Partagez
 

  karma is a bitch and she is hot ((jadia#1))

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Anonymous
Invité

 karma is a bitch and she is hot ((jadia#1)) Empty
La fatigue lui fait faire des conneries. Jad fronce les sourcils quand elle tourne au carrefour suivant. Elle a du se tromper de rue, elle ne souvient pas de cet immeuble décrépi. Elle connaît bien Néodam pourtant, mais elle est tombée dans un quartier plutôt crade.Elle manque de crier quand un rat lui passe entre les jambes. Alors, intérieurement, elle peste contre sa bêtise et regrette de ne pas avoir laissé quelqu'un la ramener. Pour une fois, elle aurait préféré le regard lubrique du taxi aux rues glauques. Elle a quitté le bar des Sharks depuis dix minutes et elle marche dans la rue sans reconnaître les lieux, errant sans but précis. Elle se contente d'aller toujours tout droit, elle finira bien par retomber sur un grand axe qu'elle connaît. N'importe où. Elle a pourtant garé la moto de son père non loin, mais impossible de la retrouver, elle en est persuadée. Fuck. My. Life. Avec un peu de chance, elle a réussi à se la faire voler. Elle ne se voit pas rentrer chez elle en talons aiguilles et hésite un moment à appeler Scar ou Cliff, mais elle se résigne. Elle n'a pas envie de leur parler. Surtout Cliff. Elle regrette tout ce qu'elle lui a dit la dernière fois, mais n'a pas le courage d'assumer ses paroles, ni l'envie. Jad est une peste, s'excuser l'épuiser, elle le laisse le temps faire. Le temps arrange tout avec Cliff, c'est toujours comme ça, sauf que cette fois là c'était un peu plus violent. Elle hésite à demander de l'aide à Lava, mais que peut-elle faire ? Rien, elle ne sait même pas lire. Jad se sent seule.
Elle s'en fiche que Lava ne sache pas lire, qu'elle soit bizarre. Elle est comme sa petite soeur, elle a envie de la serrer dans ses bras et lui raconter ses malheurs. Et puis, l'embarquer très loin de ce club miteux où elle s'effeuille, braquer une banque avec elle et vivre loin de cette vie de merde. Jad est révoltée, au bord des larmes ou de la crise de nerf. Elle ne sait pas. Elle passe sa rage sur une canette de bière qu'elle shoote avec la pointe de sa chaussure. Celle-ci se retourne et Jad se penche pour inspecter la marque. Elle ne connaît même pas. Pourtant, ils ont un sacré de stock de boissons au bar.

Elle a un mauvais pressentiment.

La blonde enfourne ses mains dans ses poches et baisse la tête au fur et à mesure qu'elle se rapproche des rues animées. Elle frisonne légèrement. Le temps s'est adouci, on dirait. Curieuse, elle lève la tête et inspecte le ciel. Elle n'avait jamais remarqué que.... on pouvait voir les étoiles. La chose peut paraître banale, mais dans le brouillard pollué constant de Néphède, peu de gens savent ce que sont les étoiles. On ne peut pas les voir, normalement. Cette fois, la panique gagne et Jad accelère le pas. Elle s'est perdue. Quelque part, mais elle n'est pas chez elle et la chose l'effraie. Elle passe devant un homme sur le trottoir qui fixe ses fesses et sa jupe rouge moulante avec insistante. Puis, son regard croise le sien, il est sombre, s'accroche à son visage de poupée ; différent des hommes de Néphède, il ne la regarde pas uniquement comme un bout de viande, il la contemple comme uen créature sauvage. Comme étonné de ne pas la voir tracer sa route. Elle s'arrête et se retourne pour lui faire face, remontée. « C'est quoi ton problème, tu veux voir de plus près ? » L'homme lève les mains en l'air coupable. « Je n'ai pas d'argent. Mais si gentiment proposé ma belle... » Elle grimace. Pervers. Continue sa route. Elle est épuisée, mais au moins elle n'a pas froid ici. Jad relève la tête et inspecte les lieux, à la recherche de quelque chose de familier.
Elle trouve. La devanture d'un bar lui rappelle quelque chose. Ses néons rouges abîmés et mal faits, ridicules comparés à ceux de Néodam, la musique d'un autre temps qui en émane. Pourquoi est-ce ça lui est si familier ?Elle a déjà vu cette endroit quelque part. La blondinette s'approche, inspecte les lieux à travers la vitrine. Le velours rouge.
Le velours rouge. Lava. Altéa.
Elle réfléchit à peine, entre brusquement à l'intérieur et s'arrête devant la première personne qu'elle croise. Elle va pleurer de joie. Lava est ici. Elle le sait. « Eh toi !  Oui, toi là. Je veux voir une fille qui s'appelle Lava. Il faut que je lui parle maintenant ! C'est u-r-g-e-n-t !   » Elle ordonne, non sans dédain dans son regard. La femme est... plutôt. Pas beaucoup habillée. Enfin, tout de même. Et ses cheveux sont vraiment magnifiques, ils ont l'air soyeux et la couleur est si jolie. Jad a toujours voulu être brune. Elle est un peu typée et elle sent ses joues la picoter. Elle est vraiment très belle, comme femme.
Jad est jalouse, elle décide qu'elle est jalouse de sa beauté instantanément.
Revenir en haut Aller en bas
Ana Washburn
Date d'inscription : 10/09/2018
Messages : 226
Pseudo : bermudes.
Avatar : kaya scodelario
multi : nephtys (n. scott) -- ishiro (a. hyoseop) -- nikita (g. yoo) -- jelly (hani) -- joshua (dohwan) -- lava (momo) -- nimh (a. seyfried) -- baby blue (bbh)
Réputation : 6
Voir le profil de l'utilisateur

 karma is a bitch and she is hot ((jadia#1)) Empty
tenue ▬ Diana vient de sortir de la chambre tapissée de bleu. C’est la chambre où Nova reçoit ses clients, en général. Elle a donné sa journée à presque toutes les filles, aujourd’hui. A part Lava, aucune de ses filles n’avaient de clients de prévus. Et elle aime pas les faire venir, juste pour qu’elles puissent faire vitrine. Elle déteste ça. Il voit parfois, les filles en vitrine, dans le bordel de Dorian, et ça lui donne envie de gerber. Un peu de respect, un minimum, merde. Lava est partie y’a dix minutes, parce qu’elle a finit avec son client. Elle avait l’air toute contente de sa prestation. Diana est encore déstabilisée par la facilité qu’a Lava a être heureuse d’avoir vendu son corps. C’est surprenant, et presque dérangeant. Enfin, ça le serait si Lava était une fille comme les autres. Lava, elle a été conditionnée plus tôt, dans sa vie, pour ça. C’est triste, vraiment triste. Et Diana aimerait que ça ait pas été le cas. Personne mérite ça, personne. Et surtout pas une jolie, gentille et douce fille comme Lava. Mais le fait est, qu’elle ne connaît que ça. Et les seules personnes qui semblent lui avoir donné de l’amour sont ceux qui lui ont filé ce job. Peut-être qu’elle se sent redevable. C’est possible. Elle préfèrerait ça qu’autre chose. L’autre possibilité étant qu’elle trouve juste ça normal. Qu’elle pense juste que c’est sa vie, désormais. Diana aime pas trop penser trop fort à Lava, surtout sur ses sujets là. Ca lui met toujours un coup au moral.
Elle a lavé la chambre. Les gens pensent que c’est une femme de ménage qui lave par terre et fait les lits, et vérifie que tout soit en place pour le prochain client, mais c’est pas le cas. Au début, ouais, c’est ce qu’il se passait. Mais plus tard, Diana s’est rendue compte qu’elle repassait toujours derrière, parce que c’était jamais assez bien. Aujourd’hui, c’est elle, qui fait tout ça. Puis, ça la calme, ça lui change les idées. Lava a utilisé la pièce que Nova utilise habituellement. Parce que le client qu’elle a eu est aussi celui de Nova, normalement. Mais il lui a demandé s’il pouvait avoir Lava aujourd’hui. Parce qu’il l’a vu danser, la semaine dernière. Diana le connaît bien, et Nova aussi. C’est pour ça qu’elle lui a demandé son avis avant, d’ailleurs.
Elle se change dans son bureau, avant de descendre les escaliers en colimaçons rapidement, et de prendre place sur un des gros poufs rouges de la salle. Elle expire longuement, à moitié allongée, les yeux fermés. Elle aime être seule dans cette énorme pièce, parfois. Elle sait que ça dure jamais longtemps. Les danseuses devraient commencer à arriver d’ici cinq minutes. Mais elle profite du temps qu’elle a, seule. La porte s’ouvre, elle se lève rapidement, tire légèrement sur sa jupe pour la remettre bien, et va accueillir la première danseuse. Les autres arrivent rapidement, et alors qu’elles se préparent, Diana se retrouve de nouveau seule dans la grande salle. Elle reprend place sur un fauteuil, mais s’y avachi pas, comme avant, reste droite, et observe les petites scènes face à elle. Ce soir, ça devrait être un beau show. Elle a du insister auprès de Lava pour qu’elle reste pas pour danser ce soir. Après tout, Lava aime ça, danser. Mais elle veut pas la faire trop bosser. Diana a dans l’idée de la désintoxiquer peu à peu de ce rôle de prostituée qu’elle aime, pour la faire découvrir autre chose. Ce serait une perte du chiffre d’affaires pour les Nulls, probablement. Mais Lava leur fait déjà gagner beaucoup, rien qu’avec ses danses. Les premiers clients commencent à arriver, et Diana se lève pour aller proche de la porte et les accueillir. C’est une routine à laquelle elle commence à s’habituer, maintenant.
Elle entend une voix de fille, et se retourne, alors qu’elle discutait avec un homme qui semblait intéressé par Nova. Une petite, blonde. Diana hausse les sourcils, un peu, lorsqu’elle entend ce qu’elle lui demande. Lava ? Urgent ? Diana se met totalement face à elle, et sourit, comme elle sourirait à n’importe qui. Elle met son bras devant elle, et utilise ses ongles manucurés pour gratter son avant bras. Il la démange. “Je suis désolée, mais Lava a pris son après midi. Et sa soirée.” Sa voix est douce, et faussement désolée. Même si elle est quasiment sûre que cette fille est pas là comme cliente. Et c’est ce qui l’inquiète. Lava n’a pas d’amies. Lava n’a jamais eu d’amies. C’est qui, cette fille ? “Je peux savoir ce que vous lui voulez ?” C’est pas agressif, comme question. Beaucoup moins que ce que les mots peuvent le laisser imaginer, en tout cas. Diana se dit que ce serait bien, que ce soit une amie. Lava a besoin d’amies. Et si Diana semble avoir une alarme qui se déclenche dans son esprit, pour qu’elle se méfie, elle y fait pas attention, et continue juste de l’observer, en souriant, et en continuant de se gratter l’avant bras.

☾ ☾ ☾


--- when
you're gonna need, somebody to lean on.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Invité

 karma is a bitch and she is hot ((jadia#1)) Empty
Elle connaît cette femme. Pourtant, impossible de savoir elle l'a vue. Peut-être n'est-ce qu'une sensation de déjà vu - ce ne serait pas la première fois. La blonde prend du recul et croise les bras . Oh, elle a forcément croisé des personnes qui lui ressemblent, le monde est vaste, immense. Elle est incapable de connaître toutes les personnes qui habitent son monde, alors quand il est question d'un autre univers, les possibilités sont infinies. Mais c'est plus que ça, elle en a le sentiment intime. C'est plus que ça. Ce n'est pas pour autant que cette fille, qui qu'elle soit, commence déjà à la chauffer. Jad hait réellement les filles, autant que les hommes. C'est à croire qu'elle n'aime personne !  Et sans doute que c'est le cas, s'aimer elle même prend beaucoup de place. Elle est jalouse, peste, c'est surtout ça. Elle envie toutes celles qui sont plus fortes qu'elles, celles qui sont rondes et douces, dont elle voudrait toucher la peau.Qui ont de beaux cheveux en cascade. Jad pourrait avoir tout cela, mais cela ne lui va pas. Elle se préfère dans un débardeur encore poisseux de sueur et une coupe presque trop garçonne. Quand Cliff a le dos tourné, elle glisse un de ses t-shirts sales dans son sang à main, roulé en boule. Une fois chez elle, elle le lave, elle le porte, elle respire son parfum et fait la belle devant son miroir. Tous les vêtements qu'elle achète ne sont jamais assez, ils ne sont pas les fringues de son meilleur ami. Pourtant, elle se sait belle dans une robe qui dessine la chute de ses reines, elle porte bien les couleurs vives qui épousent ses formes et font d'elle une créature sexy et désirable. Elle se nourrit du regard de ces filles qui l'envient, et méprise les garçons qui ne regardent que son décolleté, alors qu'elle a prit des heures à dessiner une belle bouche rosée.
Et cette femme, qu'elle connaît à peine, mille fois plus sexy qu'elle. Elle a chaud. Terriblement chaud aux joues  Elle  se frotte les poignets par réflexe et s'évente avec sa main droite avant de bailler. Elle est fatiguée et affamée et de très mauvaise humeur à cause de ses hormones. Finalement, elle croise de nouveaux  les bras sur sa poitrine de manière exagérée et baisse la tête, dédaignant son interlocutrice. « Ça vous regarde pas ok ? Vous pouvez au moins me dire où je peux la trouver  ? Comme ça, j'arrêterai de vous emmerder. » Les mots obscènes sortent de sa bouche délicate. Chaque syllabe appuyée par une mimique enfantine et gamine. La Néphédienne crève d'envie d'en découdre.  Elle regarde par dessus l'épaule de la femme, mais son regard s'attarde un peu trop sur son décolleté, sa jupe parfaite et de grand qualité, ses chaussures de marques. Elle doit être riche. Elle pue la classe, comme le lieu, assortie au paysage. Rien à voir avec le trottoir sale et plein de mégot. Elle est sans doute tombée sur l'établissement le plus huppé du quartier. Et c'est la que Lava travaille. Elle rêve d'envie de s'allonger sur une des banquettes en velours rouge et fermer les yeux. Ou d'un bon verre de vin pour l'aider à penser à autre chose. Quoique, elle risque de faire une syncope si elle reste ici plus longtemps. La grand brune ténébreuse va finir par lui faire avoir un arrête cardiaque. Jad ne sait pas d'où lui vient cette réaction. Ou alors je peux l'attendre ici ? Je croyais que le client était roi ! » La tentation est trop forte. Sa présence n'a pas l'air d'être désirée, en plus. Il lui en faut peu.
A ce jeu là, elle adore jouer.
Revenir en haut Aller en bas
Ana Washburn
Date d'inscription : 10/09/2018
Messages : 226
Pseudo : bermudes.
Avatar : kaya scodelario
multi : nephtys (n. scott) -- ishiro (a. hyoseop) -- nikita (g. yoo) -- jelly (hani) -- joshua (dohwan) -- lava (momo) -- nimh (a. seyfried) -- baby blue (bbh)
Réputation : 6
Voir le profil de l'utilisateur

 karma is a bitch and she is hot ((jadia#1)) Empty
Diana a décidé de ne plus se choquer de l'inattendue. Après tout, vu son rôle, elle devrait y être habitué, depuis le temps. Mais rien, dans sa relation avec Ajay, ou avec ses filles, ne l’avait préparé à la visite du robot, de “l’androïde”. Rien ne l’a préparé non plus à la visite de cette autre blonde, qui reste debout devant elle. Et qui, selon Diana, est à deux doigts de lui faire un caprice. Elle lui rappelle Lava. Beaucoup. Presque autant qu’elle lui rappelle l’androïde de la dernière fois. Diana se dit qu’elle a probablement le chic pour tomber sur des filles comme ça. Ou qu’elle les attire. Que ce soit l’un ou l’autre n’est pas pour lui déplaire, après tout. Elles sont loin d’être moches, et Diana aime regarder ce qui est beau. Et cette fille, devant elle, est belle. Elle pourrait facilement la voir faire partie de ses filles, et, comme Lava, être accessible uniquement pour des clients privilégiés. Et si cette idée même, de vendre son corps, à la blonde, dérange Diana, la fait frissonner, elle y fait pas attention. Elle essaye de se reconcentrer sur la conversation, ou, le bout de conversation, qu’elle a devant elle, au lieu de penser à l’argent qu’elle pourrait lui ramener. Cette gamine cherche Lava. A y réfléchir, elles doivent avoir le même âge, à quelques années près. En tout cas, une chose semble sûre, ce n’est pas une cliente. Et si c’en était une, elle a clairement pas l’air d’avoir les moyens pour Lava, de toute manière. Diana se veut amicale, lorsqu’elle répond, mais ferme. Diana gère toujours bien les contradictions, dans sa voix. L’accent ajoute un zeste d’étrange, qui surprend les gens, parfois, ce qui fait passer mieux ce qu’elle a à dire. Et ça semble pas fonctionner, chez la blonde. Elle la voit s’éventer, comme pour se faire de l’air. Il fait pas si chaud que ça, à l’intérieur. Diana se demande si elle va bien, ou si elle se sent mal. Elle veut pas avoir à gérer l’évanouissement d’une gamine dans le bordel. Ce serait franchement mal venu, et ça risquerait d’attirer inutilement les regards. Mais la fille semble aller bien. Et se remet à parler. Et ce qu’elle dit lui fait hausser les sourcils, à Diana. Ce qui concerne Lava la concerne. Que cette gamine le veuille ou non. Toutes ses filles sont d’une importance capitale pour elle. Mais encore plus Lava. Parce que Lava a une vie particulière. A eu un passé douloureux. Et que même si elle lui conseille de se sociabiliser, elle hésite pas à vérifier que ses liens sociaux soient sans danger. C’est dommage qu’elle soit arrivé dans la vie de la blonde après Theo, par exemple. Elle ne l’aurait jamais laissé proche d’elle.
Diana voit le regard de la blonde se diriger vers le haut de son t-shirt, et ça la fait sourire, un peu. Pas trop. Mais assez peut-être, pour que la blonde voit qu’elle l’a vu. Elle continue de parler, cependant, et Diana comprend, qu’encore une fois, elle est tombée sur une chieuse. Pas pire que l’androïde, parce que, vraiment, personne ne pourrait lui faire vivre des minutes plus éprouvantes que la protectrice anti-Ajay de Gali. Mais still. Diana observe comment la gamine est postée, devant elle, les bras croisés, et sourit, presque tendrement. S’apprête à lui dire d’attendre sur un canapé, le temps qu’elle appelle Lava. Aucune chance pour que, comme elle le demande, elle lui dise où elle est. Pour peu que ce soit une personne malfaisante, bien qu’elle n’en ait ni la carrure, ni l’attitude, Diana refuse de prendre le risque. Même si, outre le fait qu’elle n’y ressemble pas, un autre truc, au fond de ses entrailles, semble lui dire que cette fille, elle lui fera pas de mal, à Lava. Mais Diana ignore. Et se retourne, le temps de pointer un canapé derrière elle. Réalisant deux choses, assez rapidement. D’une, que la blonde voit probablement juste son dos, et pas son bras tendu. De deux, que c’est tant mieux, vu ce que Diana, elle, réalise. Elle reste quelques instants figés, les yeux sur la tatouage, sur sa soulmark. Qui n’affiche plus que des zéros. Fait le lien, dans sa tête, et ça dure pas longtemps. Après tout, elle connaît tout le monde ici. Tout le monde, sauf la petite blonde. Elle rapporte son bras le long de son corps, cache la marque contre son flanc, et lui montre le canapé de l’autre main. “Je vais l’appeler, pour lui demander de venir, si elle veut bien. Dites moi au moins qui la cherche, que je puisse essayer de la convaincre ?” Elle sait, Diana, qu’elle a pas besoin de ça. Que si elle appelle Lava pour lui dire de rappliquer, la petite blonde se fera un plaisir extrême de revenir plus vite que son ombre, se sentant probablement bien plus chez elle ici, surtout qu’il y a Nova, que seule, dans son appartement. Mais elle a envie, besoin, de savoir son nom, à la gamine blonde. Elle a gardé son sourire, a réussi à ne pas le changer d’un iota. A ne pas faire trembler sa voix. Tout va bien. C’est pas un big deal. Juste une soulmate. Juste son autre soulmate.

☾ ☾ ☾


--- when
you're gonna need, somebody to lean on.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Invité

 karma is a bitch and she is hot ((jadia#1)) Empty
Jad commence à se sentir mal à l'aise. Ce n'est pas un sentiment qui lui saute au yeux, c'est quelque chose qui fait doucement son chemin dans sa tête, jusqu'à devenir assourdissant et l'empêcher de penser à autre chose, qu'à cet endroit malsain qui lui rappelle le club ou elle danse et qui est pourtant si différent. Les filles ici n'ont pas l'air d'avoir le choix quant à la suite des événements. Elle le sait pour l'avoir vu à travers les yeux innocents de Lava, mais c'est différent d'y être pour de vrai et pas seulement comme-ci on visitait un lointain cauchemar, tout en sachant qu'on rêve et que l'on peut s'échapper à tout moment. Tout ce qui est en train de se dérouler maintenant est bel et bien réel, et si elle essaye de fuir elle se retrouvera à la merci de rues qu'elle ne connaît pas et d'hommes qui ne voudront connaître d'elle que son joli minois. Elle décide de ravaler sa fierté, si elle veut passer la nuit en sécurité quelque part. Elle n'a nulle part où aller. Une fois qu'elle aura prit contact avec Lava, les choses seront plus simples, elle pourra abuser de son hospitalité et commencer à trouver un moyen de retourner d'où elle vient. Peut-être que Bebe pourra l'aider ou qu'on va la retrouver. Ce n'est pas Max qui voyage entre les mondes ? Elle se pince les lèvres. Le blond ne viendra pas à son secours. Il ne sait probablement pas qu'elle existe, ou alors il n'y fait pas attention, comme elle fait attention à la façon dont il s'habille, aux regards qu'il pose sur le garçon avec qui il est. Jad n'en revient pas. Tous les hommes avec qui elle a voulu sortir soit en réalité attiré par tout ce qui bouge sauf elle. Elle se sait égoïste, mais ne peut s'empêcher d'éprouver de la peine à cette idée. La petite blonde continue de frictionner maladroitement son bras et soupire. Elle ne sait même pas si c'est une idée de dire à cette femme qui il est. Elle pourra bien chercher dans ses dossiers magiques, elle ne trouvera pas de trace de Jad Ohlin. Elle n'existe pas dans ce monde. « Dites lui que c'est Jad qui la cherche, elle comprendra. Elle se demande si Lava a déjà parlé d'elle à d'autres. Jad ne l'a pas fait, on l'aurait prise pour une folle et elle n'a pas envie de passer pour l'idiote du village. Ils sont déjà trop nombreux à se moquer d'elle et sa peur de certaines pleines lunes, et sa manie de poser ses pierres sur le rebord de sa fenêtre pour qu'elles se rechargent de leur énergie.
Ne supportant plus d'être dévisagé de la sorte par la grande brune - qui doit être Diana  - le nom lui vient comme ça, Lava a du lui dire. Sans l'avoir rencontrée avant, on reconnaît la patronne. Son attitude sévère, ses belles formes, sa putain de classe. Ses putains de fesses. La blonde détourne le regard. C'est vraiment pas le moment de penser à ça. Elle sort enfin de son immobilité et s'avance, timidement. Elle a l'impression de souiller la moquette par sa seule présence crasseuse, elle n'a pas lavé ses cheveux et mêmes s'ils ne sont pas forcément gras, elle n'a pas le standing de cet endroit. Elle se sent à l'étroit dans ses vêtements. D'habitude, elle ne porte qu'un soutien-gorge quand elle se trémousse dans ce genre de lieux. Elle n'est pas couverte de la tête aux pieds. Avec la tentation de mettre en bonnet pour se rendre invisible. Pourtant, elle étoffe sous ses épaisseurs. Jad se rapproche du bar et peine à grimper sur les sièges en hauteur. Sa petite taille fait souvent douter les gérants, ils se demandent parfois si elle est majeure. Mais a Néodam, l'argent est la seule chose qui ait de la valeur, plus que la loi, c'est les cryptostellars qui font les lois. Dans ses poches, Jad cherche sa carte bancaire. Elle la pose sur le comptoir du bar, garde les bras sur le comptoir de marbre. Quand elle va pour se gratter et regarder ce qui la dérange tant - s'i elle n'est pas allergique à l'air - elle fixe, interdite, le un sur sa peau.
Merde.
Prétendant ne pas comprendre, elle tousse.
« Vous avez des cocktails sans alcool ? Elle veut rester sombre, encore un moment si c'est possible. Ou elle pourrait boire pour oublier ce désastre. Elle regarde à nouveau le chiffre. 0 Forcément. Nan, oubliez finalement, je vais prendre un truc fort. »
Revenir en haut Aller en bas
Ana Washburn
Date d'inscription : 10/09/2018
Messages : 226
Pseudo : bermudes.
Avatar : kaya scodelario
multi : nephtys (n. scott) -- ishiro (a. hyoseop) -- nikita (g. yoo) -- jelly (hani) -- joshua (dohwan) -- lava (momo) -- nimh (a. seyfried) -- baby blue (bbh)
Réputation : 6
Voir le profil de l'utilisateur

 karma is a bitch and she is hot ((jadia#1)) Empty
Diana a toujours su qu’elle avait deux soulmates. Ou du moins depuis l’apparition de ce compteur sur son bras. Elle a jamais réellement pensé qu’elle la rencontrerait. Déjà parce que les nombres sur son bras semblaient irréalistes. Ensuite parce qu’elle avait cette étrange impression qu’importe où elle allait, les nombres semblaient juste lui annoncer des distances entre elle et son soulmate plus grandes les unes que les autres. Diana pensait qu’elle la verrait jamais. Qu’elle passerait sa vie en ayant rencontré que Kira, et, finalement, c’était franchement pas plus mal comme ça, vraiment. Elle aime pas vraiment ça, l’idée d’être liée par un contrat, un truc qu’elle a pas décidé, à quelqu’un qu’elle connait pas. La blonde, devant elle, sa soulmate, son autre soulmate, Diana essaye de pas la fixer. C’est pas trop difficile. Elle se dit que de toute façon, une fois qu’elle aura vu Lava, elle repartira du lointain, très lointain endroit d’où elle vient, et qu’avec un peu de chance, elles se reverront jamais. Diana sait que c’est peu probable que ça se passe comme ça. Surtout si la gamine comprend. Diana sait pas, peut-être que cette fille cherche sa soulmate depuis que la marque est apparue sur son bras, et que lorsqu’elle saura que c’est Diana, elle voudra pas la lâcher ?
Et ça, Diana peut pas le laisser faire. Elle peut pas laisser une gamine, de l’âge de ses filles, qui la considèrent comme une mère, s’attacher à elle. Alors elle réagit pas, fait comme si de rien n’était. Et elle prend soin de cacher sa marque, tout en faisant tout pour que ça reste un minimum naturel. Et la fille finit par lui répondre. Jad. Elle s’appelle Jad. Ce prénom lui rappelle quelque chose. Vraiment. Elle se souvient d’avoir entendu quelqu’un parler d’un Jad, ou entendre parler d’une Jad. Elle réfléchit au fait que c’est peut-être Lava, mais arrive pas à se souvenir d’un moment où Lava lui aurait parlé d’une amie quelconque. Elle passe l’idée à l’arrière de son esprit, la garde cachée quelque part, pour pouvoir y repenser à tête reposée. En attendant, elle suit la blonde aller s’asseoir sur un tabouret près du bar, bien loin des fauteuils que voulait lui proposer Diana. Elle la regarde faire, la suit des yeux, et la détaille, alors qu’elle marche. Elle serait probablement magnifique, à danser sur la scène principale. Diana peut facilement l’imaginer. Peut-être un peu trop facilement. Elle ajoute ça au dossier “Jad” en arrière de son esprit, et finit par la rejoindre. Les barmans sont pas encore arrivés, et Diana se met naturellement derrière le bar. Elle aime, parfois, s’occuper des cocktails.
C’est une manière comme une autre qu’elle a trouvé, de se détendre. Diana voit la marque de Jad, face à elle, et voit que Jad la voit. Bon.
Si elle arrive à cacher la sienne jusqu’à l’arrivée de Lava… Lava. Lava la connaît, sa marque. Il faudrait que Diana pense à lui demander de pas en parler à son amie. Elle l’écoute demander un cocktail sans alcool, puis changer d’avis lorsqu’elle semble prendre pleine conscience de la réalité de sa marque, et des 0 qui s’enchaînent.

Diana, avec des mains expertes, lui tourne le dos pour préparer un de leur cocktails les plus forts. Ce genre de cocktail qui te met bien après quelques gorgées, mais dont l’alcool brûle assez rapidement pour qu’à la fin de la soirée, les gens risquent pas de crever dans la rue. Elle pose le verre face à la blonde de sa main dont le bras est vierge. Et si c’est pas sa main qu’elle utilise, originellement, elle doit s’en contenter aujourd’hui. Ou au moins jusqu’à ce que la blonde sorte de son établissement. “Je vais l’appeler.” Elle sort de derrière le bar et compose rapidement le numéro de chez Lava, du téléphone fixe à côté de la porte d’entrée. “Allô Lava ? Est-ce que tu… Oui, venir. Attend, Lava. LAVA ! Attend. C’est qui, Jad ?” Et alors que Lava lui répond, les idées de Diana se remettent en place. Cluster. Bien sûr, cluster. Cliff. C’est de Cliff, qu’elle connaît son prénom. Jad. “D’accord. On t’attend.” Pas besoin de lui dire de venir vite. Diana est sûre de l’avoir entendu mettre ses chaussures alors qu’elle était encore en train de lui parler.
Elle retourne vers Jad, finalement, mais s’arrête sur le chemin, en voyant Nova avoir du mal avec une des danseuses qui semblent refuser d’accepter d’obéir à celle que Diana considère comme la seule capable de faire ce qu’elle, elle peut faire. “Sharon.” Qu’elle lance, calmement, avec la voix qui porte assez. Froidement, pourtant. “J’ai demandé à Nova de vous superviser pour le show de ce soir. Si tu veux pas faire ce qu’elle te dit, tu connais le chemin de mon bureau.” Elle finit par avancer de quelques pas, vers Jad. “Ou de la porte.” C’est pas vraiment une option. Tout le monde le sait ici. Personne ne peut partir. Pas de son propre chef, comme ça.
Diana finit par retourner à côté de Jad, et s’assoit sur une tabouret à côté d’elle. Et elles sont exactement dans la même configuration qu’elle l’était avec le robot de la dernière fois. “Elle arrive.” Sauf que cette fois ci, elle est avec sa soulmate. Elle aimerait que ça change rien. C’est pas le cas.

☾ ☾ ☾


--- when
you're gonna need, somebody to lean on.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

 karma is a bitch and she is hot ((jadia#1)) Empty
Revenir en haut Aller en bas
 
karma is a bitch and she is hot ((jadia#1))
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ANTIGRAVITY :: through the valley of the shadow of death :: Let the record spin :: IRP :: RPS TERMINÉS OU ABANDONNÉS-
Sauter vers: