Partagez
 

 these violents delights have violent ends (jayphtys#7)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Anonymous
Invité

these violents delights have violent ends (jayphtys#7) Empty
début décembre
aux alentours de minuit

Terrence Green.
Le genre d'homme dont Altéa se vante et qui fait la une de ses journeaux, des hommes qui ont tout réussi, riches, beaux, appréciés par tout le monde. Surtout ses collaborateurs et ceux à qui il accorde la victoire, ce ne sont pas des gens que l'on approche comme ça. Les petits gens comme eux, qui triment dans les quartiers pollués et mal famés ne sont pas à sa hauteur. Blanc comme un linge, mais pourri à l'intérieur. Procureur, travaille aussi pour le CPIM. C'est tout ce que le King a retenu. Il sert les poings. Le CPIM. Peut-être qu'ils aiment engager des porcs, quand il pense que son propre frère leur a donné de son temps. Si il a dit qu'il ne se mêlerait pas à cela à Max, il fait un écart. Nephtys lui a donné son accord pour retrouver ce connard et le buter. Ce n'est pas la meilleur chose à faire, mais c'est ainsi qu'il fait. Si quelqu'un d'autre l'avait trouvée, peut-être que cette personne aurait trouvé d'autres mots plus juste. Qu'il aurait eu une meilleure idée. Mais c'est lui qui l'a trouvée. Et c'est ça responsabilité. Elle n'aura rien à faire si elle veut, elle ne sera jamais impliquée. Il gardera le silence, mieux qu'une tombe. Il n'a que la vengeance à lui offrir et à ses yeux, c'est plus satisfaisant que la justice Altéenne qui ne l'entendra jamais.

Car, accessoirement, quand Terrence a du temps libre, il s'amuse à tourmenter des demoiselles en demande d'attention, qui se laissent séduire par les apparences et à qui il ne demande pas leur consentement. Peut-être qu'il pense pouvoir s'en passer. Terrence n'a pas l'air d'être un homme qui attend qu'on lui donne son accord, ce qu'il veut il l'obtient, il ne s'est jamais rien vu refuser. Même ses collègues doivent fermer les yeux sur ce qu'il fait pas peur de subir des retombées. Ce sont des lâches. Lui connait un meilleur chance de justice où tout se joue au quitte ou double. Jusqu'à présent il ne s'est jamais fait prendre.
Lui et Ajay sont semblables, ce sont des hommes de pouvoir dans leur domaine et les gens se plient à leurs ordres, sauf que Ajay n'a jamais eu besoin de violer des gamines pour se faire respecter.

Il l'a attendu toute la soirée, à la sortie du portail qu'il emprunte depuis une semaine. Caché dans sa voiture. Pendant un instant, Ajay s'est dit qu'il ne viendrait pas et qu'il avait à nouveau changé de position. Le trouver n'a pas été facile, il couvre bien ses arrières. Et le King lui même a été beaucoup occupé, par sa rééducation, Gali, Divine. La louve est avec lui ce soir, elle flaire mieux Terrence que la moitié de ses hommes réunis. Ajay caresse tendrement son pelage quand elle relève la truffe et se met à grogner. Il est là, dans ses beaux vêtements et accompagné de deux gardes du corps.
Forcément, les choses auraient été trop simple sinon.
L'air de rien, Ajay s'extirpe du véhicule et salue les hommes. Il donne l'impression de rentrer du travail, il a sorti un costume plus simple et il porte une des chemise à fleurs de Bobby. Il laisse Divine sortir. Elle attend quelques secondes au pied de son maître, prenant son temps pour s'ébrouer, avant de s'élancer à toute vitesse sur le premier garde. Il la voit et l'entend arriver mais n'a pas le temps de réagir, la louve court beaucoup plus vite. Et surtout, elle mord beaucoup plus fort que n'importe quel chien Altéen. Il crie assez fort pour réveiller tout le voisinage. Mais il n'y a personne dans cette rue, ils sont tous partis pour ce soir. Ordre des Nulls. Ajay ne laisse pas le temps à son collègue de réagir. A peine vise t-il la louve que Ajay lui tire une balle en pleine tête. Il accoure vers la position de Divine. Le garde défiguré par ses griffes et ses crocs agonise. Ajay l'achève froidement avant de partir à la poursuite de Terrence qui s'est enfui. Lâche comme il est.
Il faut juste arriver à l'attraper avant qu'il ne téléphone à qui que ce soit. Divine est plus endurante qu'Ajay, elle s'élance sur le type, mais il se retourne et lui envoie un vilain coup de pied. Le King n'aime pas qu'on touche sa louve. Même si elle est effrayante et qu'elle ne peut pas s'empêcher de venir le réveiller à six heures du matin même le dimanche. Terrence ne sait pas où donner de la tête. Il a son téléphone dans une main et si il réussit à passer un seul coup de fil, ça sera mauvais pour eux. La seule idée qu'à Ajay est de lui tirer sur le téléphone pour le détruire. Malheureusement, la cible est en mouvement et sa visée a ses limites. A la place, il emporte toute la main de Terrence qui s'arrête net. Son regard passe de la bête aux yeux rouges et en fentes, à sa main - enfin, l'absence de main. Il finit par tomber dans les pommes comme une princesse.
Ajay a evie d'éclater de rire.
C'est ça, leur agent du CPIM ?

Il sort son propre téléphone et tape rapidement un sms pour Nephtys.
J'ai ton homme. Je t'envoie l'adresse.

C'est une bonne soirée, malgré le fait qu'il porte la chemise trempée de sueur de son meilleur ami.
Revenir en haut Aller en bas
Nephtys Carmichael
Date d'inscription : 29/11/2017
Messages : 514
Pseudo : bermudes.
Avatar : naomi scott
multi : lynn (l. hollestelle) -- nikita (d. henney) -- jelly (hani) -- joshua (dohwan) -- lava (momo) -- nimh (a. seyfried) -- ana (k. scodelario) -- baby blue (bbh)
Réputation : 50
Voir le profil de l'utilisateur

these violents delights have violent ends (jayphtys#7) Empty
Nephtys va mieux. Un peu. Elle est toujours enfermée dans l’appartement du frère de Yohan. Elle a toujours pas ouvert les volets. Laisse Yohan les ouvrir quand il vient lui rendre visite. Elle lui a parlé, à son ancien ami. Elle lui a pas tout dit. Elle lui en a dit moins qu’à Ajay. Et moins qu’à Isaiah. Elle ferme les rideaux dès qu’il part. Elle préfère être dans le noir. Elle attend, religieusement, qu’Ajay fasse ce qu’il lui a promis, ce qu’il lui a proposé. Elle attend religieusement un tintement de son téléphone, qui lui annonce que c’est fait. Que ce monstre (enfoiré) n’est plus de ce monde. Qu’il l’a abattu, froidement, d’une balle dans la tête. Oh. Le bonheur de Nephtys serait aigre-doux en vérité, si elle recevait ce genre de messages. Parce que c’est trop facile. Parce que c’est trop rapide. Parce qu’il a pas le temps de souffrir, comme elle, elle a souffert. Et finalement, elle n’est pas certaine que ce soit suffisant. Elle s’est bien renseignée, pour savoir si il avait une fille, ou quelqu’un de proche, dans sa famille pour se venger. Avant de se rendre compte que ce n’était pas la bonne chose à faire. Que même s’il avait une fille, cette fille n’y était pour rien. Qu’il était le seul à devoir souffrir. Nephtys arrive à garder les yeux fixés sur son objectif. Sans se laisser - trop - porter par la haine, ou la colère. Puis si elle les laisse se dérouler, un jour, elle veut qu’il en soit le seul receveur. Pas une pauvre gamine innocente. Quiconque soit son père. Le fait est, qu’il en a une, de fille. Mais qu’elle a disparu. Nephtys veut pas imaginer le pire. Mais peut pas vraiment s’en empêcher. Peut-être qu’elle a fugué. Et elle le lui souhaite, de tout coeur, Nephtys.
Allongée sur le matelas qui lui sert de lit, elle regarde le plafond, sans rien faire. Observe les ombres qui s’y projette, des quelques interstices de deux millimètres qui ont échappé, par problème technique, à la fermeture des volets. Elle prend une grande inspiration, ferme les yeux. Elle dort. En ce moment, beaucoup. Passe le plus clair de son temps à dormir. Mange uniquement lorsque Yohan le lui demande, l’y oblige. Elle aime pas le goût de la nourriture. Elle le trouve âcre. Elle veut pas se laisser mourir, et quelque part, elle déprime pas non plus. C’est plus cette impression d’être dans un sas d’attente, en patientant de pouvoir recommencer une vie. Une vie sans son violeur (connard), dans les parages. C’est pour ça, aussi, qu’elle a pas été revoir les Boyle. Qu’elle a pas donné signe de vie. C’est pour ça, qu’elle a pas répondu aux derniers messages de Jamie qui s’inquiète. Qui a fait le calcul. Qui la supplie de la rassurer, en lui disant qu’elle n’est pas morte. Qu’elle est pas partie, elle aussi. Mais Nephtys répond pas. Elle peut pas répondre. Elle peut pas lui donner la chance, la possibilité, d’une porte ouverte. Nephtys n’est pas totalement vivante non plus. Elle est en attente.
Elle est sur pause.

Elle attend Ajay. Elle attend de ses nouvelles. Depuis trois mois. Elle sent le sommeil tomber sur ses paupières. Et elle l’accueille avec joie.
Et une sonnerie. Un texto. Elle hésite à regarder. Se dit que c’est probablement Jamie, ou Yohan. Ou quelqu’un en tout cas, de pas assez important, pour lui enlever ce sommeil si attendu. Mais elle lance un oeil, tout de même, dans la direction de l’appareil, détectant un rapide “Aj” avant que l’écran s’éteigne. Et Nephtys se relève, peut-être trop vite, sa tête tourne (imbécile). Mais c’est pas important. Elle prend le téléphone et le déverrouille. Ses cheveux ont légèrement poussé en trois mois. Elle a pas pris le temps de les couper. Ils ont pas beaucoup poussé. Juste de trois à quatre centimètres. Mais elle a plus un carré parfait, et ses cheveux sont assez longs pour qu’elle les attache en une petite queue de cheval haute. Elle le fait pas, en général. Et pourtant, alors qu’elle lit le message, et l’adresse qui y est attachée, elle le fait. Elle s’habille, rapidement, et sort, en claquant la porte derrière elle. Prend pas le temps de la fermer à clé, descend quatre à quatre les escaliers, et sort. Et alors que le froid hivernale la fouette de plein fouet, elle s’arrête. Est-ce qu’elle va réussir à tenir sur ses jambes, lorsqu’elle va se retrouver face à lui ? Est-ce que c’est vraiment une bonne idée ? Est-ce que finalement, ce serait pas mieux que Ajay l’abatte, et qu’elle ne fasse que de constater ?
Mais Nephtys sait. Nephtys sait que non. Elle a besoin de ça. Elle a besoin de le voir vivant, et de voir la vie quitter ses yeux, son visage, petit à petit. Elle a besoin de voir ses traits se tordre de douleur, comme les siens, y’a deux ans. Alors Nephtys marche, dans le froid. Elle est sortie avec un petit pull, et c’est pas suffisant, elle caille, mais qu’importe. Le froid n’est pas important. Et la chaleur qu’elle ressent, à l’intérieur, est bien suffisante pour la tenir hors d’état de maladie, ou autre.
Elle arrive rapidement à l’adresse que lui a donné Ajay. Elle s’approche de l’endroit, un grand entrepôt. Elle ouvre la porte, d’une main vive. Elle a quelques mèches de ses cheveux, qui sont retombés encadrer son visage. Et elle a le visage froid, haineux, empli de dégoût lorsque ses yeux se posent, presque automatiquement, sur le visage blanc du. (Enculé). Elle s’approche, pas doucement, sûre d’elle, et va se placer à côté d’Ajay. Qu’elle regarde, quelques secondes, avant de reporter son attention sur l’homme face à eux. Il semble dans les pomme. “Qu’est-ce que tu lui as fait, pour le mettre dans cet état ?” Et elle regarde Ajay, de nouveau. Et dans ses yeux, elle semble vouloir lui dire que quoiqu’il lui ait fait, elle compte lui faire pareil, et bien. Bien pire.

☾ ☾ ☾

ride on the fire.
If this is to end in fire, then we should all burn together.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Invité

these violents delights have violent ends (jayphtys#7) Empty
Adossé à un mur, Ajay scrute de temps à autre l'écran de son téléphone, dans l'attente d'une réponse de Nephtys, d'un message, d'un appel. Il espère qu'elle est là ce soir et qu'elle ne s'est pas endormie, parce que c'est ce soir ou jamais. Il tire sur la cigarette qui s'est allumé et range le vieux modèle de téléphone dans la poche de son costume noir. Divine est la première à relever la tête quand Nephtys débarque et le King suit son mouvement avec quelques secondes de retard, décrochant son regard du corps de Terrence allongé sur le pavé. Aux abois elle commence à grogner avant qu'Ajay ne la gratifie d'un regard noir qui la calme presque instantanément. Elle n'est pas habituée aux étrangers et malgré tout Ajay a essayé de l'adapter à Altéa. Il sait qu'il ne pourra jamais se promener avec elle à ses cotés l'air de rien sans attirer des regards curieux, mais il faut bien que la louve se dégourdisse. Il n'a pas d'autre choix que lui enseigner quelques bonnes manières, histoire qu'elle ne saute pas sur le premier passant pour le dévorer. Il a remarqué cependant qu'elle connaît certaines rues d'Oriel, quand bien même il ne l'y a jamais emmenée et se demande parfois si elle n'est pas déjà venu ici, tout comme il se demande pourquoi elle comprend le russe mieux que l'anglais. La seule personne de son entourage qui lui a enseigné était son père. Ses yeux rouges et en fentes fixent Nephtys avec intensité. Divine s'approche d'elle pour la renifler, puis revient au pied de son maître. Ajay la gratifie d'une petite caresse sur la tête. La bête est tellement haute qu'il n'a pas besoin de se pencher, ses doigts trouvent naturellement place au niveau de son collier.  

Sans plus de cérémonie, la brune lui demande ce qui est arrivé à Terrence. Plus particulièrement  qu'est-ce qu'il lui a fait. Il affiche un sourire narquois « Oh rien. Rien du tout. » Il donne un coup de pied dans le moignon qu'il lui reste à la place de la main pour illustrer ses explications. « Il allait appeler ses supérieurs. On ne peut pas se permettre de laisser une seule trace. » Excepté, peut-être, le sang qui va tâcher le macadam. Mais c'est le cadet de ses soucis, il connaît un gars qui a essayé de taguer sa moto, qui lui doit un service. « J'allais pas commencer sans toi. » S'il fait tout ça, c'est évidemment pour elle. Ajay se fiche bien de ce type, même s'il pense qu'une fois mort, il ne fera plus de mal à personne. Le King a sa propre vision des choses quand il s'agit de justice et il n'aime pas qu'on le contredise, les gens peuvent bien dire ce qu'ils veulent, sa méthode est plus efficace. Toutes ses victimes ne subissent pas non plus de mise à mort aussi finement orchestrée que celle de Terrence. Mais toutes ces victimes ne sont pas non plus des gros poissons comme celui qui a violé Nephtys. Ajay se met à genoux et écrase son mégot de cigarette au milieu du front de Terrence. L'homme semble grimacer un peu et reprendre conscience. Il aurait mieux fait de ne jamais se réveiller. Mais ça, c'est son problème.

Ajay se souvient avec une précision macabre de la première fois qu'il a tué un homme. Il se souvient de l'expression de son visage, de ses lèvres fines, de son air blasé, de son embonpoint, de sa petite taille et de la force de sa poigne. Un type cauchemardesque, tout droit sorti d'un mauvais film dans lequel il serait le méchant au plan torturé. Il a beau se répéter que c'était un accident, il ne peut nier que ce jour là, il ne s'est jamais senti autant satisfait de toute sa vie. Pendant quelques secondes, avant de comprendre ce qu'il venait de faire, il était le plus fort, il était le vainqueur et pas celui qui baisse les yeux et ferme les yeux pendant que les coups tombent. A serrer les dents et attendre que la tempête passe. Il était la tempête. Il était un ouragan et il allait tout détruire, ce club, cette chambre, cette ville. Le monde.  Le souvenir est clair, celui des jours suivant encore plus. La honte. La culpabilité. La peur d'être prit. Et rien. Il relève les yeux vers Nephtys. « Et toi, qu'est-ce tu comptes faire ? Il tient à la mettre en garde. Il n'aimerait pas qu'elle vive avec ça sur la conscience toute sa vie. Elle est encore fragile, même si elle ne veut pas l'admettre, même si elle est suffisamment forte pour se tenir debout et vivre, Ajay ne parierai pas sur elle. Elle n'est pas une meurtrière. « Si tu veux que je parte j'irai faire un tour avec Divine. Il désigne la louve d'un mouvement de tête - Sauf si tu préfères que je reste. » Dans son état, il ne pense pas que Terrence va s'enfuir.  
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

these violents delights have violent ends (jayphtys#7) Empty
Revenir en haut Aller en bas
 
these violents delights have violent ends (jayphtys#7)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ANTIGRAVITY :: through the valley of the shadow of death :: Let the record spin :: IRP :: RPS TERMINÉS OU ABANDONNÉS-
Sauter vers: