwar arrive une heure après qu’elle ait trouvé un téléphone dans un hôtel du quartier pour lui passer un coup de fil. Elle s’engouffre dans la voiture, gelée et excédée. Elle s’apprête à pester contre son mari et à raconter plus en détail ce qui s’est passé, mais le visage blanc et anxieux de son ami la coupe net. Ils s’observent, pendant de longues secondes, Lysa questionnant du regard son expression confuse. Et puis, après ce qui semble être une éternité, Anwar ouvre la bouche. There’s been an accident. Elle fronce les sourcils. He got into a car accident, a few minutes after... Alysa couvre sa bouche, son coeur bat à mille à l’heure dans sa poitrine. Is he ok? Anwar baisse les yeux. Anwar? I don’t know, Lysa. Apparently not. I don’t know. Les yeux de la jeune femme glissent sur le pare-brise. Pourquoi? Il ne lui faut pas longtemps pour éclater en sanglots, et la main de son meilleur ami vient caresser ses cheveux, doucement, jusqu’à ce qu’elle arrive mieux à respirer. I have to see him. I don’t think it’s a good idea. Why? Anwar lâche un soupir énervé. The guys… Elle sait immédiatement de qui il parle : les proches de Gustav, ceux qui investissent leur appartement tous les deux ou trois jours, et qui le soutiennent dans ses nouveaux projets. They think you did it. Alysa tourne de grands yeux vers le brun. They think I did what? They think you did something to the car, on purpose, I-- But I was ON THE CAR! I know. But they think it’s about money, or something like that. I don’t know. C’est forcément un cauchemar. Mais elle avait remarqué le comportement des amis de son mari à son égard : ils étaient méfiants, observaient du coin de l’oeil chacune de leurs disputes, l’air exaspéré. I think it’s better for you to stay away for a while. How can I stay away? You don’t have a choice, Lysa. Ils prennent encore un peu de temps dans la voiture, à assimiler toutes les informations, Lysa pleure encore un peu, crie un peu, aussi. Ils finissent par se décider à aller chercher quelques-unes de ses affaires à l’appartement, et par lui trouver un endroit safe où rester, au moins un jour ou deux. It’s gonna be ok. Et elle est sûre qu’il a tort, mais elle acquiesce.

7 JANVIER 4036 are you ready to do this? Alysa acquiesce, lâche la main d’Anwar, qui reste derrière la porte de la chambre d’hôpital pour faire le guet. Ils ont réussi à récupérer son téléphone portable en faisant tourner en bourrique l’une des infirmières de l’accueil - ce qui est une première victoire. Maintenant, elle espère qu’ils ont bien calculé leur coup, qu’Anwar a eu les bonnes infos, et qu’elle va réussir à passer quelques minutes au chevet de Gustav, pendant que ceux qui veillaient sur lui sont partis déjeuner.
Ce n’est pas beau à voir. Son visage et ses bras sont encore tuméfiés, et il est relié à des tas de branchements - elle préfère ne pas trop regarder les machines, pour une fois. La vision lui serre la gorge et fait monter des larmes. Elle n’a jamais voulu que tout ça arrive. Elle était censée prendre enfin une bonne décision pour elle, ils étaient tous les deux censés retrouver leur liberté. Mais encore une fois, le destin, avec ses idées tordues, s’en est mêlé.
Elle aimerait rester longtemps, avec sa main dans la sienne. Mais elle n’a pas beaucoup de temps. I’m sorry, love. Elle pose son front contre le bras de l’homme, posé sur les draps blanc. I should have known there was something wrong the moment you told me we were taking the car. I should have known. We would have talked at home, and this would have never happened. Elle se redresse. No. I should have been honest with you from the start. se corrige-t-elle. Si elle lui avait fait part de ses doutes, de son envie de liberté, de son besoin de partir… Peut-être qu’ils auraient pu en parler, peut-être que tout ça ne serait jamais arrivé. Peut-être. But I was afraid you would never… let me go. Et c’est la vérité. Elle avait peur, depuis le début : qu’il ne comprenne pas, qu’il refuse de la laisser partir et l’enchaîne un peu plus, d’une manière ou d’une autre. I’m sorry. I hope I’ll be able to tell you that face to face one day. Elle espère que ses mots arriveront jusqu’aux oreilles de ceux qui tiennent les ficelles de leurs vies. One day. For now, I need to go. Your friends are… well, loyal. But you know that already. Of course they’re blaming me. We’ve been fighting for months. For years. The last fight they witnessed was pretty… violent. Ils ne se sont jamais cachés devant les loyaux petits soldats de Gustav, ils ne se sont jamais cachés devant qui que ce soit. Peut-être qu’ils auraient dû. Elle n’en serait pas là aujourd’hui. I don’t like them. I’ve never really liked your friends. Elle a toujours été plus proche de la philosophie de Laszlo, et avait un peu trop tendance à prendre le parti du chef des Sharks quand le gang se divisaient derrière les deux frères. I’m sorry. Elle se redresse en voyant Anwar lui faire signe de l’autre côté de la vitre. This life… I’ve never really chosen to live this life. It just happened. Because of my family’s disappearance. Because of Toni. This life… It’s not for me, I think. But I love you, I swear. Not like you want me to. But I’ll always love you. I hope you know that. Anwar s’agite de l’autre côté de la porte, et Alysa embrasse le front de son mari avant de courir à l’extérieur. Son meilleur ami attrape son bras et la tire vers la sortie avant que les autres débarquent et l’enterrent vivante.
Revenir en haut Aller en bas
Ana Washburn
Date d'inscription : 10/09/2018
Messages : 226
Pseudo : bermudes.
Avatar : kaya scodelario
multi : nephtys (n. scott) -- ishiro (a. hyoseop) -- nikita (g. yoo) -- jelly (hani) -- joshua (dohwan) -- lava (momo) -- nimh (a. seyfried) -- baby blue (bbh)
Réputation : 6
Voir le profil de l'utilisateur

Je suis avec ni Nimh, ni Aoibheann mais osef ok arrow
Elle est belle, j'suis trop pressée d'ajouter un RP à nos 6 en cours (5 j'crois ?) ensemble avec elle jule Bonne chance pour la suite de ta fiche cute cute

☾ ☾ ☾


--- when
you're gonna need, somebody to lean on.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Invité

cette beauté I love you j'ai hâte de voir ce que tu vas faire avec elle, et aussi de voir ce qu'on fera avec paul yooo rebienvenue bb margot.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Invité

ancienne shark, terrienne
hum popcorn
sinned viendra la visiter quand elle ira voir nimh ok ?
Revenir en haut Aller en bas
Jeremiah Lynch
Date d'inscription : 05/01/2018
Messages : 1240
Pseudo : sonata.
Avatar : oscar isaac
multi : eliott (fiche) - william (fiche) - rose (fiche) - jack (fiche)
Réputation : 49
Admin
Voir le profil de l'utilisateur

nszoienzeiognzio bon on a genre... 0 chance pour un lien arrow MAIS JE SUIS CONTENTE DE VOIR DES TERRIENS LAISSEZ-MOI waterfall en plus t'as vu pour l'occasion j'ai sorti Jer jule rebienvenue babe, Alycia est si belle jpp tbe

☾ ☾ ☾

if i could trade her life for mine.
   ♛ by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Scar Kolisnychenko
Date d'inscription : 20/02/2018
Messages : 578
Pseudo : lian
Avatar : zayn malik
multi : purple x blue
Réputation : 36
Bloc-note :
Voir le profil de l'utilisateur

ok je t'aime tellement
mais là tu m'aides pas je vais craquer pour ma terrienne bientôt c'est o b l i g é

du love bb ptikr
Revenir en haut Aller en bas
Thalia Stilinski
Date d'inscription : 22/10/2017
Messages : 1178
Pseudo : obsdn (anna ou pineapple pizza)
Avatar : rosé (blackpink)
Réputation : 36
Voir le profil de l'utilisateur

mais omg bb déjà ton 6ème compte je suis trop fière de toi pls precious

et alysa a l'air d'une badass mthfckr trop trop hâte de te lire sous ce compte pétille COURAGE POUR TA FICHE JTM keur

☾ ☾ ☾

Revenir en haut Aller en bas
Alysa Greene
Date d'inscription : 09/09/2018
Messages : 50
Pseudo : margot / fivedaysofjuly
Avatar : lindsey morgan
multi : nina rhodes (ft. lily collins) + yohan pearson (ft. jung hoseok) + ashley martinozzi (ft. ariana grande) + tamsyn huggins (ft. zoey deutch) + azalea kang (ft. im jin ah)
Réputation : 4
Voir le profil de l'utilisateur

mais oui @thalia stilinski 6ème compte jpp tbe j'ai du mal à croire que j'en ai autant mdr comme si j'avais le temps en plus tbe

merci à tous, vous êtes des cuties fire love je vous aime tous fort iiih
et promis je finis d'écrire tout ça au plus vite iiih fire

☾ ☾ ☾


L O S T
Revenir en haut Aller en bas
Noor Vane
Date d'inscription : 28/09/2017
Messages : 3672
Pseudo : heresy.
Avatar : gigi hadid.
multi : even stilinski, lashay kane.
Réputation : 265
Voir le profil de l'utilisateur

trop hâte de la découvrir, j'suis sûre elle va être parfaite epfosihdf love

☾ ☾ ☾

i'm right herecrawling
back to you
I could be your lover and you could be my heartache And I could sing the songs that we used to sing way back when The future wasn't everything and we lived because we loved it then.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
 
alysa + good intentions, bad decisions.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [eden team] the good the bad and the ugly (flo55)
» [résolu] Demande de diagnostic
» good morning !!
» Présentation Alysa-Y

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ANTIGRAVITY :: make mankind in our image :: The sky turns into a trial, genesis :: FICHES VALIDÉES-
Sauter vers: