année jouée : 4035 (les jours et mois suivent l'irl)

multivers futuriste, dimensions parallèles liens physiques et cosmiques avatars réels 200*320 diversité à favoriser 3 jrs pour poster la fiche, 7 jrs pour la remplir, délais autorisés parrainage et entraide 300 mots minimum en rp 2 rp par mois nos playlists.

Partagez | 
 

 it feels hot out there (sellian #1)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Date d'inscription : 27/02/2018
Messages : 278
Pseudo : bermudes.
Avatar : hani.
multi : nephtys (n. scott) -- jesse (m. petsch) -- nikita (d. henney) -- joshua (dohwan) -- aoibheann (p. sora) -- lava (kimlip) -- nimh (e. blunt) -- diana (d. padukone) -- baby blue (bbh)
Réputation : 4
Bloc-note : mewdaniiltamsynremiadrielselene
Voir le profil de l'utilisateur






☽ ft. selene yun
Dans le train, elle arrive pas à décrocher son regard de son reflet qu’elle voit dans la fenêtre. Ses cheveux violets tombent devant son épaule, et elle se dit, pendant un instant, que peut-être, ça va pas lui plaire ? La dernière fois qu’elle l’a vu, elle avait les cheveux normaux. Enfin, pas les cheveux teintés quoi. Son label lui avait laissé les cheveux neutres pour cette musique là. Un truc calme, et romantique. Ceci dit, le concept des cheveux violets presque délavés, c’était aussi du calme. Mais du calme sexy. Et même si Jelly adore cette couleur, elle est pas sûre du tout que ça pourra plaire à Selene. Et elle veut plaire à Selene. Elle veut vraiment, vraiment lui plaire. Lorsqu’elles se sont rencontrées, enfin. C’était un peu une décision de la prod. Son émission radio, elle touche plutôt les jeunes. Et les jeunes sont tous énormément intéressés par les tournois, et les championnats qui se déroulent sur Altéa. Jillian y pigeait que dalle avant l’interview, et en pige toujours autant que dalle maintenant. Mais bref, parait que ça fait vendre, et que ça amène de l’écoute. On lui a demandé de trouver quelqu’un qui puisse en parler, quelqu’un d’intéressant à interviewer. Et Jelly en a parlé à un membre de son cluster, qui lui a parlé d’un type qu’il connaissait. Ce type lui a parlé de son jumeau cosmique, qui est médecin. Et ce médecin lui a donné, pas sans faire le type hautain, le contact d’un gars. Probablement son mec. Ce mec, en fait, fait partie d’un groupe de ce championnat, ces championnats. Et finalement, elle a finit par prendre contact avec Selene. C’était long, et laborieux, mais dès qu’elle l’a vu, elle a su que ça valait le coup. Et pas que, genre, pour l’émission. Pour elle aussi. Et Jillian étant ce qu’elle est, elle a fait la fière, pendant l’interview, elle s’est plantée sur toutes les questions, à poser des trucs complètement à côté de la plaque, mais c’était pas grave, parce que c’était amusant. Et qu’après tout, elle est là pour ça, Jelly, amuser les gens. Au moment de lui dire au revoir, micros éteints et reste de la team partie, elle était rouge, Jillian. Parce que les seules pensées cohérentes qu’elle avait en tête, après le feeling de l’interview retombé, c’étaient : ‘elle a une trop belle voix’ et ‘elle est trop belle’ et ‘elle a un charme fou’ et ‘j’aimerais lui ressembler’. Elle a été incapable de placer deux mots logiques à la suite. Et finalement, elles se sont échangées leur numéro. Et vraiment, Jelly a reçu ça comme une sérieuse victoire personnelle. Mais aussi comme une raison pour elle de stresser encore plus que d’habitude.
Elles ont fini par s’appeler, et elles se sont revues, deux trois fois, mais genre, comme ça, juste.
Puis, la dernière fois qu’elle était sur Altéa, elle a croisé sa soulmate. Et lorsqu’elle est retournée sur Sigan, elle a fait ses recherches. Et elle a vu que Selene et sa soulmate, elles se connaissaient. Et dans sa tête, y’a eu un genre de court-circuit. Alors elle a envoyé un message à Selene, et elle lui a proposé qu’elles se voient. Qu’elles se fassent un film, à Elysian Fields. Et, elle avait pas l’intention que ça sonne si proposition de rendez-vous galant. Tout en se disant que ce serait pas plus mal que Selene le prenne comme ça. Puis ça s’est fait. Puis Jillian s’y rend, là. Et Jillian arrive pas à décrocher son regard de son reflet. Parce que, vraiment, ces cheveux violets, c’est peut-être pas le must pour draguer. Pas qu’elle veuille forcément draguer, elle est pas douée pour ça. Jelly, elle est all talk, et rien du tout quand on arrive aux vrais trucs. Mais genre. Puis, non, vraiment, c’est sexy sur elle. Mais elle veut pas que Selene pense qu’elle a fait ça pour elle. Et elle a pas envie de lui expliquer qu’elle a pas fait ça pour elle. Parce que si elle le fait, ça voudra forcément dire que genre, elle en a rien à faire, d’elle, et de ce qu’elle pourrait faire pour elle. Mais c’est pas le cas non plus, et.
Elle loupe presque son arrêt. Finit par descendre au dernier moment.
Et se retrouve juste devant le grand écran beaucoup plus rapidement qu’elle ne l’avait prévu. Elle voit Selene, pas trop loin d’elle, mais qui lui tourne le dos. Et elle s’avance, à une lenteur qu’est plus proche de cette de l’escargot que de la tortue. Pour finalement, après quelques longues, longues secondes, tapoter l’épaule de la fille devant elle. Dos à elle. Elle remet une mèche de cheveux derrière son oreille, réarrange sa frange rapidement, priant intérieurement pour que Selene se retourne pas assez vite pour la voir faire, et relève les yeux vers elle, finalement. “Salut…” Qu’elle lance, doucement, avant de se racler la gorge, parce que, vraiment, cette voix de faible. Et de rire. Parce que le rire réussit toujours à faire passer l’embarras dans son cas. Enfin, en général. Pas vraiment toujours. Pas là, par exemple. Vraiment pas.

sunny night


☾ ☾ ☾

- - la maîtresse demande à Toto : "– Toto, qu’a fait le roi Arthur après être monté sur le trône ? – Il s’est assis."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 19/09/2018
Messages : 171
Pseudo : lion ☽
Avatar : kwon saem
multi : freyja strøm (altea)
Réputation : 4
Voir le profil de l'utilisateur






☽ ft. jillian samuels
couleurs serpentent et fleurissent, scintillent en contre-jour, galbent les courbes, s’éternisent le long des jambes que dévoile une fente aguicheuse. drapée de noir parsemé d’ocres, selene foule l’herbe tendre, les yeux rivés sur l’écran géant dressé au-devant d’elle. son regard glisse sur les visages, tâche d’en retrouver un parmi les cosmopolites ; une tête châtain rehaussée d’un sourire sans pareille, et en écho quelques rires vermeilles sur des lèvres merveilles.

battement de cœur ; l’appréhension s’en mêle, et selene redouterait presque d’apercevoir jillian. est-ce qu’elle n’en a pas un peu trop fait, avec sa robe de printemps et son collier de velours pourpre ? elle ne sait pas vraiment pourquoi elle a fait tant d’efforts. enfin si, elle sait pertinemment pourquoi : cette sortie ciné, ça sonnait comme un date dans le message de jillian, et elle avait beau se convaincre que ça voulait rien dire, après tout, et que c’était rien qu’une impression, elle n’a pas pu s’empêcher de s’apprêter plus que d’ordinaire. d’une part parce que les occasions s’en font rares, d’autre part parce qu’elle compte bien tirer au clair ces regards brasiers qu’elles ont échangés. c’est toujours aussi difficile à déchiffrer une femme ; d’amitié à attirance il n’y a qu’un pas, qu’il est délicat de franchir. il lui semble pourtant capter dans ses orbes noires une lumière singulière, et si ses joues ne s’empourpraient pas si souvent elle ne se poserait sans doute pas tant de questions.

au fil des pensées ses lèvres s’étirent, et les images se succèdent. il serait hypocrite de prétendre que jillian lui a tout de suite plu. l’interview qu’elle lui a proposée a tourné en calvaire, au point que selene avait fini par croire qu’on se moquait d’elle. elle n’était même pas vraiment sûre que jillian l’ait écoutée une seule seconde, à moins qu’elle joue à l’idiote pour amuser la galerie. alors quand elle lui a adressé quelques mots, une fois hors antenne, elle n’avait pas très envie de l’écouter plus longtemps. et puis quelque chose dans sa voix, ou dans ses yeux, ou peut-être était-ce ce sourire désarmant qu’elle ne voyait chez personne, l’avait convaincue qu’elle était simplement ainsi ; jillian samuels, l’animatrice radio qui parle plus vite qu’elle ne réfléchit. tant de spontanéité, de désinvolture, c’était un peu une bouffée d’air frais dans le quotidien trop sérieux de léo. alors oui, elle lui avait donné son numéro sans chercher plus loin : jillian était jolie, pétillante, et tout compte fait, elle avait l’air plus timide que méprisante une fois les micros éteints.

et puis, enfin, la demoiselle la tire de ses réflexions, tapotement délicat contre son épaule, et selene tourne la tête pour lui adresser un sourire. « salut… oh ! » tandis que le rire éclate, cristallin, la botcher demeure perplexe. elle ne s’attendait pas, vraiment pas, à un changement si radical ; jillian se tortille sous ses yeux étonnés, toute auréolée de violet, chevelure pastel qui éclaire étrangement son teint déjà si pâle. et puis elle se met à rire avec elle, tend la main pour attraper une mèche entre deux doigts, et les reflets mauves attrapent la lumière du crépuscule et miroitent. « c’est nouveau ça… » murmure-t-elle, enroulant la mèche autour de son index pour la laisser filer, boucle souple qui se défait aussitôt qu’elle la relâche. « c’est pour moi que tu t’es fait belle comme ça ? » sourire moqueur, et elle désigne vaguement l’écran. « on s’approche ? je viens pas souvent ici, alors je te fais confiance sur ce coup-là. et si c’est un échec c’est moi qui décide de la prochaine sortie. » car oui, elle espère bien qu’il y aura une prochaine sortie. parce que ce sourire-là, ces yeux-là, ces pommettes qui rosissent et disparaissent derrière des rideaux violacés, elle compte bien les revoir encore et encore.

sunny night

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 27/02/2018
Messages : 278
Pseudo : bermudes.
Avatar : hani.
multi : nephtys (n. scott) -- jesse (m. petsch) -- nikita (d. henney) -- joshua (dohwan) -- aoibheann (p. sora) -- lava (kimlip) -- nimh (e. blunt) -- diana (d. padukone) -- baby blue (bbh)
Réputation : 4
Bloc-note : mewdaniiltamsynremiadrielselene
Voir le profil de l'utilisateur






☽ ft. selene yun
Jillian la trouve magnifique, Selene. Elle a ces yeux bridés, un peu plus bridés que les siens, et ces cheveux, qui sont si magnifiques, et qui tombent parfaitement, et ils ont l’air si doux. Et tiens, Jillian aimerait vraiment beaucoup pouvoir passer sa main dedans. Juste parce qu’elle aime faire ça, Jillian. Le nombre de fois où elle a passé la main dans les cheveux de Lidiya, ou d’Ilya. Ou de Candide. Avant qu’il menace de la frapper si elle recommençait. Même si, c’était différent, aussi. Parce qu’elle a envie de passer ses mains dans les cheveux de Selene comme quelqu’un en couple le ferait. Et la notion même du couple est une fantaisie pour Jelly, un fantasme de gosse qu’elle a jamais réussi à tenir. Pas assez longtemps pour vraiment y prendre plaisir en tout cas. Au point qu’elle a finit par penser que le couple, c’était pas pour elle. Qu’elle était faite pour rester seule tout sa vie, à fantasmer devant des personnes qui l’attireraient physiquement, puis psychologiquement. Elle s’y est faite. Alors forcément, lorsqu’elle se retrouve là, probablement en rendez-vous galant avec une fille qu’elle trouve, non seulement incroyablement belle, mais en plus juste, très très cool, bah elle stresse. Elle multiplie ses mimiques, et c’est juste d’une évidence assez incroyable qu’elle est pas la meuf la plus à l’aise du périmètre. Et lorsque Selene la regarde enfin, elle essaye, vraiment, de les diminuer. Elle lâche sa frange, déjà, arrête de la toucher et de la remettre en place. Parce que, vraiment, elle arrivera jamais à la mettre plus en place qu’elle ne l’est déjà. Et finalement ose la regarder. Selene, dans les yeux. Et détourne le regard pour probablement rougir. Elle le sent. Espère vraiment que ça se voit pas trop. Genre que c’est pas si évident que ça et que son visage s’est pas transformé en volcan en ébullition. Juste avec un regard, surtout. Ce serait la honte. Et Selene parle. Et c’est beau. Elle l’a déjà entendu parler, mais là, le contexte rend tout beaucoup plus beau. Tout ce qui concerne Selene, en tout cas. Puis.
Puis Selene prend une des mèches violettes dans ses mains, et Jelly s’arrête de respirer, juste, quelques secondes. Micro secondes, même. Mais c’est suffisant pour que, lorsqu’elle reprenne, ses poumons lui donnent l’impression qu’ils vont imploser tellement ils sont contractés. C’est nouveau, qu’elle constate. Et Jillian hoche si petitement la tête, qu’elle est même pas sûre que Selene le voit. Puis, elle veut pas faire de mouvements brusques. Déjà parce qu’elle veut pas lui faire peur, à Selene, avec les mouvements brusques qu’elle a l’habitude de faire. Puis aussi parce qu’elle voudrait surtout, surtout pas, l’obliger à lâcher la mèche de cheveux qu’elle a emprisonné entre ses doigts. Elle finit par la lâcher, mais c’est pas très grave. Parce que y’a eu un contact. Et que ça veut dire que Jillian peut imaginer que ça la dérange pas, Selene, les contacts. Pas que ça veuille dire qu’elle va les initier lors du film, mais. Mais au moins, c’est pas un non définitif. Plutôt même une invitation à. Alors. C’est bien. Et pour le moment elle peut faire avec bien. Selene se remet à parler, et Jelly rigole, au sourire moqueur de Selene. Même si y’a cette petite voix qui vient l’emmerder, comme quoi, peut-être, elle se moque vraiment. Peut-être qu’elle a pas du tout envie d’être là, avec elle. Et que c’est juste un grand jeu pour elle. Mais Jelly l’écoute pas. Parce que même si c’est le cas, et bah. Elle a encore la possibilité, après, quand elle s’en rendra compte, de fuir. Comme une lâche.
Et elle calme son rire nerveux, retrouve un sourire plus calme lorsque Selene finit de parler. La prochaine sortie. Jelly rougit, et cette fois, non seulement elle le sent, mais elle sait que c’est le cas. Le soleil seul peut pas lui donner si chaud aux joues. Alors elle s’avance, faisant bien attention à pas balancer trop ses bras autour de son corps. Pour pas faire l’enfant. Et représenter la grâce qu’elle peut avoir, parfois, sur scène. Quand ses managers insistent un peu. “J’espère que ça te plaira. C’est un film choisi au hasard, donc, je sais pas si ça te plaira, mais j’espère. Je sais même pas si ça me plaira, pour être honnête. Après, rien nous oblige à rester là, si on a pas envie. Puis parfois y’a des couples qui s’embrassent, et c’est déprimant quand on est seul.” Et elle s’arrête, parce qu’aujourd’hui, elle est pas seule. Elle se racle la gorge, et regarde rapidement vers Selene, pour jauger de son expression, et reprendre, refixant l’écran de nouveau. “Enfin, bref, tu vois quoi.” Et si elle voit pas, c’est pas grave. Après tout, Jillian voit pas grand chose non plus, là, de suite.

sunny night


☾ ☾ ☾

- - la maîtresse demande à Toto : "– Toto, qu’a fait le roi Arthur après être monté sur le trône ? – Il s’est assis."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 19/09/2018
Messages : 171
Pseudo : lion ☽
Avatar : kwon saem
multi : freyja strøm (altea)
Réputation : 4
Voir le profil de l'utilisateur






☽ ft. jillian samuels
la lumière tombe à une vitesse folle, prête à mordre la ligne d’horizon par-delà les géants de glace et de ciment. peut-être parce que le temps s’emballe au rythme des pulsations lorsque le regard des deux femmes se croise, ou peut-être parce que le monde tout entier veut se draper d’encre, plonger altea dans cette intimité qui convient si bien au rapprochement des cœurs. et comme jillian s’emmêle les pinceaux avec ses explications et ses maladresses en série, le sourire de selene s’élargit jusqu’à dévoiler ses deux rangées d’ivoire. « aaah les gens qui s’embrassent… dégueu. » se moque-t-elle.

elle meurt d’envie de lui dire que c’est leur tour de dégoûter tout le monde, rien que pour la mettre encore plus mal à l’aise, mais elle se retient. c’est pas vraiment qu’elle n’ose pas. c’est que son regard en dit déjà long, onyx qui ne peuvent que fixer le visage angélique et l’aura qui s’en dégage. alors elle l’entraîne d’un bout à l’autre du gazon, tente vaguement de se faire une place en face de l’écran avant de se raviser, parce que c’est exactement l’endroit où les familles s’agglutinent égoïstement, et que ça braille et que ça vit. ça vit un peu trop fort au goût de selene, qui finit par tenter un coin plus à l’écart, pas vraiment centré mais plus discret. elle déplie consciencieusement la couverture qu’elle a eu la clairvoyance d’embarquer dans un sac avant de partir et fait signe à jillian de s’installer.

« ça me fait plaisir de te voir. » dit-elle en s’asseyant à côté d’elle. son regard pétille, sincère, et s’attarde sur celui de la belle animatrice. elle a presque le sentiment de s’y noyer lorsqu’elle avoue : « j’étais étonnée que tu me proposes un ciné. » enfin, pas si étonnée que ça. elle avait bien compris qu’il fallait s’attendre à tout à partir du moment où elle lui avait réclamé son numéro, en osant à peine la regarder dans les yeux. et puis le premier message, et le premier verre… après tout, le premier ciné, ça coule de source. elle est juste un peu surprise qu’il soit arrivé si vite. et que jillian continue de piquer fard sur fard alors que selene n’arrête pas de lui envoyer des signaux, tellement évidents qu’ils s’apparentent plus à des appels de phares, à force. soit elle se fait des idées, et les intentions de jillian à son encontre sont purement amicales, soit elle va devoir faire le premier pas elle-même. mais elle est tellement craquante, avec sa timidité de collégienne, et elle a tellement l’impression qu’elle pourrait la choquer si elle lui plantait un baiser en pleine bouche, qu’elle n’arrive pas à se lancer. alors, quand le film commence, elle se décide plutôt à glisser une main autour de sa taille pour la ramener contre elle. et elle retient son souffle, la téméraire selene, guettant une réaction du coin de l’œil.

sunny night

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 27/02/2018
Messages : 278
Pseudo : bermudes.
Avatar : hani.
multi : nephtys (n. scott) -- jesse (m. petsch) -- nikita (d. henney) -- joshua (dohwan) -- aoibheann (p. sora) -- lava (kimlip) -- nimh (e. blunt) -- diana (d. padukone) -- baby blue (bbh)
Réputation : 4
Bloc-note : mewdaniiltamsynremiadrielselene
Voir le profil de l'utilisateur






☽ ft. selene yun
Quoiqu’il se passe ce soir, ou se passe pas, Jelly se dit que de toute façon, ce sera fait. Et que ça se sera passé. Jelly essaye de pas attendre trop de choses de cette soirée, pour pas se faire de faux espoirs. Puis elle essaye aussi de se dire qu’il faut pas non plus qu’elle aille trop vite, ou qu’elle saute trop vite à des conclusions hasardeuses qui pourraient, si elles se révèlent être fausses, lui faire plus de mal qu’autre chose. Non, mais parce que, Jelly, elle a apprit à se protéger depuis un bail. Les relations amoureuses, c’est à croire qu’elle fait toujours un truc à côté, et tout le monde finit par la quitter. Ou alors parce qu’elle rigole trop fort, ou alors parce qu’elle se mouche devant son date, ou alors parce qu’elle dit une blague pas drôle. Ou alors parfois parce qu’elle prend une main, ou s’approche, ou bref, fais un truc qui plait pas. Jillian est perdue, au niveau des relations amoureuses. Et elle s’approche de ses vingt-neuf ans, pourtant. Il serait temps qu’elle comprenne comment ça marche. L’amour, ou juste, même, les relations de couples. Avec Liebe, ça avait été assez naturel, mais Liebe était une fille. Et depuis elle, elle est sortie qu’avec des garçons, Jelly. Jusqu’à ce que Selene débarque, et chamboule toute l’assurance qu’elle avait que finalement, elle était probablement hétéro. Liebe s’étant révélée être juste une très bonne amie (et sa soulmate, platonique, mais c’est encore une autre histoire), elle s’était persuadée que son truc, c’était les mecs. Et dans un date avec un mec, elle sait pas, elle, si elle est censée faire le premier pas ou pas. Et quand les mecs le font pas et qu’elle finit par le faire, c’est toujours, ou well, dans quatre vingt pour cent des cas, pour se prendre un sérieux vent bien violent juste après. Selene est une fille, et Jelly était persuadée avant d’arriver, qu’il y aurait pas ce problème. Vu qu’il y avait pas eu ce problème avec Liebe.
Bah. Si.
Parce que face à Selene, vraiment, Jelly se retrouve à être la fille la moins douée de l’univers. Des univers, même. Elle se retrouve à sourire bizarrement, comme si elle avait une partie du visage engourdie. Et c’est pas un sourire forcé, pas du tout. Elle a vraiment envie de lui sourire, à Selene. Mais à côté, elle a tellement envie de se donner des claques pour ce qu’elle vient de dire, et c’était tellement stupide. Et du coup, elle a cette impression de sourire pour faire passer plus facilement la pilule de son ânerie à Selene, et ça lui plait que moyennement. Elle aimerait bien être ce genre de fille qui peut rebondir sur tout, et paraître toujours super classe quoiqu’il se passe. C’est pas le cas. Du tout. Jelly, c’est ce genre de fille qui dit un truc de travers, et qui, quand elle essaye de se justifier et de s’en sortir, creuse sa tombe un peu plus profond à chaque fois. Alors maintenant elle a appris, et elle se tait. Et c’est difficile, de se taire, parce qu’elle a tellement de choses qui lui viennent à l’esprit et qu’elle voudrait dire. Mais elle se stoppe, et oublie tout ce qu’elle voulait dire. Juste pour éviter de se ridiculiser encore plus. Selene répond, et le sourire de Jillian se fait plus naturel. Elle baisse la tête, aussi. Parce que, Selene joue, mais que c’est pas méchant. Enfin, ça a pas l’air de l’être. Et Jillian apprécie ça, beaucoup. Jillian finit par suivre la belle brune qui l'entraîne vers un coin à l'écart. Et vraiment, l’esprit enfant de Jelly grince des dents au fait d’être pas pile au milieu de l’écran pour bien profiter du film. Et son esprit de jeune femme en date de vingt-neuf ans, qui espère comprendre les intentions de Selene essaye de se faire une place dans son cerveau. Elle s’assoit, finalement, sur la couverture que Selene a pensé à emmener. Et Jelly trouve ça génial, qu’elle y ait pensé. Parce que Jelly, évidemment, elle avait rien prévu. Elle est venue, les mains dans les poches. Et lorsque Selene s’assoit à côté d’elle, Jelly la regarde faire. En temps normal, elle serait plus du genre à détourner le regard. Mais non. Parce que Selene est belle, majestueuse, et qu’elle peut juste pas détourner le regard. Elle ressemble à une sirène, c’est beau. Selene lui parle, et Jelly reste le visage bloqué, les yeux qui s’écarquillent légèrement et les paupières qui clignent, plusieurs fois. Pas qu’elle ait pas compris ce que Selene vient de lui dire, plus qu’elle arrive pas vraiment à y croire. Puis encore une fois, Selene pourrait dire ça amicalement, et Jelly voudrait pas mettre le chariot avant les boeufs. Vraiment pas. Mais Selene la regarde, et elle a l’impression qu’elle la regarde peut-être comme Jelly, la regarde. Et c’est peut-être que c’est pas de l’amitié, vraiment. Mais Jelly refuse de prendre une regard comme preuve de quoi que ce soit. Y’a des gens qui sont plus à l’aise et qui regardent tout le monde comme ça, Jelly en est sûre. Étonnée, elle dit, ensuite. Est-ce que ça veut dire que c’était pas une bonne idée ? Jillian en était sûre. Lorsqu’elle a envoyé le message, elle l’a regretté presque instantanément. Elle avait peur, et elle savait pas ce que Selene allait lui répondre. Et.
La main de Selene autour de sa taille la fait sortir de ses pensées. Et ses pensées meurent, juste, avant même qu’elles atteignent le début de son cerveau. Parce qu’à part ses sensations physiques, plus rien ne semble fonctionner. Jelly se laisse faire, et se laisse rapprocher du corps de la jolie Selene, à côté d’elle. Elle la regarde pas, elle oserait jamais. Pas avec cette nouvelle proximité. Puis, elle aurait trop peur que Selene aussi, soit en train de la regarder, et si elles sont trop proches, enfin. Ce serait pas si mal. Alors Jelly lève la tête, et regarde le visage de Selene, proche du sien. Et elle lui sourit, baisse les yeux. Et baisse la tête, plonge son front sur l’épaule de la brune. Et reste là, à rire doucement, de gène. Ou peut-être de bonheur. Elle sait plus trop. Toutes ses pensées se sont fait la malle. Il lui reste plus que son coeur qui bat, vite, et sa gorge, sèche, et la sensation plus qu’agréable de la main de Selene sur sa taille, et de son épaule, contre son front.

sunny night


☾ ☾ ☾

- - la maîtresse demande à Toto : "– Toto, qu’a fait le roi Arthur après être monté sur le trône ? – Il s’est assis."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 19/09/2018
Messages : 171
Pseudo : lion ☽
Avatar : kwon saem
multi : freyja strøm (altea)
Réputation : 4
Voir le profil de l'utilisateur






☽ ft. jillian samuels
pulsion des cœurs ; le temps soudain s’est suspendu, sablier égrené adagio jusqu’à ce que sur les lèvres de selene fleurisse un sourire. jillian lui adresse un regard doux, un de ces regards qui font blêmir et enfièvrent, et ses deux amandes la transpercent de part en part. qu’elle est belle, sa frimousse ! son teint de lait, l’éclat de ses yeux, sa bouche rosée qui semble maintenant un peu proche, mais tout de même pas assez… et si quelques images s’imposent, la jeune femme étouffe ces fantaisies pour ne plus se concentrer que sur l’écran et les couleurs qui s’y meuvent. pourtant cette proximité nouvelle a la saveur de l’inconnu que selene apprivoise silencieusement, partagée entre plaisir et timidité. son étreinte doucement se resserre, tandis que l’odeur de ses cheveux la happe ; les minutes ont beau se succéder dans un calme olympien, elle serait bien incapable de résumer l’intrigue du film… mais elle pourrait des mois plus tard se remémorer précisément le parfum qu’elle ne peut s’empêcher de humer, le visage à demi perdu dans la chevelure violette, tout comme elle saurait décrire chaque mimique de jillian, le froncement de ses sourcils et le moindre battement de paupières. elle sent bon, jillian. elle sent bon la vie et c’est terriblement apaisant de la tenir ainsi, la chaleur de son corps, de sa joue pressée contre l’épaule de selene, l’échauffant délicieusement.

elle n’aurait sans doute jamais bougé, pas même risqué de ciller, de peur que le charme se rompe. à vrai dire, le générique n’aurait pas suffi à chasser sa main qui frôle la hanche de jillian, caresse mécanique devenue inconsciente. non, la seule chose qui lui arrache un petit rire, crève le silence en quelques notes claires, c’est le baiser langoureux auquel aucune œuvre n’échappe. et plutôt que de fixer les bouches qui se dévorent dans un silence pesant, selene préfère taquiner un peu la jeune femme qui, elle en est sûre, est probablement déjà submergée d’embarras. « eh, jelly. » déjà fondent sur sa langue les mots-poisons qu’elle est si loin de regretter… dans ses prunelles qu’elle darde dans celles de sa belle luisent autant de rires qu’elle ne peut laisser filer. « c’est maintenant que tu dois m’embrasser. » provocatrice, elle a passé une paume contre la joue nivéenne pour ramener le visage de jillian près du sien, presque sans gêne, parce qu’elle ne croit pas une seconde qu’elle en ferait quoi que ce soit. il y a, tout de même, cette voix qui susurre à son oreille qu’il faudrait franchir les quelques centimètres qui séparent encore leurs souffles, achever cette torture d’être si proches et pourtant si loin. elle n’en fait rien, bourreau qui n’attend plus que de voir les joues s’empourprer et la pauvre jillian balbutier une énième ineptie.

sunny night

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 27/02/2018
Messages : 278
Pseudo : bermudes.
Avatar : hani.
multi : nephtys (n. scott) -- jesse (m. petsch) -- nikita (d. henney) -- joshua (dohwan) -- aoibheann (p. sora) -- lava (kimlip) -- nimh (e. blunt) -- diana (d. padukone) -- baby blue (bbh)
Réputation : 4
Bloc-note : mewdaniiltamsynremiadrielselene
Voir le profil de l'utilisateur






☽ ft. selene yun
Le film est probablement super intéressant. Mais Jelly le regarde à peine. Ses yeux le voient, et son cerveau essaye, vraiment, de comprendre les images et de les relier aux bruits qu’envoient les enceintes. Mais c’est chose compliquée. Tâche quasi impossible. Parce que voilà. Sa tête est sur l’épaule de Selene. Et qu’il lui semble qu’il n’y a que ça, qui compte. Comme si tout le reste était juste là comme ça, pour faire joli. Ou juste un décor mauvais de leur comédie romantique à toutes les deux. Et Jelly ose à peine respirer. Parce que, peut-être qu’elle sent pas bon, ou peut-être que ses cheveux grattent Selene, ou peut-être que. Peut-être que, peut-être que. Jelly se pose mille et une questions sur si elle fait bien les choses ou pas. Et vraiment, elle fait rien, pourtant. Elle a juste sa tempe posée sur son épaule, et elle “regarde” le film, face à elle. Elle observe un peu les gens autour, et remarque que beaucoup de couples ont choisi de se mettre dans le périmètre où Selene les a placé. Jelly aimerait que ce soit pas une coïncidence, mais ose pas non plus se dire que c’en est pas une. Parce que ce serait trop beau, et qu’elle rougit déjà bien assez facilement pour penser en plus au fait que Selene les considère comme eux, un couple. Elle arrive plus à se concentrer sur eux que sur le film. Probablement parce que moins de sens sont demandés. Le son, les dialogues, deviennent juste de l’arrière plan. Elle arrive pas à se concentrer sur ce qu’elle ressent, dans cette position là, avec Selene, et sur deux autres choses. Alors elle regarde les couples. Envie ceux qui semblent déjà bien posés, et ceux qui s’embrassent. Et alors qu’elle est la première à fixer un couple qui s’embrasse, en temps normal, là, c’est différent. Elle baisse les yeux, et les pose sur un couple qui s’enlace. Juste. Sourit doucement lorsqu’elle se rend compte que, ouais, Selene et elle aussi, elles s’enlacent. Elle est heureuse, Jelly. Elle a la respiration calme, mais difficile. Elle a le coeur qui bat doucement, mais tellement fort. Elle a des picotements qui se propagent dans tout son corps, à chaque fois que la main de Selene bouge sur sa hanche. C’est tellement agréable. Ca lui fait tellement de bien. Et lorsqu’elle voit le couple qui s’enlaçait s’embrasser, elle reporte son attention sur l’écran. Où ils s’embrassent aussi. Et c’est pas juste langoureux, c’est carrément chaud. Et Jelly adore ce genre de scène. Elle les rejoue, lorsqu’elle connaît bien un film, plusieurs fois, même. Et parfois, elle les a même en direct, lorsqu’elle passe sa journée devant son miroir, et qu’elle regarde du miroir qui donne sur le lit de Candide et de Nikita. Et ça la dérange pas, en général. Vraiment pas. Mais aujourd’hui, c’est différent. Parce qu’aujourd’hui, elle pourrait être une de ses personnes, qui embrasse.
La voix de Selene la surprend. Mais pourtant, elle a pas envie de se relever. Elle le fait quand même, finalement. L’interpellation de Selene, peut-être que c’est quelque chose qu’elle a mal fait. Peut-être que c’est quelque chose de négatif. Et Jelly se remémore rapidement tout ce qu’elle a (pas) fait, depuis le début du film, et rien lui vient. Peut-être que c’est le fait qu’elle ait rien fait que Selene lui reproche. Peut-être qu’elle va lui reprocher d’avoir pris son épaule comme un oreiller. Et vraiment, Jelly comprendrait, ça doit pas être si agréable que ça, finalement. Alors Jelly sert ses lèvres, et s’apprête à recevoir une mauvaise nouvelle comme “je pensais pas que ça se passerait comme ça” ou “désolée, mais c’est mieux qu’on arrête de se voir”. Et elle se fait déjà mal toute seule, à imaginer que c’est ce qu’elle puisse lui dire. Elle s’est attachée à Selene. Puis. Son orgueil, aussi, en prendrait sérieusement un coup. Mais lorsque Selene continue de parler, le cerveau de Jelly semble choisir de prendre des vacances. Loin. Très loin. Assez loin pour que Jelly réalise pas tout de suite. Et lorsque Selene approche son visage du sien, qu’elle pose cette main, si agréable, sur sa joue, Jelly la regarde, les yeux écarquillés de “qu’est-ce qu’il se passe ?”. Et Jelly sait plus rien. Elle sait pas si Selene est sérieuse, ou pas. Elle sait pas si elle doit l’embrasser, ou pas. Elle sait pas si elle se moque, ou pas. Elle sait plus où elle est, elle sait plus si elles sont seules, ou pas. Elle sait plus de quoi parle le film. Pas qu’elle l’ait réellement déjà su, ceci dit. Elle ouvre la bouche, la referme rapidement. “Je...” Et finalement, après tout, se dit que Selene l’a demandé. Et que si, jamais, elle dira qu’elle comprend jamais, le second degré, si c’en était. Alors Jelly s’approche, rapidement, et pas vraiment d’une façon douce, de Selene. Et elle colle ses lèvres aux siennes. Quelques secondes, seulement. Avant de les retirer, et de garder le regard de Selene dans les siens. Elle a si, si envie de juste détourner le regard. Mais c’est sa chance, de vivre une scène, comme dans les films. Une vraie scène romantique. Elle veut pas gâcher ce moment. Elle a arrêté de respirer, est clairement à deux doigts de manquer d'air. Mais elle veut pas gâcher le moment. Et attend que la sentence tombe, aussi. Et la peur qu’elle a, au fond de son cerveau, comme quoi Selene était pas sérieuse, elle essaye de la faire taire avec toutes les pensées comme quoi elle était sérieuse, très sérieuse. Et peut-être que Selene avait juste autant envie qu’elle, d’un beau baiser. Beau baiser transformé en petit bisous par une Jelly insécure.

sunny night


☾ ☾ ☾

- - la maîtresse demande à Toto : "– Toto, qu’a fait le roi Arthur après être monté sur le trône ? – Il s’est assis."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 19/09/2018
Messages : 171
Pseudo : lion ☽
Avatar : kwon saem
multi : freyja strøm (altea)
Réputation : 4
Voir le profil de l'utilisateur






☽ ft. jillian samuels
les minutes sont des heures et chaque seconde une éternité. elle se délecte de ce regard perdu qui la toise, tremble d’une pupille à l’autre, s’agite et s’interdit. et patiemment, selene attend que le rouge lui monte aux joues, bouffée de chaleur immense qu’elle jubile de voir bientôt. c’est certainement sadique de sa part, de se réjouir à ce point de l’embarras qu’elle voit se profiler sur les traits angéliques. mais c’est plus fort qu’elle ; il y a chez jillian cette gaucherie juvénile qui l’amuse tant, cette fragilité qu’elle veut toucher du doigt l’espace d’un instant, et si au passage elle peut faire passer le message que, tu sais, t’es plutôt mignonne et je t’aime plutôt bien, elle aurait l’impression d’y avoir tout gagné.

et la main sur sa joue, et les yeux rivés dans les siens, et le bras qui la soutient encore tout près, selene laisse son visage tout entier se fendre d’un rictus mesquin, parce que le trouble que jillian affiche a ce petit goût de victoire et que c’est à peine si elle parvient à bégayer une réponse à sa provocation. elle s’apprête à rire et lui balancer une petite pique pour reprendre le film en plein vol. elle n’en dira jamais rien, mais elle espère secrètement avoir détourné leur attention de l’écran suffisamment longtemps pour rater la scène entière des effusions qui lui semblent se prolonger. elle guette encore, d’une oreille distraite, l’évolution de la musique pour s’en assurer, lorsque sur sa bouche s’échoue un baiser si furtif qu’elle l’aurait manqué si elle avait lâché jillian du regard un seul instant. par chance elle n’a rien raté du spectacle, et la surprise, plus que l’attitude de la jeune femme, lui arrache un petit rire nerveux. c’était trop bref, trop timide, mais de toute cette maladresse le geste se pare d’élégance.

« c’est tout ? » rit selene tout bas, et ses yeux brillent d’une facétie nouvelle. « il va falloir que je refasse toute ton éducation ou quoi ? »

oh, elle est ravie de la tournure que prennent les évènements… à jouer de la sorte, la voilà face à un choix dont la meilleure solution s’impose ; lentement, elle passe sa paume de sa joue à son menton qu’elle soulève d’un doigt délicat, tandis que son bras relâche la taille fine pour glisser sur la nuque, encadrer ce visage qu’il lui tarde de parcourir. ses lippes, douces conquérantes, s’ancrent sous le lobe d’ivoire, rejoignent la commissure de leurs amantes en une longue procession pour les fendre enfin d’une langueur impudique. et si une main encore appuie contre la nuque pour sceller leur baiser, l’autre se dérobe et dévie sur la cuisse, la hanche, la taille… peu importe, tant que les lèvres ne cessent de s’arracher frisson après frisson. et tant pis pour les regards qui, sûrement, s’attarderont sur leur fougue, tant pis pour les ricanements que soulèvera son audace, tant pis pour tous ceux qui ne souhaitaient rien voir de ce qu’elle leur impose ; l’occasion est parfaite de prouver à jillian l’intérêt qu’elle lui porte.

même si elle aurait pu guetter un cadre plus intime.
même si les mots, sans doute, auraient suffit.

sunny night


☾ ☾ ☾

eyes shuti see shadows
& hear voices

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 27/02/2018
Messages : 278
Pseudo : bermudes.
Avatar : hani.
multi : nephtys (n. scott) -- jesse (m. petsch) -- nikita (d. henney) -- joshua (dohwan) -- aoibheann (p. sora) -- lava (kimlip) -- nimh (e. blunt) -- diana (d. padukone) -- baby blue (bbh)
Réputation : 4
Bloc-note : mewdaniiltamsynremiadrielselene
Voir le profil de l'utilisateur






☽ ft. selene yun
Elle a des belles lèvres. Et elles sont douces. Elles sont agréables à embrasser. Enfin, à toucher. Parce que Jillian sait ce que c’est, des vrais baisers, et ce qu’elle vient de donner à Selene, c’est même pas un bisous, c’est juste un petit effleurement. Jillian est insécure. Elle veut pas prendre les devants parce qu’elle a peur de se faire violemment envoyer sur les roses. Et elle est déjà à un niveau d’attachement avec Selene (et elle le sait), où se faire rembarer, ça lui ferait du mal. Ou peut-être que c’est, elle y croit, un peu. Elle se dit que, peut-être, elle, elle la rembarera pas. Elle se dit que peut-être, elle a vraiment une chance avec Selene, et ce serait comme un rêve. Parce que Selene est vraiment belle, vraiment cool, vraiment tout ce que Jillian pourrait espérer d’une fille avec qui elle serait en relation. Et que si, là, maintenant, elle venait à se faire rembarer, ses espoirs se briseraient en mille morceaux, et ça, ça ferait mal. C’est pour ça, qu’elle fait peur, pas, jamais le premiers pas. Elle considère la demande de Selene comme un mini premier pas, et elle son effleurement comme une réponse au petit premier pas. C’est que, au pire, elle pourra toujours dire qu’elle pensait pas que c’était une blague. Si ça l’était. Qu’elle devrait travailler sur le ton qu’elle a, quand elle est ironique, parce qu’elle est pas toujours comprise. Peut-être. Et lorsque Selene lâche un petit rire, le coeur de Jillian s’arrête de battre quelques secondes, le temps d’écouter le son. C’est un beau son. Son rire est magnifique, et Jillian pourrait l’écouter toute la journée si il n’était pas dirigé vers elle. Parce que, c’est le cas, actuellement. Le rire est dirigé vers elle, et Jillian n’a aucune idée de pourquoi.
Et dans sa tête, ses espoirs se brisent, petits à petits, en quelques secondes. Parce qu’elle rigole forcément pour se moquer. Parce que tout le monde rigole forcément pour se moquer. Jillian est habituée, pourtant, à ce qu’on rigole d’elle, ou de ce qu’elle dit. Jillian fait naturellement rire. Mais là, c’est différent. Parce que y’a eu cette proximité entre elles deux que Jillian a pensé une bonne idée, peut-être. Mais qui, finalement, ne l’était pas, probablement. Elle sait pas, mais elle sent son estomac se serrer. Tout se passe toujours très vite et très fort, chez Jillian. Elle connaît pas le mot “modérer”. Puis Selene parle, et la machine qui était en marche pour probablement sortir deux trois larmes de honte s’arrête. Comment ça, c’est tout ? Et Selene continue de parler, et Jillian hausse les sourcils, ouvre grands les yeux et les clignent, plusieurs fois de suite. Comment ça, refaire mon éducation ? Et Jillian a pas le temps de laisser ses nombreuses pensées tourner dans sa tête, comme c’est le cas d’habitude, que Selene prend les devants. Reposent ses lèvres sur celles de la filles aux cheveux couleurs barbe à papa. Et Jillian, Jillian sourit dans le baisers. Même avant de penser à être choquer ou à réfléchir à ce qu’il se passe. Parce que les lèvres, ses lèvres, vraiment, elles sont douces, et agréables. Comme quand on a mal, on pleure, et pas juste parce qu’on est triste, c’est un automatisme du corps. Là, c’est pareil. Elle réfléchit pas à pourquoi elle sourit. Mais la sensation des lèvres de Selene contre les siennes la font sourire. Elle sent une main de Selene se balader sur le côté de son corps, et l’autre sur sa nuque. Elle sent tout ça comme un ouragan de plein de sensations qu’elle était pressée de retrouver. Pas que Jillian attende “la bonne personne” pour passer à quelque acte que ce soit. Mais ça faisait un bail, qu’elle avait pas sentie des mains aussi avide de la découvrir que celles de Selene. Et ça fait tellement de bien. Sans surprise, ses joues sont probablement rouges, désormais. Pas de honte, pas de gêne, juste d’imaginer ce qui pourrait se passer, après. Parce que Jillian est comme ça. Parce que Jillian est une jeune femme qui aime regarder les films pour jeunes adultes où les protagonistes terminent au lit. Et vraiment, elle s’en cache à personne.
Et puisque, désormais, elle a plus vraiment la peur de se faire rejeter, elle hésite pas une seconde à répondre aux nombreux baisers que lui donne Selene. Elle pose une de ses mains sur sa hanche, pour se rapprocher d’elle. A un point ou si elle vient plus près, elle serait sur ses genoux. Et l’autre main dans ses cheveux, et vraiment, tant pis si elle la décoiffe. Elle rêve de passer sa main dans ses cheveux depuis un bout de temps, maintenant. Elle entend un petit raclement de gorge, pourrait pas venir d’où il vient. Le genre de raclement qui dit “s’il vous plait, on essaye de regarder le film, allez faire vos cochonneries ailleurs”. Et Jillian se retient de lever le majeur en l’air. Elle sait pas dans quelle direction le lever, et ce serait bête qu’elle le présente à une personne qui n’a rien demandé. Elle oublie, du coup, ce raclement de gorge, et continue à embrasser Selene, comme si elle avait plus que ça, dans sa vie. Et vraiment, ça la dérangerait à peine que ce soit le cas. Elle se sent tellement bien, en l’embrassant.
Elle finit par reculer son visage de celui de Selene, quelques minutes peut-être, sont passées. Et elle la regarde. Ses yeux brillent, et ses joues sont rouges, et elle a probablement l’air à bout de souffle. Elle reprend sa respiration, doucement, et lâche pas Selene des yeux. Et elle essaye pas de transmettre quelque chose en particulier dans son regard. Mais probablement qu’elle le fait, malgré elle. Jillian est heureuse, si heureuse. Mais elle voudrait plus, maintenant, tellement plus.

sunny night


☾ ☾ ☾

- - la maîtresse demande à Toto : "– Toto, qu’a fait le roi Arthur après être monté sur le trône ? – Il s’est assis."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 19/09/2018
Messages : 171
Pseudo : lion ☽
Avatar : kwon saem
multi : freyja strøm (altea)
Réputation : 4
Voir le profil de l'utilisateur






☽ ft. jillian samuels
de fil en aiguille les pensées s’emmêlent. jillian, ses joues si douces, ses yeux voilés d’inquiétude, mais sa bouche souriant contre les lèvres qui ne cessent de quémander ses tendresses, et sa paume qui vient se loger contre la taille de selene ; un panel étourdissant de sensations déferlent. bientôt, happée par tant de délices, l’altéane ne réfléchit plus à rien. ni à ce qu’elle fait là, ni à son envie si pressante d’embêter jillian, ni aux quelques hésitations qu’elle a encore à l’idée de franchir un cap avec elle, parce qu’elle a beau en avoir très envie, parce que jelly lui plaît et ce n’est un secret pour personne, l’appréhension la saisit chaque fois qu’elle tente de se projeter. peur de l’abandon. peur de faire fuir. peur de ne pas savoir reconstruire une  relation stable et saine. peur ne plus se cantonner qu’à des amours éphémères. peur d’avoir épuisé toute chance d’aimer et d’être aimée en retour. ces craintes qu’elle cache derrière un masque d’assurance s’envolent aussitôt que jillian répond à son étreinte. elle est bien trop secouée par la chaleur qui brûle ses entrailles, plus encore que n’importe quel essaim de papillons.

c’est pas juste des palpitations, non. c’est pas juste du désir non plus. c’est plus complexe, plus enivrant, plus angoissant. alors elle ne veut plus lâcher sa nuque, ni sentir ses lèvres se dérober. elle ne veut que les doigts de jillian perdus dans ses cheveux, et ses baisers langoureux, et la proximité de plus en plus dangereuse de leurs corps. et si elles avaient été ailleurs, si selene n’avait pas, tout à coup, à la réprobation d’un inconnu, repris conscience de tout ce monde autour d’elles, sans doute aurait-elle redoublé d’audace. mais le monde lui revient et elle laisse jillian lui échapper, pour se noyer dans ses yeux. doux, teintés d’envie et de joie, ils semblent ne plus vouloir lâcher les siens. « tu… » les mots s’étranglent dans un rire et selene baisse la tête pour cacher sa bouche derrière ses mains. elle voudrait se faire plus discrète, pour oublier les yeux rivés sur elles, mais elle tremble de nervosité maintenant que le pas est franchi. elle ne sait ni quoi dire, ni quoi faire pour conclure leur baiser.

« c’est vraiment pas l’endroit… » finit-elle par pouffer à voix basse. « mais pour une fois que c’est nous et pas les autres. » et comme pour appuyer ses dires, ou pour signifier à la jeune femme que, vraiment, elle a apprécié ce moment, elle lui soulève le menton et appose un baiser délicat sur ses lippes. puis ses yeux reviennent à l’écran, où le décor a changé du tout au tout. « je crois qu’on a raté la scène de cul. » elle s’en fout un peu. beaucoup. non seulement parce qu’elle n’a rien suivi du film depuis le début, mais surtout parce que sa scène à elle n’a certainement rien à envier à deux comédiens forcés à se bécoter devant cinq caméras. et puisqu’elle n’a pas spécialement envie de quitter les bras de jillian, mais qu’elle ne veut pas la priver de la fin de son film, alors que, vraiment, savoir leurs lèvres si proches lui donne une furieuse envie de l’embrasser à nouveau, elle décide de se blottir contre elle et de poser sa tête contre ses cuisses. et enveloppée de son odeur, une main jouant dans la sienne, de caresses en pressions délicieuses, selene finit par fermer les yeux. lorsqu’elle les rouvre, elle ne saurait dire si elle s’est endormie — peut-être n’a-t-elle que somnolé un instant — mais le générique est lancé et les spectateurs s’en vont déjà.

« c’était top. » déclare-t-elle en levant les yeux sur jillian, le sourire aux lèvres. elle ne parle pas vraiment du film, mais ça elle n'est pas obligée de le savoir. quoiqu'elle doit bien s'en douter, non ? « tu as faim ? ça te dirait un restau ? » elle n’ose pas quitter ses genoux, comme si elle craignait que la jeune femme se lève et s’en aille maintenant que le film est terminé. les dents plantées dans sa lèvre inférieure, elle espère de tout son cœur que jillian acceptera son invitation, car elle n’a pas la moindre envie de la voir rentrer chez elle si tôt.

sunny night


☾ ☾ ☾

eyes shuti see shadows
& hear voices

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
 
it feels hot out there (sellian #1)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
STATE OF DISORDER :: through the valley of the shadow of death :: Let the record spin :: IRP :: RPS TERMINÉS OU ABANDONNÉS-
Sauter vers: