année jouée : 4035 (les jours et mois suivent l'irl)

multivers futuriste, dimensions parallèles liens physiques et cosmiques avatars réels 200*320 diversité à favoriser 3 jrs pour poster la fiche, 7 jrs pour la remplir, délais autorisés parrainage et entraide 300 mots minimum en rp 2 rp par mois nos playlists.

Partagez | 
 

 (nikili#5) sad trash

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar
Date d'inscription : 19/01/2018
Messages : 543
Pseudo : fern
Avatar : ezra miller
multi : max ross & bebe byrne & cliff wodod & jacò sòl veloso & loni lov
Réputation : 116
Bloc-note : playlist ; jessie reyez - hard to love meghan trainor - me too billie eillish - idontwannabeyouanymore khia - my neck my back vengaboys - boom boom boom take you home - slenderbodies

Voir le profil de l'utilisateur

Les doutes s'accumulent au cours des secondes, dans son esprit. Tout lui donne envie de prendre la porte et de retourner dans cette demeure, trop grande et trop perfide, simplement pour retrouver les bras d'Ajay, qu'importe s'il ne connait plus l'homme, depuis un moment. Gali l'aime. Il l'aime si fort. C'est la seule certitude qu'il a, dans son coeur. Son amour pour l'homme. Et certes, il arrive à l'occasion que cette certitude soit ébranlée, qu'il doute et qu'il craint, du plus profond de son coeur, des recoins les plus sombres, s'être trompé sur son amour, mais les doutes sont souvent étouffés et il sait, au fond, qu'il l'aime réellement. L'ancien prostitué a fait trop de choses pour le King, pour l'homme derrière les multiples masques, pour ne pas l'aimer. Pour que leur histoire ne dure pas l'éternité. Il déteste le temps pour d'autres raisons, maintenant. Gali méprise souvent cette idée de ne pas vivre sur Sigan en compagnie d'Ajay. Ils pourraient, dans ce monde, parvenir à le faire vivre le plus longtemps possible en sa compagnie. Car il sait, au final, que de nombreuses années les différencient. La chose ne le choque pas, mais il sait que la fin du King sera peut-être avant la sienne, bien que selon certaines sources, vivre sur Altéa ne lui fait pas de bien, en tant de Siganais. Il ne sait pas. Il ne pose pas de questions, à ce sujet là. Il n'en a pas parlé à Ajay, non plus. Il lui semble que, d'une manière, la mort n'est pas une chose qu'il craint, si Ajay est en sa compagnie.
Sauf que l'homme n'est pas avec lui, à l'instant. Sauf que Gali a quitté la demeure, avec ses doutes et ses craintes, et que son coeur est tordu de douleur, depuis, et qu'il craint encore plus ses derniers choix que les derniers événements. Il a peur. Terriblement peur de le perdre pour de bon. Il ne sait pas quoi faire, bien qu'une part de lui ne cesse de lui répêter qu'il a fait le bon choix, pour raisonner le King, pour le faire réfléchir. Que certaines choses doivent être dites et que, oui, il ne s'y est certainement pas pris de la bonne manière, mais au moins il a fait quelque chose, il a parlé, plutôt que de partir sans un regard par dessus son épaule. Pour les autres, il l'aurait fait. Gali aurait pris ses choses, un soir, et aurait quitté la demeure sans la moindre conversation pour se trouver une autre personne à enlacer, dans la nuit. Il l'a fait pendant des années. L'ancien prostitué tait le nombre d'hommes qui ont été dans ses draps, outre que des clients, au fil des années. Il sait que le nombre peut être élevé, selon plusieurs. Il n'en a pas honte, de ces hommes. Il sait avoir aimer leur corps et non pas leur esprit. Il sait qu'il n'a jamais fait d'efforts, avec eux, et qu'il n'a jamais rechercher une relation avec quique ce soit et que pour cette raison précise, il ne sait pas, aujourd'hui, comment faire les choses pour que leur histoire fonctionne, avec le King. C'est une chose qu'il garde sous silence. Ses peurs, face à ses erreurs. La crainte éternelle de faire le mauvais mouvement, de dire la mauvaise chose, de ne pas savoir comment communiquer. Gali est pourtant doué pour s'exprimer, pour dire les choses comme elles sont, et être cruel, s'il le faut. Il l'a fait, aujourd'hui. Mais il regrette ses mots, comme la chose lui arrive rarement, avec les gens. Il craint de le perdre.
Il a besoin de savoir s'il a bien fait. S'il a eu raison, dans un sens, d'être si touché par les actes du king envers son fils. Alors, il demande à l'unique père qu'il connait. Outre Bobby car, forcément, il doute un minimum des talents de Bobby, en tant que père, qu'importe si l'homme est presque un père, pour lui. Si Gali est énormément bordélique dans ses affaires, ça lui vient de l'homme.
Son regard coule vers Nikita, le visage fermé, alors que l'homme a accepté de lui donner son avis depuis de nombreuses secondes, déjà. Gali hésite malgré tout. Il sait, au fond, qu'il est peut-être capricieux. Qu'il est certainement capricieux, en vérité. Mais il n'en a pas honte. Tu es intéressé aux intersections et aux mondes, non ? Alors imagine. Gali se racle la gorge, pose son coude contre le bras du canapé, pour finalement appuyer son menton contre le revers de sa paume. Il cherche ses mots. Imagine être investi dans une organisation à propos des mondes et des intersections. Et que, à cause de cela, des hommes viennent chez toi, dans la nuit, alors que Candide est là, pour vous tuer. Le regard est sérieux, malgré la pose décontractée. Imagine qu'ils essaient de vous tuer. De tuer Candide. Qu'ils le blessent, un peu. Qu'ils te blessent aussi. Mais que vous les tuez. Imagine que je sois hm ... dans ce groupe. À sa tête, même. Et donc, que tu vienne me voir, ensuite, pour me dire ce qui s'est passé. Mais - Il hésite, cherche quoi dire. Mais que je te dise que je sais peut-être qui en est responsable, tout en refusant de te dire le nom de cette personne. Pour ta propre sécurité, ou quelque chose comme ça. Que - que je vais m'en occuper. Les lèvres se pincent. Gali prend le temps de respirer, inspirant et expirant, les doigts tremblants. Il se sent sensible, et au bord des larmes. Il déteste cela. Les yeux se lèvent au ciel un moment, et il agite ses cils, pour contenir l'élan émotif. est-ce que tu serais capable de me renier pour cette raison, de quitter l'organisation par la même occasion ? sans avoir les raisons derrière le silence ? Est-ce que Ajay a bien agi ? Est-ce que Gali a suréagi ? Il ne sait pas. Il ne sait plus.

☾ ☾ ☾



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 11/02/2018
Messages : 534
Pseudo : bermudes.
Avatar : d. henney (le très magnifhot)
multi : nephtys (n. scott) -- jesse (m. petsch) -- jelly (hani) -- joshua (dohwan) -- aoibheann (p. sora) -- lava (kim lip) -- nimh (a. seyfried) -- diana (d. padukone) -- baby blue (bbh)
Réputation : 20
Bloc-note : méliacandide ♥️grim
Voir le profil de l'utilisateur

Nikita, ça fait longtemps qu’il attend que Gali lui dise quelque chose, lui parle. Qu’il lui parle de sa vie. Et là, il lui demande son avis. Nikita est prêt. A écouter, et à être sincère. Parce qu’il a envie, bien sûr, de donner raison à Gali, quoique ce soit qu’il demande. Mais il est pas certain, non plus, que c’est ce dont il a besoin, qu’il soit d’accord. Peut-être qu’il a besoin d’un avis extérieur justement pour la sincérité qu’il pourrait avoir. Et Nikita, de toute manière, est pas vraiment du genre à mentir pour faire plaisir. Ni à Candide, ni à ses enfants, et ça inclut Gali. Non, les seuls à qui il est à l’aise pour mentir juste pour mentir, c’est les gens avec qui il “travaille”. Ou plutôt, ceux avec qui son père travaille, et à qui il doit faire la court pour qu’ils acceptent une condition d’un contrat qu’est inacceptable. Alors oui, dans ces cas là, il ment. Mais c’est jamais des personnes importantes. C’est jamais des personnes à qui il tient assez. ll peut leur mentir, et il peut accepter de se prendre le mensonge dans la gueule quelques semaines après. Lorsque, de toute façon, il est trop tard pour eux. Il peut mentir aussi, aux personnes avec qui il Wristle. Parce qu’il ment, lorsqu’il dit que le combat sera juste. Ils sont tous débutants, alors que Nikita a déjà des centaines de victoires derrière lui. Des centaines de presque meurtre, qu’il assume peut-être plus qu’il ne le devrait. Mais il veut pas mentir à Gali. Il est prêt à lui donner son avis, le vrai. Pas celui qu’il pense lui fera plaisir d’entendre. Après, ceci étant dit, il connaît Gali. Et ce serait mentir de de dire qu’il a pas peur de sa réaction. S’il lui donne pas la réponse qu’il veut. Il pourrait se lever et claquer la porte en mode diva. Il fait très bien le mode diva. Ou il pourrait juste se renfermer, et aller se réfugier dans la chambre de son frère à double tour, juste pour que personne ne le dérange. Malgré tout. Malgré ça, Nikita veut lui dire la vérité. Malgré tout, Nikita veut que Gali puisse avoir l’avis d’un homme, et d’un père. Lorsqu’il accepte, il attend une réponse quasi immédiate. Qui ne vient pas. Il attend, attend, et finalement, Gali le regarde, lui répond. Son visage est pas lumineux, mais encore, il ne l’est pas vraiment depuis qu’il a débarqué. Nikita ouvre grand ses oreilles. Il doit prendre en considération tout ce qu’il lui dit. Tout, le moindre mot. Parce que ça a l’air de lui tenir à coeur. Et Nikita voudrait surtout pas répondre à côté. C’est trop important pour qu’il prenne le risque de répondre à côté.
Nikita écoute. Gali parle d’abord de l’intérêt qu’il porte aux différents mondes. Nikita hoche rapidement la tête, perdant pas l’ouïe et l’écoute qu’il prodigue à son fils. Il est intéressé aux mondes depuis un bail, maintenant. Mais plus aux personnes, des mondes. Plus qu’aux mondes, en eux mêmes. Il regarde Gali changer de position, l’entend se racler la gorge. Le sujet est peut-être pas agréable. Nikita se dit que ce serait peut-être mieux qu’il en parle pas. Mais après tout, s’il en ressent le besoin, c’est peut-être qu’il veut vraiment un avis. Il continue, finalement, de parler. Et plus les mots sortent de ses lèvres, plus les sourcils de Nikita se soulèvent. Puis se froncent, lorsqu’il parle de Candide, et de personnes qui voudraient le tuer. Il laisserait jamais ça arriver. Les personnes auraient pas la chance de faire deux pas qu’il les tuerait, sans aucune hésitation. Après tout, Nikita tue des gens pour le loisir, alors il aurait aucun problème à le faire en légitime défense. Nikita continue d’écouter l’hypothétique histoire de Gali, mais ne réussit qu’à en relever deux choses. La première, qu’il ne laisserait jamais personne blesser Candide sans se venger. La deuxième, qu’il est pas con, et que ça veut probablement dire qu’il a été blessé, Gali. Le père s’inquiète, mais laisse son fils continuer. Il savait pas qu’Ajay avait un fils, non plus. Et peut-être qu’il se plante, et que Gali lui parle pas de ça, mais il en doute. C’est probablement exactement la raison pour laquelle ils se sont disputés.
Lorsqu’il termine son explication, Nikita sait pas vraiment quoi répondre. C’est compliqué, comme situation. Il lâche une grande expiration, et fait son Nikita, disant ce qui lui passe par la tête. En espérant que Gali y comprenne quelque chose. “C’est extrêmement compliqué, comme situation. Je pense que je te demanderais les raisons derrière tout ça. Mais, je serais en colère, oui. Pas à te renier, surtout que notre relation est particulière. Mais je serais en colère. Candide est tellement important, dans ma vie. Et toi aussi, et Ilya, et Lidiya aussi. Je voudrais qu’aucun de vous ne soit en danger. D’ailleurs. Peut-être que ça m'énerverai que tu veuilles t’en charger par toi même parce que ça m’inquièterait, aussi. Parce que j’aurais vu de quoi ils étaient capables. Et que je voudrais pas te voir seul face à eux. Te renier, non. Quitter l’organisation, sans aucun doute. M’énerver, partir furieux oui. Mais je finirais par revenir. Je te demanderais probablement les raisons de ton silence. Et j’aurais peur d’un manque de confiance de ta part, probablement aussi. Puis, vraiment. Peur que tu meurs. Peur que tu sois blessé, comme Candide l’aurait été.” Il s’arrête une, deux secondes, et hoche la tête. “C’est une situation compliquée. Et on réagit pas forcément comme on le devrait, sous le coup de la peur, et du stress, et de l’immédiat des choses.” Nikita sourit, doucement, comme pour lui prodiguer un quelconque réconfort, à son fils. Il espère qu’il comprend ce qu’il lui dit. Il espère qu’il puisse comprendre ses idées, ses avis, sa réalité.

☾ ☾ ☾

Are you ready to fight ? I'm ready to make love. (melis ; holding hands)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 19/01/2018
Messages : 543
Pseudo : fern
Avatar : ezra miller
multi : max ross & bebe byrne & cliff wodod & jacò sòl veloso & loni lov
Réputation : 116
Bloc-note : playlist ; jessie reyez - hard to love meghan trainor - me too billie eillish - idontwannabeyouanymore khia - my neck my back vengaboys - boom boom boom take you home - slenderbodies

Voir le profil de l'utilisateur

Gali sait qu'il commet des fautes, dans la vie. Qu'il a fait beaucoup d'erreurs de parcours, trop pour une seule personne, certainement, mais il ne regrette jamais totalement la chose. Le chemin qu'il a parcouru n'est certes pas beau, ou alors doux, mais il aime, plus ou moins, la personne qu'il est maintenant. Il n'ose s'imaginer autrement. Et certes, il sait que ses défauts sont nombreux. Il sait qu'il est loin d'être parfaits. Ses peurs sont nombreuses. Ses démons également. Et ses problèmes, eux, ne se calculent pas. L'ancien prostitué se cache beaucoup de choses à lui-même, et d'autres à ceux qu'ils aiment. À ceux qui osent lui tendre la main et vouloir l'aider. Gali leur ment. Il ment à Ajay, Ashley, Sasha, Scar, Lupe, Joshua. Il ment à chacun d'entre eux, à chaque seconde de sa vie, au travers de leur lien. Le siganais garde des choses sous silence. Il leur empêche de voir la quantité trop grande de cachets qu'il prend, dans une journée, pour tout et pour rien. Il les empêche de voir les repas trop maigres et peu nombreux qu'il prend, et les quelques minutes au dessus de la toillette, lorsqu'il mange trop pour son estomac minime. Il cache les heures de sommeil qu'il manque, avec du cache cerne et des sourires, et regarde Ajay dans les yeux, lorsque l'homme lui dit parfaitement bien dormir en sa compagnie, en lui répétant la même chose tout en sachant que, bien souvent, il se réveille au milieu de la nuit et passe deux heures à l'observer sans trouver le sommeil, tourmenter par ses pensées, ses tracas, ses angoisses. Gali garde les lèvres scellées, à propos d'Aquila, bien qu'il lui arrive de voir l'homme du coin dans l'oeil sans qu'il ne soit là, ou rêver de lui, et ne pas pouvoir dormir, parfois, la nuit. Il est dans son esprit, à l'instant. Il l'était plus tôt. Et hier aussi. Il part de lui craint que l'homme soit en compagnie d'Ajay, tandis qu'il a quitté la demeure. Mais cette peur, elle reste présente à chacun instant où il n'est pas en compagnie du King. Il ne peut pas s'en défaire. Elle le dévore de l'intérieur, comme chacune de ses angoisses, comme chacun de ses défauts. Gali n'est pas parfait. Il est très loin de l'être. Mais au moins, il en a un minimum conscience.
Il essaie, un peu. Il essaie, plus pour les autres que pour lui-même, car il n'en a pas spécialement envie. Ou plutôt que, sans eux, il n'aurait pas de raisons de faire des efforts. Et qu'ils méritent qu'il en fasse, des efforts. Gali a envie de mieux faire, pour eux, et d'être moins. Moins ce qu'il est, peut-être. Non pas de changer, mais de s'améliorer.
Il n'a pas envie, dans un sens, d'entendre les mots de Nikita. L'avis de son père. Il aimerait uniquement qu'on lui dise qu'il a raison, qu'il a bien fait, et que Ajay mérite sa colère, et son départ si brusque. Mais Gali doute de ses propres gestes, de ses propres réactions. Ses trippes comme son coeur lui hurlent de retourner auprès de l'homme, mais sa fierté l'en empêche. Et pourtant, il continue de pleurer. Il ne sait pas, au fond, s'il sera capable de faire autre chose que cela, dans les jours à venir. Pleurer la situation, leur relation, et ses propres choix.
Il retient son souffle, au cours des premiers mots. Gali ferme les yeux, et lorsqu'il les ouvre, c'est pour regarder ses cuisses toujours nues. Il pourrait presque en rire, de son peignoire. Mais la gorge est serrée, comme le coeur, et les mots de Nikita, comme prévu, ne vont pas dans son sens. Elles n'approuvent pas son geste, ses choix, et dans un sens, aussi, elles suivent le cours de sa pensée, depuis qu'il est au calme et qu'il prend le temps de respirer, chez son père. De toute manière, ce problème n'est pas le véritable problème. Il n'a été que la goutte qui a fait débordé le vase. Nikita a raison, mais ce n'est pas ça, le problème. Tant mieux si, comme il le dit, Ajay va voir Max, dans les prochains jours. Il le souhaite sincèrement. Max a besoin d'un père. Comme lui, au fond, a besoin de Nikita. D'accord qu'il dit, simplement, avant regarder son père, les mains contre les cuisses. Il pousse, d'un geste léger, la poussière qui pourrait être contre sa chair, avant de soupirer de manière dramatique. En espérant que tu aies raison et qu'Ajay aille voir Max. qu'il conclue, avant de se redresser. Cette fois-ci, il va lui même jusqu'au bar et s'empare d'une bouteille de vin - la plus coûteuse, certainement - avant de faire face à Nikita. Tu possèdes de la mousse pour le bain ? J'aimerais en prendre un, avant l'arrivé d'Ilya La main tenant la bouteille se pose contre sa hanche de manière détachée, tandis que les lippes se tordent d'un sourire mensonger.

☾ ☾ ☾



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 11/02/2018
Messages : 534
Pseudo : bermudes.
Avatar : d. henney (le très magnifhot)
multi : nephtys (n. scott) -- jesse (m. petsch) -- jelly (hani) -- joshua (dohwan) -- aoibheann (p. sora) -- lava (kim lip) -- nimh (a. seyfried) -- diana (d. padukone) -- baby blue (bbh)
Réputation : 20
Bloc-note : méliacandide ♥️grim
Voir le profil de l'utilisateur

Il se doute que sa question a rien d’hypothétique, et qu’il parle d’un truc qui se passe réellement. Probablement de lui et d’Ajay. Et du fils d’Ajay. Il lui en a déjà parlé. Max. Et si Nikita l’imagine pas forcément père, bah, c’est pas comme si c’était vraiment son père non plus. Enfin. Ouais. Il sait que son histoire est pas juste “comme ça”, et ça l’inquiète un peu, Nikita. Parce que ça veut dire que Gali a été blessé, et qu’Ajay s’en est pris à son fils à cause de ça. Mais il le comprend. Il peut que le comprendre. Et de là où lui, se place, il peut qu’être d’accord avec sa réaction. Après tout, il a absolument aucun contact avec Max, le connaît pas, juste de nom, et a entendu parlé de lui quelques fois. Alors que Gali, c’est son fils. Et de savoir qu’Ajay a mis en péril sa relation avec son fils, pour la sécurité de Gali, ça prouve juste un peu plus à Nikita que c’est une personne qui a sa place dans sa vie. Est-ce que c’est à cause de ça, que Gali lui en veut ? Nikita comprend pas. Candide, à sa place, aurait été ravi que Nikita mette son fils de côté pour sa sécurité. Comme une preuve de plus qu’il tient à lui plus qu’à quiconque d’autre. Pas que Candide soit la personne la plus saine qu’il connaisse, certes, mais. C’est un preuve d’amour irréfutable, après tout. D’amour, d’affection, de l’importance que l’autre te porte. Sans aucun doute. Et d’un autre côté, ça lui fait plaisir, quelque part, que Gali tienne assez à Ajay pour qu’il s’énerve lorsqu’il se sépare d’un membre de sa famille. Parce que, c’est ça le problème, non ? Pas juste qu’Ajay ait envoyé Max bouler, mais le fait que ça créé un fossé entre eux, du coup. Entre le père et le fils. Si Nikita voulait s’improviser psychologue, il dirait qu’il a peut-être peur, Gali, pour Max, de l’absence d’un père. En rapport à sa propre relation avec Nikita, son père. Mais Nikita est pas psy, a aucune envie de le devenir. Et trouve d’ailleurs la plupart des psy un peu débiles. A toujours essayer de chercher le pire là où il existe juste pas. A trouver des traumatismes à des endroits qu’on aurait pas soupçonné, mais pas parce qu’ils sont trop enfouis, non. Juste parce qu’ils n’y sont pas. Bref, Nikita a aucune envie de jouer les psys. Il essaye juste d’être dans le vrai, et dit ce qu’il pense, réellement. Dit ce qu’il imagine comme étant la réalité. Il dit sa vérité à lui, à un garçon assez âgé pour comprendre que c’est uniquement ce que lui, pense. Que ce n’est pas une vérité universelle.
Il regarde l’heure, sur sa montre hors de prix, et lève les yeux rapidement au plafond. Pas qu’il trouve cette conversation dérangeante, mais elle est certainement pas agréable pour autant. Et il est juste vraiment pressé qu’Ilya arrive. Il s’entend bien avec Gali, bien mieux que Nikita. Ils avaient une relation quasiment de frères, déjà à une époque. Et probablement que ça change pas grand chose, pour Ilya, qu’il soit son vrai frère.
Nikita est inquiet. D’avoir été trop sincère, de lui avoir dit une vérité que peut-être Gali ne voulait pas entendre. Que peut-être il n’était pas prêt à entendre. Après tout, Nikita le connaît bien mal. Ou en tout cas, pas encore assez bien pour savoir ce qu’il veut et quand. Mais encore, Nikita est pas doué pour ça. Même Candide, il sait rarement ce qu’il veut, et quand. Alors Gali, il est pas prêt de le comprendre. Nikita a pris la décision de lui dire ce qu’il pensait. Il la regrette pas. Alors lorsque Gali lui répond, Nikita est soulagé. Que ce soit pas par un air de drama queen et de supériorité comme il le fait, parfois. Qu’il soit pas énervé, aussi. C’est juste un d’accord, simple et clair. Et c’est rare que ce soit si simple, quand ça vient de Gali. Nikita hoche la tête doucement lorsqu’il lui dit qu’il espère qu’Ajay ira voir son fils. Nikita aussi, l’espère. Après tout, avoir un fils, ce n’est pas donné à tout le monde. Et Nikita qui en avait déjà un, ne pourrait jamais imaginer laisser Gali derrière lui. Plus maintenant. Plus jamais. Il refuse de lui faire revivre les années qu’il a passé sans père.
Gali se lève, et va prendre une bouteille de vin. C’est un bon vin. Nikita sourit. La question le surprend, mais pas autant que pourrait une phrase comme ça de la bouche de n’importe qui d’autre que de Gali. Il hoche de nouveau la tête. “Ouais. Dans le placard à côté de la baignoire. Puis y’a un jacuzzi si tu préfères, dans la pièce d’à côté de la salle de bain. Mais met pas de mousse dedans, ça risque de… Je sais pas en fait, pourquoi on met pas de mousse dedans. Mais y’a pas besoin quoi. Je frapperais à la porte quand Ilya sera arrivé si tu veux. Et j’te sors des vêtements à moi, ceux d’Ilya sont trop petits pour toi.” Il se lève à son tour et sort aussi un verre à pied qu’il tend à Gali avec un sourire qui se veut complice, sur les lèvres. Il retourne s'asseoir sur le canapé, la tête tournée vers Gali, attendant qu’il s’enferme dans la salle de bain pour passer à autre chose, et enfin s’occuper de ses affaires.

☾ ☾ ☾

Are you ready to fight ? I'm ready to make love. (melis ; holding hands)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 19/01/2018
Messages : 543
Pseudo : fern
Avatar : ezra miller
multi : max ross & bebe byrne & cliff wodod & jacò sòl veloso & loni lov
Réputation : 116
Bloc-note : playlist ; jessie reyez - hard to love meghan trainor - me too billie eillish - idontwannabeyouanymore khia - my neck my back vengaboys - boom boom boom take you home - slenderbodies

Voir le profil de l'utilisateur

Il n'y a rien de mieux qu'un masque, pour se changer d'idées. Qu'il soit fait d'argile ou alors, de mensonges, la chose n'a pas réellement d'importance. Tout masque est bon, pour oublier ses tracas. Gali le sait avec certitude. Il a passé une grande partie de sa vie à porter des masques, des expressions qui ne réflétaient pas ce qui se trouvaient dans son coeur, assez pour qu'il en vienne à y croire, lui-même. La chose fonctionne, à sa manière. Il sait, encore aujourd'hui, que son véritable visage est constitué qu'une multitude de masques. L'ancien prostitué doute, à l'occasion, d'être totalement lui-même, à certains moments. Mais il sait que les parts qu'il méprise le plus sont véritables, car elles le rendent honteux.
il en porte un, à l'instant, de masque. Un sourire sur les lippes, une main contre la hanche et une bouteille à la main. Ce n'est pas son père qu'il berne, pourtant. C'est lui-même. Du moins, il tente. Il tenterait à se remplir la gorge de vin, à se noyer le corps dans un bain. Peut-être que, en vérité, un bain n'est pas la meilleure des idées. L'endroit est associé à Ajay, dans son esprit. Mais Gali a besoin de quelque chose, pour se détendre, et il doute que les cachets trainent dans l'appartement de son père. Il veut, du moins pour aujourd'hui, faire preuve de bons sens. Parler à Ilya, avait de se noyer dans les pills. Avant de se noyer dans sa tristesse et d'abandonner un peu de ses efforts pour être misérable, complètement.
Nikita ne voit rien de ses débats. Gali en est soulagé.
En vérité, il n'a pas envie de l'inquiéter.
En vrai, il a complètement oublié la gamine avec laquelle il est arrivé. Son regard s'y accroche, une seconde, tandis que Nikita lui répond. L'ancien prostitué pince ses lèvres, brièvement, et la dévisage en silence. Elle joue doucement. Elle ne pleure plus, il croit. Il espère, du moins.
Il n'est peut-être pas paternel, mais il n'aime pas entendre les enfants pleurer.
Le bruit lui irrite les oreilles.
Les lèvres se pincent en une moue boudeuse. Gali fait mine de réfléchir, une seconde. non c'est bon. mais merci pour la proposition, daddy Il sort un peu de son jeu habituel pour changer l'atmosphère et faire oublier ce qui vient de se passer. Il lâche un rire, quand on lui apporte une coupe. Gali l'éloigne d'un mouvement délicat de main. franchement, niki. tu me prends pour qui ? Un clin d'oeil et il s'empare plutôt de l'ouvre bouteille,
Nikita est retourné sur le canapé, maintenant. Gali le dévisage une seconde. Il se demande, brièvement, qui est réellement l'homme. Il ne s'est jamais posé la question. Peut-être veut-il des réponses, maintenant.
Mais il ne dit rien. Gali ne dit rien, et va plutôt prendre ce bain. Va plutôt se changer les idées dans l'eau chaude, avec cette mousse, et boire ce vin.
Et si lorsqu'il passe sa langue contre ses lèvres, il y a un goût salé.
Et si lorsqu'il ouvre les yeux, c'est embué.
Et bien, Gali prend une autre gorgée.
Peut-être que l'ivresse l'aidera à dormir.

☾ ☾ ☾



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
 
(nikili#5) sad trash
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
STATE OF DISORDER :: THERE WAS EVENING AND THERE WAS MORNING :: SIGAN :: NEW BRASILIA :: HABITATIONS-
Sauter vers: